LE RE­TOUR MEL GIB­SON DE

Ce­la fai­sait 10 ans que Mel Gib­son n’était pas pas­sé der­rière une ca­mé­ra, de­puis Apo­ca­lyp­to, sur la chute de la ci­vi­li­sa­tion maya.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie

Avec Hack­saw Ridge, qui se dé­roule sur les champs de ba­taille de la Se­conde Guerre mon­diale, le ci­néaste chré­tien a ex­pli­qué avoir vou­lu li­vrer un «film sur l’amour».

His­toire vraie, Hack­saw Ridge ra­conte l’in­croyable par­cours de Des­mond T. Doss (An­drew Gar­field). Ad­ven­tiste du sep­tième jour, le jeune homme a re­fu­sé de por­ter des armes ou de tuer des sol­dats en­ne­mis pen­dant la Se­conde Guerre mon­diale. In­fir­mier sur les champs de ba­taille de la guerre du Pa­ci­fique – no­tam­ment ce­lui d’Oki­na­wa –, il a été dé­co­ré par le pré­sident Tru­man qui lui a re­mis la mé­daille d’hon­neur, la plus haute dis­tinc­tion mi­li­taire.

Le su­jet a im­mé­dia­te­ment in­ter­pel­lé Mel Gib­son qui a choi­si de le trai­ter avec le réa­lisme – et donc avec de la vio­lence crue – qui ca­rac­té­rise son style de réa­li­sa­tion. «Il faut se rap­pe­ler qu’Oki­na­wa a été le théâtre de la ba­taille la plus san­glante du Pa­ci­fique-Sud, les Ja­po­nais l’ont dé­crite comme une pluie de mé­tal, de balles, d’ex­plo­sions. Du na­palm a même été uti­li­sé. Je te­nais à ce que ça ait l’air vrai», a dé­taillé ré­cem­ment Mel Gib­son à Los An­geles en pré­sen­tant son nou­vel opus aux jour­na­listes pré­sents.

«De plus, je sou­hai­tais ain­si sou­li­gner les consé­quences, pour un homme de foi et de convic­tions, de se re­trou­ver dans un en­fer sur Terre, une si­tua­tion qui ra­vale les hommes au rang de bêtes. Or, au mi­lieu de ce mael­strom, cet homme est ca­pable de ca­na­li­ser sa spi­ri­tua­li­té pour s’éle­ver au-des­sus de la guerre, au-des­sus de la religion, au-des­sus de tout.»

«Il se re­trouve en plein conflit et pose des gestes d’amour en plein mi­lieu de l’en­fer. C’est la beau­té de cette his­toire. Pour moi, c’est le sum­mum de l’hé­roïsme […] Pen­dant tous les com­bats aux­quels il a pris part, Des­mond met­tait en pra­tique [les en­sei­gne­ments du Ch­rist]. C’est pour cette rai­son que je pense que Hack­saw Ridge est une his­toire d’amour, pas un film de guerre.»

AVOIR LA FOI…

Le réa­lisme vi­suel a été une pré­oc­cu­pa­tion constante de Mel Gib­son, jusque dans les moindres dé­tails de la re­cons­ti­tu­tion des ba­tailles, l’équipe des ef­fets spé­ciaux et py­ro­tech­niques ayant pas­sé des se­maines à pla­ni­fier des sé­quences qui met­taient en scène de nom­breux fi­gu­rants.

Mais le réa­lisme psy­cho­lo­gique et émo­tion­nel a été ce­lui d’An­drew Gar­field, l’ac­teur amé­ri­cain et bri­tan­nique de 33 ans confiant avoir prié pour en­trer dans la peau de ce per­son­nage ex­cep­tion­nel.

«Il faut que je vous dise, avant toute chose, que le fait de tom­ber sur un tel pro­jet, un qu’on a en­vie de faire qu’il faut qu’on fasse, est une chose ex­trê­me­ment rare pour un ac­teur. C’est un sen­ti­ment par­ti­cu­liè­re­ment hor­rible que d’éprou­ver ce be­soin vis­cé­ral de ra­con­ter une his­toire et que ce be­soin soit plus grand que les doutes ou la peur qu’on éprouve à jouer ce rôle.»

«Le poids de la res­pon­sa­bi­li­té de l’hom­mage à la vie de cet homme dont les actes ont trans­cen­dé son ap­par­te­nance re­li­gieuse s’illustre par une scène pré­cise.

À un mo­ment, Des­mond se re­trouve face à face à un sol­dat ja­po­nais. Il n’hé­site pas une se­conde à soi­gner un homme qui en a be­soin. Il ne voit pas la cou­leur de la peau, il ne voit pas l’uni­forme, il ne voit pas un en­ne­mi, il voit un frère. C’est un acte qui trans­cende tout, un geste rare. Je vou­lais donc tout sa­voir avant le tour­nage, tout lire sur Des­mond.»

«Je suis al­lé à Chat­ta­noo­ga, au Ten­nes­see, là où il a pris sa re­traite. J’ai vi­si­té son an­cienne mai­son [NDLR Des­mond Doss est mort en mars 2006], je suis ren­tré dans sa re­mise, je me suis ser­vi de ses ou­tils, je me suis pro­me­né au­tour du lac où il se pro­me­nait. J’ai pas­sé une jour­née en­tière là-bas à prier, à de­man­der à être gui­dé, à être ac­com­pa­gné. La pré­pa­ra­tion et le tour­nage de Hack­saw Ridge ont été une ex­pé­rience em­preinte d’une étrange spi­ri­tua­li­té», a-t-il dit. Hack­saw Ridge a pris l’af­fiche dans tout le Qué­bec le 4 no­vembre.

Des­mond T. Doss (An­drew Gar­field), qui a re­fu­sé de por­ter les armes pen­dant la Se­conde Guerre mon­diale, a été dé­co­ré de la mé­daille d’hon­neur pour sa bra­voure lors de la ba­taille d’Oki­na­wa.

Hack­saw Ridge se dé­roule sur les champs de ba­taille de la Se­conde Guerre mon­diale.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.