UN RÔLE «TRÈS CHAR­NEL» MA­RION CO­TILLARD POUR

Les films se suivent, mais ne se res­semblent pas pour Ma­rion Co­tillard. Après avoir cam­pé une femme ti­mide et ef­fa­cée dans le drame Juste la fin du monde de Xa­vier Do­lan, l’ac­trice fran­çaise s’est of­fert un rôle to­ta­le­ment à l’op­po­sé dans Mal de pierres,

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Maxime Demers

Se­lon Ni­cole Garcia (Un bal­con sur la mer, Se­lon Char­lie), Ma­rion Co­tillard n’a pas hé­si­té à sor­tir de sa zone de confort en ac­cep­tant de s’in­ves­tir dans le per­son­nage prin­ci­pal de Mal de pierres, un rôle «très char­nel» et «brutal».

«On a pu l’ame­ner sur un ter­ri­toire où elle ne s’était pas tel­le­ment ris­quée jusque là, ex­plique Mme Garcia, qui est de pas­sage à Mon­tréal cette se­maine pour pré­sen­ter son film au Fes­ti­val Ci­ne­ma­nia.

«Ma­rion n’a pas eu peur de re­mettre son titre en jeu. Il y a des scènes d’amour dans les­quelles son corps parle beau­coup. Je ne crois pas qu’elle avait fait un film aus­si char­nel avant. C’était un grand dé­fi pour elle c’est un per­son­nage qui a quelque chose de brutal et d’âpre en elle. Elle n’est pas du tout ro­man­tique.» Pré­sen­té en com­pé­ti­tion au der­nier Fes­ti­val de Cannes, Mal de pierres, une adap­ta­tion d’un ro­man de Mi­le­na Agus, se dé­roule dans la Pro­vence des an­nées 1950. On y suit l’his­toire de Ga­briel­la (Co­tillard), une jeune femme fou­gueuse et pas­sion­née qui est ha­bi­tée par un brû­lant dé­sir d’amour. Parce qu’elle ex­prime haut et fort ses dé­sirs, sa mère la for­ce­ra à épou­ser un homme qu’elle n’aime pas. Sa­chant qu’il s’agit de sa seule chance d’évi­ter d’être in­ter­née dans un centre, Ga­briel­la ac­cep­te­ra, à condi­tion de ne pas cou­cher avec lui. Ce n’est que quelques an­nées plus tard, quand elle se ren­dra dans une cure ther­male pour soi­gner ses pro­blèmes ré­naux qu’elle dé­cou­vri­ra en­fin l’amour qu’elle cher­chait, en fai­sant la ren­contre d’un jeune sol­dat bles­sé pen­dant la guerre d’In­do­chine (Louis Gar­rel).

«Dès que j’ai lu le livre, j’ai pen­sé à Ma­rion pour le rôle, ad­met Ni­cole Garcia. Il n’y a pas beau­coup d’ac­trices qui ont cette pho­to­gé­nie qui pou­vait pro­cu­rer au per­son­nage ce cô­té mys­té­rieux et in­son­dable. Je me suis dit que si j’ar­ri­vais à l’ame­ner vers quelque chose d’as­sez sexué, ça ap­por­te­rait une cer­taine cou­leur mys­tique au per­son­nage de Ga­briel­la. J’au­rais fait le film sans elle, mais quand elle a dit oui, je sa­vais que ce se­rait for­mi­dable pour le film.»

TRA­GIQUE

C’est seule­ment la se­conde fois que Ni­cole Garcia choi­sit d’adap­ter un ro­man pour un film qu’elle réa­lise. La der­nière fois qu’elle l’avait fait, c’était il y a 14 ans, avec L’ad­ver­saire, une adap­ta­tion d’un ro­man d’Em­ma­nuel Car­rère.

«Quand j’ai dé­cou­vert le livre Mal de pierres, j’ai sen­ti qu’il y avait quelque chose pour moi dans cette his­toire, ad­met l’ac­trice et ci­néaste de 70 ans.

«J’ai été émue par ce per­son­nage qui veut quelque chose que tout le monde lui re­fuse. Et parce qu’elle le dit haut et fort, on dit d’elle qu’elle est folle. Il y a quelque chose de tra­gique dans son des­tin. Elle cherche la chose prin­ci­pale à ses yeux, qui est l’amour. Et elle le veut avec un grand dé­sir ab­so­lu. Il y a dans ce dé­sir quelque chose de très sexué et sa­cré à la fois.»

Ni­cole Garcia est de pas­sage à Mon­tréal à titre d’in­vi­tée d’hon­neur du Fes­ti­val Ci­ne­ma­nia en com­pa­gnie de son scé­na­riste et com­plice de longue date, Jacques Fieschi. Pour sou­li­gner sa pré­sence, une sé­lec­tion de films dans les­quels elle a joué ou qu’elle a réa­li­sés se­ront pré­sen­tés au cours des pro­chains jours à la Ci­né­ma­thèque qué­bé­coise. Mal de pierres a pris l’af­fiche hier.

Ma­rion Co­tillard s’est in­ves­tie à fond dans le per­son­nage com­plexe du film Mal de pierres.

Ni­cole Garcia

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.