MA­RION CO­TILLARD BRILLE DE TOUS SES FEUX

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie

Ma­rion Co­tillard n’est ja­mais aus­si bonne que lors­qu’elle in­carne des per­son­nages tra­giques. Il suf­fit de se rap­pe­ler De rouille et d’os (2012) et les plus ré­cents Mac­beth (2015) et Juste la fin du monde (2016) pour s’en convaincre. Dans Mal de pierres, elle est tout sim­ple­ment par­faite.

Ce n’est d’ailleurs pas un ha­sard si elle a dé­cla­ré, en en­tre­vue, que ce rôle avait été le plus in­can­des­cent de sa car­rière. Car Ga­brielle (Ma­rion Co­tillard), fille de pro­vin­ciaux bour­geois dans les an­nées 1950 est fol­le­ment amou­reuse du pro­fes­seur du coin, mais ce der­nier ne veut rien en­tendre. Sa sexua­li­té et sa sen­sua­li­té em­bar­ras­sant ses pa­rents, sa mère lui pro­pose un mar­ché: soit elle épouse Jo­sé (Alex Bren­demühl), ma­çon sai­son­nier qui a fui le ré­gime fran­quiste, soit elle la fait en­fer­mer à l’asile.

Elle de­vient donc, de force, la femme de Jo­sé tout en lui ga­ran­tis­sant qu’ils ne cou­che­ront ja­mais en­semble, une dé­cla­ra­tion sur la­quelle elle re­vient, un soir, le temps de consta­ter qu’elle a bien rai­son de se re­fu­ser à lui. Ga­brielle n’est pas que dé­pres­sive mal­gré les soins dont l’en­toure constam­ment Jo­sé, ma­ri dé­voué et ai­mant, elle souffre éga­le­ment de ter­ribles crampes d’es­to­mac qui sont le «mal de pierres» du titre.

UNE GA­BRIELLE AUX MUL­TIPLES DI­MEN­SIONS

Pour ten­ter de la soi­gner, Jo­sé l’en­voie en cure dans le meilleur éta­blis­se­ment de Suisse, en dé­pit du fait que Ga­brielle ne veut ab­so­lu­ment pas al­ler mieux. Entre deux trai­te­ments, elle fait la connais­sance d’An­dré (Louis Gar­rel) dont elle tombe éper­du­ment amou­reuse. La suite ne peut et ne doit pas se ra­con­ter, sous peine de gâ­cher le bou­le­ver­sant che­mi­ne­ment de Ga­brielle jus­qu’au dé­noue­ment.

Tour à tour re­belle, ef­fron­tée, sou­mise, loin­taine, brû­lante, Ma­rion Co­tillard per­met à cette Ga­brielle écrite par Ni­cole Garcia et Jacques Fieschi d’après le ro­man épo­nyme de Mi­le­na Agus de li­vrer dans ses moindres nuances toute sa di­men­sion tra­gique. For­mi­dable his­toire d’amour et de mal­heur, Mal de pierres ha­bite du­ra­ble­ment le spec­ta­teur par la force des sen­ti­ments vé­hi­cu­lés et les tour­ments qui ha­bitent l’hé­roïne. La mise en scène sobre, pré­cise, poé­tique et ef­fi­cace de Ni­cole Garcia laisse place à toutes les teintes des per­son­nages.

Et si Mal de pierres est une tra­gé­die, il s’agit là d’une belle tra­gé­die, de l’une de celles qui font ex­plo­ser la force de l’amour.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.