ROAD TRIP À L’ITA­LIENNE

Bor­dée par la mer Mé­di­ter­ra­née au sud, par la mer Adria­tique au nord, fron­ta­lière de la France, de la Suisse, de l’Au­triche et de la Slo­vé­nie, l’Italie pos­sède un ré­seau rou­tier éton­nant, un plai­sir pour les voya­geurs qui la tra­versent en voiture.

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES - Jor­dan Proust Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Nous avons par­cou­ru 2300 ki­lo­mètres en 10 jours et vi­si­té 13 villes du­rant notre road trip à l’ita­lienne. Et tout ce­la au vo­lant de notre pe­tite Fiat 500, fier­té ita­lienne oblige. Ce fut un voyage fas­ci­nant, mais qui com­por­tait tout de même quelques dé­cep­tions.

COUPS DE COEUR

Nous avons vé­cu de nom­breux coups de coeur.

En pre­mier lieu, Flo­rence, la ci­té des Mé­di­cis, mé­rite qu’on s’y ar­rête. La ville est l’une des plus riches d’Italie. Il est pos­sible d’ad­mi­rer une oeuvre d’art, une fon­taine ou une gra­vure à chaque coin de rue. Que dire de la Piaz­za San Gio­van­ni et de sa su­perbe ca­thé­drale San­ta Ma­ria Del Fiore? Ou en­core du Ponte Vec­chio, un pont d’époque où sont ins­tal­lés les plus grands bi­jou­tiers flo­ren­tins. Un en­droit magnifique.

Rome re­tient aus­si l’at­ten­tion. Il y a tel­le­ment de choses à ad­mi­rer dans la ca­pi­tale ita­lienne! Re­te­nons le Co­li­sée, évi­dem­ment, gran­diose. Le Fo­rum ro­main, juste der­rière, est magnifique. La fon­taine de Tré­vi, quoi­qu’un peu en­cla­vée dans une pe­tite place, mé­rite le dé­tour. Mais at­ten­tion, elle est tou­jours en­va­hie de tou­ristes! Nous avons eu un coup de coeur pour la su­perbe Piaz­za Na­vo­na, une place où la vie ro­maine nous a sub­mer­gés. Vous man­gez une glace (ita­lienne, évi­dem­ment) en vous pro­me­nant ou as­sis sur les re­bords de fon­taines ma­gni­fiques.

Rome, c’est aus­si le Va­ti­can. La place Saint-Pierre est im­mense, en­tou­rée de sculp­tures ma­gni­fiques et d’une fon­taine im­po­sante. La ba­si­lique du même nom est ex­tra­or­di­naire. On y re­trouve no­tam­ment des oeuvres d’art somp­tueuses, dont la cé­lèbre Pie­tà de Mi­chel-Ange et la né­cro­pole des an­ciens papes. Les mu­sées du Va­ti­can sont par­ti­cu­liè­re­ment riches. La vi­site se ter­mine dans la fa­meuse cha­pelle Six­tine, moins im­pres­sion­nante en réa­li­té que der­rière un écran.

La voiture fa­ci­lite les dé­pla­ce­ments. Au sud-est de Rome, on re­trouve Monte Cas­si­no avec sa magnifique ab­baye, pa­vée de marbre. Tout y est su­perbe: les jar­dins, les dif­fé­rentes cours in­té­rieures et surtout, la vue sur la val­lée. On se croit hors du temps et on s’ima­gine même vivre au mi­lieu des co­lonnes et des co­lombes. Vous ne pou­vez pas pas­ser à cô­té de ce joyau.

En rou­lant le long de la mer Adria­tique, on vit un chan­ge­ment de dé­cor. Le pe­tit vil­lage de Ce­se­na­ti­co est re­laxant et dé­pay­sant. Un port tra­verse le vil­lage de part en part et per­met aux voi­liers de na­vi­guer sur les ca­naux de cette ville toute en cou­leurs. Vous pou­vez même prendre un verre les pieds dans l’eau ou sur un na­vire tout près.

La Ré­pu­blique de Saint-Ma­rin, toute proche, ra­vi­ra les pas­sion­nés d’ar­chi­tec­ture an­cienne. Le troi­sième plus pe­tit État d’Eu­rope est ni­ché dans les mon­tagnes ita­liennes. La vieille ci­té du même nom et ses points de vue ma­gni­fiques en font un joyau pri­sé des tou­ristes. Par contre, ça grimpe dur!

Fi­na­le­ment, on ne peut pas­ser sous si­lence les splen­deurs de Mi­lan. Ville consi­dé­rée comme le coeur fi­nan­cier et uni­ver­si­taire de l’Italie, on y re­trouve toute la vi­va­ci­té et la créa­ti­vi­té du pays. La mode y est ain­si très pré­sente, no­tam­ment dans la magnifique ga­le­rie Vit­to­rio Ema­nuele. Une très belle ville, très cos­mo­po­lite et pleine de sur­prises. Per­dez-vous dans ses ruelles, vous ne le re­gret­te­rez pas!

DÉ­CEP­TIONS

En dé­pit de ses beau­tés, l’Italie compte quelques abo­mi­na­tions.

Dans la liste des dé­cep­tions, no­tons la ville de Bo­logne. Elle est de­ve­nue trop tou­ris­tique. Plu­sieurs hô­tels de luxe, à l’image de l’in­con­tour­nable Co­ro­na d’Oro, ont ou­vert leurs portes pour sa­tis­faire une clien­tèle qui s’adonne à un tou­risme de luxe. Même si la ville reste sym­pa­thique, pas la peine d’y faire une halte.

Naples est notre plus grosse dé­cep­tion. Les pou­belles s’en­tassent par­fois sur plu­sieurs mètres aux abords de la vieille ville. Tout y est sale au pos­sible! Pom­péi, toute proche, est bien plus in­té­res­sante et consti­tue une op­tion bien plus sym­pa­thique. Cette ville, en­glou­tie par une érup­tion du Vé­suve, montre en­core les stig­mates de ce drame. C’est une vraie ville fan­tôme en ruine. Il y a même des ca­davres fos­si­li­sés. Une vi­site à faire!

Et que dire de la ville de Ri­mi­ni, si­tuée le long de la mer Adria­tique? C’est une sta­tion bal­néaire ar­ti­fi­cielle. Tout y est faux, tou­ris­tique et tout y manque de charme. À fuir, sauf si vous ne vou­lez qu’une chose: bron­zer sur la plage, en­tou­ré de di­zaines de mil­liers de per­sonnes cher­chant la même chose que vous. Op­pres­sant et dé­ce­vant.

Quelle que soit la route que vous em­prun­te­rez, vous pas­se­rez de su­perbes mo­ments en Italie. Ne vous trom­pez pas: c’est un voyage hors du temps qui vous com­ble­ra.

Jor­dan Proust a ef­fec­tué son road trip de dix jours en Italie en août 2016. Étu­diant à la maî­trise en jour­na­lisme, à l’Uni­ver­si­té La­val, il adore les voyages.

∫ 1. La fon­taine de Tré­vi, à Rome, une mer­veille constam­ment en­tou­rée de tou­ristes. ∫ 2. L’in­con­tour­nable Co­li­sée de Rome. ∫ 3. Un ca­davre fos­si­li­sé à Pom­péi. ∫ 4. Le pe­tit vil­lage de Ce­se­na­ti­co est re­laxant et dé­pay­sant. ∫ 5. L’ab­baye de Monte Cas­si­no, pa­vée de marbre. ∫ 6. Pom­péi, ar­rêt in­con­tour­nable à deux pas de Naples. PHO­TOS COUR­TOI­SIE

ITALIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.