RE­GARD SUR UNE ÉPOQUE

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Va­nes­sa Gui­mond Le Jour­nal de Mon­tréal va­nes­sa.gui­mond @que­be­cor­me­dia.com

Sur son qua­trième al­bum, Alexandre Poulin, ar­tiste à qui l’on doit le suc­cès

Comme des en­fants en ca­vale, pose un re­gard à la fois cri­tique et op­ti­miste sur son époque. L’in­ti­mi­da­tion, l’amour à l’ère des ré­seaux so­ciaux, la vie ef­fré­née et la peur de l’étran­ger ne sont que quelques-uns des thèmes abor­dés sur ce disque sa­vam­ment in­ti­tu­lé Les temps sau­vages.

«Ce n’est pas pour rien que ça s’ap­pelle Les temps sau­vages, nous in­dique l’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète, en en­tre­vue. Ce que je trouve per­ti­nent, dans cette ex­pres­sion-là, c’est qu’elle contient une dua­li­té. Est-ce qu’on parle de “sau­vage” comme d’un temps de grande li­ber­té, d’un temps où l’on dé­cide de prendre des risques, ou est-ce qu’on parle de “sau­vage” comme dans une at­taque sau­vage?»

La ques­tion, le mu­si­cien se l’est po­sée après les attentats ter­ro­ristes qui ont se­coué l’Eu­rope (où il se pro­duit ré­gu­liè­re­ment), l’au­tomne der­nier, mais aus­si après la nais­sance de son pre­mier en­fant, qui a bou­le­ver­sé sa dy­na­mique de vie.

«Ça m’a ame­né à avoir une vi­sion dif­fé­rente du monde qui m’en­toure, a-t-il ex­pli­qué. Il y a l’ar­ri­vée d’un en­fant, mais aus­si celle des ré­seaux so­ciaux. Dès que nous avons cinq mi­nutes, et je suis le pre­mier à le faire, nous nous je­tons là­des­sus. Ça m’a don­né en­vie de par­ler de cet es­souf­fle­ment-là, tant dans nos vies de couple que dans nos vies so­ciales.»

NOU­VELLE COL­LA­BO­RA­TION

Pour les be­soins de son nou­vel al­bum, Alexandre s’est en­tou­ré du réa­li­sa­teur et ar­ran­geur Gui­do Del Fab­bro, re­con­nu pour son tra­vail au­près d’ar­tistes comme Pierre La­pointe et Groen­land.

«Comme j’écris de pe­tites his­toires et que Gui­do a tra­vaillé en théâtre et au cinéma, je trou­vais ça in­té­res­sant de m’as­so­cier à quel­qu’un qui a l’ha­bi­tude d’ha­biller des ré­cits, a-t-il ex­pli­qué. J’avais aus­si en­vie de me sor­tir du mo­dèle folk ame­ri­ca­na, qui est de­ve­nu très, très po­pu­laire.»

Même s’il donne tou­jours dans le folk, l’ar­tiste a choi­si de se plon­ger dans un uni­vers mu­si­cal plus mo­derne, plus «pla­nant».

«Gui­do a vrai­ment ame­né un vent de fraî­cheur à mon pro­jet, a in­di­qué l’ar­tiste, qui a éga­le­ment tra­vaillé avec Ma­thieu Per­reault, co­réa­li­sa­teur de l’al­bum. Dès notre pre­mière ren­contre, j’ai eu un coup de coeur et il ne s’est pas dé­men­ti avec le temps.»

Pas­sion­né par la scène, qu’il consi­dère comme son «vé­ri­table mé­tier», ce­lui qui a l’ha­bi­tude de pré­sen­ter des mo­no­logues, entre ses chansons, re­pren­dra la route en fé­vrier. Quelques-uns de ses spec­tacles, dont ce­lui de Qué­bec (no­tons qu’il a rem­pli à 13 re­prises le Théâtre Pe­tit Cham­plain, au cours des der­nières an­nées), af­fichent dé­jà com­plet.

Les temps sau­vages est pré­sen­te­ment en vente. Plus d’in­for­ma­tion à l’adresse alexan­dre­pou­lin.com.

Alexandre Poulin pré­sente son qua­trième al­bum in­ti­tu­lé Les temps sau­vages.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.