LES AN­NÉES 50 REVISITÉES

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

Dans l’ex­cellent In­di­gna­tion, ti­ré du ro­man de Phi­lip Roth, James Scha­mus (pro­duc­teur des films d’Ang Lee, dont Histoire de Pi) nous trans­porte dans les an­nées 1950, sur un cam­pus amé­ri­cain. Le film rend bien le cli­mat conser­va­teur de cette pé­riode, mar­quée par la pré­si­dence d’Ei­sen­ho­wer. Et il fait bonne fi­gure au­près d’autres très bons films cam­pés à la même pé­riode, et réa­li­sés ul­té­rieu­re­ment. On n’a qu’à pen­ser à…

BIEN­VE­NUE À PLEASANTVILLE (1998) 3

Dans cette toute pre­mière réa­li­sa­tion de Ga­ry Ross (Sea­bis­cuit, Hun­ger Games), un ado­les­cent ti­mo­ré (To­bey Ma­guire) et sa soeur plus dé­lu­rée (Reese Wi­thers­poon) sont pro­je­tés dans l’uni­vers d’une sé­rie té­lé­vi­sée des an­nées 1950. L’histoire sert ici de pré­texte à une fable à la fois amu­sante et caus­tique sur la li­ber­té et la to­lé­rance, ayant pour cible les te­nants d’un re­tour aux va­leurs pu­ri­taines des an­nées d’après-guerre. Tout en consti­tuant un for­mi­dable ex­ploit sur le plan tech­nique, l’em­ploi mé­ta­pho­rique de la cou­leur donne à l’oeuvre un ca­chet poé­tique en­ivrant.

ED WOOD (1994) 3

Tim Bur­ton (Alice au pays

des mer­veilles) re­cons­ti­tue à sa ma­nière bien per­son­nelle la vie et la car­rière d’un ex­cen­trique ci­néaste, qui tour­na dans les an­nées 1950 une sé­rie de films éton­nam­ment mau­vais. Le film est d’abord une éton­nante étude de moeurs écrite avec un mer­veilleux sens de l’ob­ser­va­tion iro­nique. Mais c’est aus­si l’évo­ca­tion sou­vent tou­chante d’une ami­tié peu ba­nale entre un ci­néaste ra­té (John­ny Depp) et une star dé­chue (Mar­tin Lan­dau). Il en ré­sulte une oeuvre fort at­ta­chante et rem­plie de trou­vailles for­melles qui at­testent l’ima­gi­na­tion de son au­teur.

LOIN DU PA­RA­DIS (2002) 2

En 1957, une mère de famille bour­geoise qui a sur­pris son ma­ri avec un autre homme trouve ré­con­fort au­près de son jar­di­nier noir. Avec une élé­gance, un raf­fi­ne­ment et une sen­si­bi­li­té re­mar­quables, Todd Haynes (Ca­rol) imite l’es­thé­tique à la fois ri­gou­reuse et somp­tueuse des vieux mé­lo­drames en Tech­ni­co­lor pour bros­ser un por­trait su­per­be­ment évo­ca­teur de la so­cié­té amé­ri­caine des an­nées 1950. La pho­to­gra­phie et la di­rec­tion artistique re­pro­duisent avec un rare sou­ci du dé­tail l’époque de la fin des an­nées 1950.

LOS AN­GELES IN­TER­DITE (1997) 3

Le plus grand film de Cur­tis Han­son (8 Mile), em­por­té il y a quelques mois par la ma­la­die d’Alzheimer, nous re­porte dans le Los An­geles des an­nées 1950, où trois po­li­ciers aux mé­thodes bien dif­fé­rentes en­quêtent sur une fu­sillade sur­ve­nue dans un snack-bar. Bai­gnant dans une am­biance de film noir et ins­pi­ré du ro­man de James Ell­roy, le ré­cit dé­borde de re­bon­dis­se­ments et de pistes mul­tiples. Le spec­ta­teur se laisse mal­gré tout en­traî­ner par l’éner­gie de la mise en scène et le soin ap­por­té à la re­cons­ti­tu­tion d’époque.

In­di­gna­tion

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.