Être ado­les­cent au XXIe siècle

Tout est tra­gique lors­qu’on a 17 ans, sur­tout quand sa meilleure amie sort avec son frère! Voi­là le pro­blème au­quel est confron­tée Na­dine (Hai­lee Stein­feld), une jeune fille ti­mide et so­li­taire.

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Isa­belle Hon­te­bey­rie

«Na­dine est in­tel­li­gente, ra­pide et res­sent tout. La plu­part du temps, quand on fait face à des si­tua­tions dif­fi­ciles, on es­saye de ca­cher ses émo­tions. Mais Na­dine les ex­prime, une at­ti­tude très ra­fraî­chis­sante. Elle sou­haite tel­le­ment éta­blir un contact avec les autres qu’il est fas­ci­nant de la re­gar­der in­ter­agir avec tout le monde», a ex­pli­qué Hai­lee Stein­feld, nom­mée aux Os­cars pour son rôle de sou­tien dans Le vrai cou­rage (2010). Car ce film d’ado­les­cence est à mille lieues des his­toires dé­jà vues. Pas de pa­ro­die, pas de si­tua­tions in­croyables. «J’ai 18 ans, a pour­sui­vi l’ac­trice. Je sais donc que tout, dans la vie d’un ado­les­cent, est com­plè­te­ment exa­gé­ré. Chaque pe­tit évé­ne­ment de la vie de­vient quelque chose d’énorme et tout ce qui ar­rive à Na­dine a des ré­per­cus­sions. Tout a une im­por­tance, tout est res­sen­ti avec énor­mé­ment d’acui­té», a pré­ci­sé la jeune fille en par­lant de son per­son­nage qui a per­du son père il y a quatre ans et qui est dé­sor­mais éle­vé par sa mère (Ky­ra Sedg­wick).

PRÈS DE LA RÉA­LI­TÉ

«Je me suis sen­tie très proche de cette histoire en rai­son de la ma­nière réa­liste dont les per­son­nages sont dé­peints. Le scé­na­rio est très fi­dèle à la vie d’un ado­les­cent au XXIe siècle. J’ai moi-même connu bien des choses que dé­crit Kel­ly [Kel­ly Fre­mon Craig, la scé­na­riste et réa­li­sa­trice]. Ses dia­logues sont si sin­cères et bruts! Je me suis sen­tie bien vul­né­rable en avouant à Kel­ly que mes amies et moi par­ta­gions énor­mé­ment de points com­muns avec Na­dine», de confier Hai­lee Stein­feld. Dans 17 ans, sé­rieu­se­ment, Na­dine dé­couvre que son frère (Blake Jenner) sort avec sa meilleure amie Kris­ta (Ha­ley Lu Ri­chard­son), ce qui a le don de la mettre dans tous ses états.

«Na­dine a l’im­pres­sion qu’on lui en­lève sa meilleure amie. Kris­ta est la seule per­sonne qui la com­prend. Elle s’en­tend avec tout le monde, alors que Na­dine est plus sau­vage. En fait, Kris­ta est la seule per­sonne à lui avoir té­moi­gné de l’af­fec­tion. Dès l’ins­tant où elle a l’im­pres­sion que Kirs­ta lui échappe, ce­la la met en pièces.»

WOODY HARRELSON CONQUIS

Woody Harrelson a avoué que 17 ans, sé­rieu­se­ment n’est à prio­ri pas le genre de film dans le­quel il pen­sait jouer un jour. Et pour­tant, il a été ra­pi­de­ment conquis par son per­son­nage de M. Bru­ner, le pro­fes­seur pré­fé­ré de Na­dine.

«Les dia­logues sont vrai­ment très bien écrits. C’est à la fois très drôle et très in­tel­li­gent», a dé­taillé l’ac­teur.

«Jim [James L. Brooks, le pro­duc­teur] m’a ex­pli­qué que sur tous les réa­li­sa­teurs ac­tuels, seuls 1,8 % sont des femmes, ce qui m’a pro­fon­dé­ment cho­qué. C’est d’ailleurs l’un des as­pects qui a joué dans ma dé­ci­sion d’ac­cep­ter le rôle. J’ai ap­pré­cié le fait que 17 ans, sé­rieu­se­ment soit réa­li­sé et écrit par une femme.»

17 ans, sé­rieu­se­ment fait rire et émeut dès le 18 no­vembre.

Le scé­na­rio de 17 ans, sé­rieu­se­ment est très proche de ce que les ado­les­cents d’au­jourd’hui vivent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.