LES MUL­TIPLES TA­LENTS DE MA­RIANNE FARLEY

Le vi­sage de Ma­rianne Farley fait par­tie de notre pay­sage ar­tis­tique de­puis plu­sieurs an­nées, en rai­son no­tam­ment de son rôle dans Mé­moires vives, mais aus­si de pu­bli­ci­tés de Cash­mere. Ren­contre avec une ac­trice pas­sion­née qui joue, écrit, pro­duit, réa­lis

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Kim Nu­nès

Avant de de­ve­nir co­mé­dienne, vous étiez chan­teuse. Qu’est-ce qui vous a pous­sée vers le chant à 19 ans?

Je viens d’une fa­mille très mu­si­cale. Du cô­té de ma mère comme du cô­té de mon père, tout le monde fait de la mu­sique. C’était donc na­tu­rel pour moi de chan­ter. Un jour, j’ai ren­con­tré un couple qui avait une com­pa­gnie de disques et qui avait en­vie d’en­cou­ra­ger de nou­veaux ta­lents, et on a tra­vaillé sur mon al­bum. Quand le single His­toire sans pré­nom est sor­ti, ç’a vite été un suc­cès. À quel mo­ment le jeu s’est-il pré­sen­té à vous? Comme je vou­lais al­ler cher­cher des ou­tils pour m’ai­der sur le plan de la per­for­mance sur scène, j’ai com­men­cé à suivre des ate­liers de jeu. Étant une fille de gang, je me sen­tais sou­vent seule comme chan­teuse. J’avais l’im­pres­sion d’avoir tout le poids sur mes épaules. Le jeu était donc beau­coup plus proche de qui j’étais et de ce que je vou­lais faire. Je me suis mise à tra­vailler en tant que co­mé­dienne. Vu que je suis bi­lingue – mes pa­rents viennent d’Ot­ta­wa, et on a ha­bi­té en Al­ber­ta et à To­ron­to –, mes pre­miers rôles étaient en an­glais. De fil en ai­guille, j’ai dé­lais­sé la mu­sique pour jouer da­van­tage.

On vous re­con­naît pour cer­tains rôles phares que vous avez te­nus. Êtes­vous aus­si douce que vous le lais­sez pa­raître à l’écran?

Je pense avoir deux cô­tés. Le bon­heur des gens au­tour de moi est très im­por­tant, alors je suis très ma­ter­nelle. Mais j’ai

aus­si un ca­rac­tère fort et une tête de co­chon. Je suis quel­qu’un qui fonce beau­coup. Je suis au­to­nome, forte et par­fois co­lé­rique! Je com­mence à l’as­su­mer! (rires) Di­sons que je ne suis pas quel­qu’un de calme. Ce­la dit, je suis consciente qu’il y a des dif­fé­rences entre mon phy­sique et ce que je suis, ce qui fait en sorte qu’on me pro­pose sou­vent des rôles de femme douce et vul­né­rable.

Avez-vous tou­jours eu cette force de ca­rac­tère ou l’avez­vous ac­quise avec l’âge?

Je l’ai tou­jours eue, mais jeune, je souf­frais beau­coup d’in­sé­cu­ri­té. Je porte en­core ce sen­ti­ment en moi. Je crois que c’est ce qui me per­met d’être vul­né­rable... Il y a une ex­pres­sion an­glaise qui dit que plus tu as l’air tough dans la vie, plus tu as quelque chose de fra­gile à pro­té­ger. Dans mon cas, ce que je tente de pro­té­ger der­rière mon fort ca­rac­tère, c’est ma grande sen­si­bi­li­té.

Le do­maine dans le­quel vous tra­vaillez est in­stable, et les ho­raires sont aty­piques. Com­ment ar­ri­vez-vous à jon­gler avec votre rôle de mère et votre car­rière?

Je suis une per­sonne qui re­garde beau­coup vers l’avant, alors c’est un grand dé­fi pour moi de vivre une jour­née à la fois, un pro­blème à la fois. Il m’ar­rive d’avoir peu de jour­nées de congé, mais heu­reu­se­ment, j’ai la chance d’avoir un conjoint réa­li­sa­teur qui, comme moi, a des mo­ments plus calmes. Il peut donc prendre le re­lais. C’est de la ges­tion, mais ce sont les mé­tiers qu’on a choi­sis! Le plus dif­fi­cile, c’est d’ac­cep­ter les im­per­fec­tions de la mère que je suis.

Vous êtes aus­si pro­duc­trice, réa­li­sa­trice et scé­na­riste. Au­rez-vous à as­su­mer ces rôles cet au­tomne?

Je tra­vaille à l’écri­ture d’un long mé­trage pour le­quel j’as­su­re­rai aus­si la réa­li­sa­tion. Si­non, je pro­duis pré­sen­te­ment un film. Si tout va bien, on de­vrait le tour­ner l’an­née pro­chaine. J’y tien­drai aus­si un rôle... Ma­rianne Farley dans This Life (la ver­sion an­glaise de Nou­velle adresse), à CBC, et dans Mé­moires vives, le mar­di, à 21 h, à Ra­dio-Ca­na­da. Cet au­tomne, elle réa­li­se­ra Mar­gue­rite, un court­mé­trage, en plus de tour­ner dans La chute de Sparte, l’adap­ta­tion ci­né­ma­to­gra­phique du ro­man de Biz, de Lo­co Lo­cass.

PHO­TO COURTOISIE LALUZPORTRAITS.COM

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.