ALAIN CHOQUETTE re­vien­dra mys­ti­fier les Qué­bé­cois

PA­RIS | Dis­pa­ru des salles qué­bé­coises de­puis 2009, Alain Choquette se­ra de re­tour à l’au­tomne 2017 pour y pré­sen­ter une nou­velle tour­née. Ren­con­tré à Pa­ris, où il s’est pro­duit plus de 450 fois au cours des trois der­nières an­nées, le ma­gi­cien de 54 ans e

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin Le Jour­nal de Mon­tréal ra­phael.gen­dron-mar­tin @que­be­cor­me­dia.com Le nou­veau spec­tacle d’Alain Choquette se­ra pré­sen­té au Théâtre St-De­nis2 du 15 au 17 sep­tembre 2017. Le ma­gi­cien vi­si­te­ra aus­si le Ca­pi­tole de Qué­bec (11-12 no­vembre)

Voi­là plus de deux ans qu’Alain Choquette par­court la France avec son spec­tacle Drô­le­ment Alain Choquette. Très bien re­çu par la cri­tique fran­çaise (Le Fi­ga­ro a écrit qu’il était «bluf­fant» et Té­lé­ra­ma a dit que c’était «du ja­mais vu»), le ma­gi­cien qué­bé­cois se pro­duit ré­gu­liè­re­ment à gui­chets fer­més dans des salles de 500 à 1000 spec­ta­teurs. Pour un ar­tiste qué­bé­cois outre-mer, c’est ce que l’on ap­pelle un très beau suc­cès.

Pour­tant, mis à part cette pre­mière ren­contre avec Le Jour­nal à Pa­ris, il y a quelques jours, Alain Choquette s’était fait très dis­cret à pro­pos de sa nou­velle aven­ture dans le Vieux Conti­nent. Pour­quoi ne pas en avoir par­lé avant?

«Le suc­cès des Qué­bé­cois en France est très re­la­tif, ré­pond-il, at­ta­blé dans un ca­fé de­vant le théâtre de la Gaî­téMont­par­nasse, où il a joué plus de 450 fois. Des Qué­bé­cois qui jouent en France, il n’y en a pas tant que ça. Je vou­lais être sûr que le jour où j’en par­le­rais (dans les mé­dias), ce se­rait parce que ça fonc­tionne pour vrai.»

RE­TOUR AU QUÉ­BEC

Alain Choquette a aus­si une autre bonne rai­son de par­ler de son ex­pé­rience fran­çaise: pour la pre­mière fois en huit ans, il fe­ra une tour­née qué­bé­coise d’une tren­taine de spec­tacles, à l’au­tomne 2017. «Mon der­nier show au Qué­bec, je l’avais joué 400 fois, dit-il. On avait joué par­tout. Ça s’était ar­rê­té au­tour de 2009.»

Avec la ré­ponse très po­si­tive du pu­blic fran­çais de­puis trois ans, le ma­gi­cien a ré­cem­ment dé­ci­dé de prendre le té­lé­phone et de contac­ter des dif­fu­seurs qué­bé­cois.

«Je vou­lais voir leur in­té­rêt. Et ra­pi­de­ment, j’ai pu boo­ker des spec­tacles à Mon­tréal, Qué­bec et dans plu­sieurs autres villes», dit-il.

Alain Choquette ad­met que sans le suc­cès de sa tour­née fran­çaise ac­tuelle, il n’au­rait pro­ba­ble­ment pas pu pro­gram­mer de nou­veaux spec­tacles au Qué­bec.

«Ce qui crée l’in­té­rêt pour les dif­fu­seurs qué­bé­cois, c’est que ça marche ailleurs, dit-il. Ça fait 20 ans qu’ils me voient. À un mo­ment don­né, ils au­raient pu vou­loir pas­ser à autre chose, comme je ne suis plus la sa­veur du mois...»

LE RÊVE AMÉ­RI­CAIN

Grande ve­dette de la ma­gie au Qué­bec dans les an­nées 1990, Alain Choquette avait dé­jà es­sayé de per­cer le mar­ché étran­ger, il y a une ving­taine d’an­nées.

Rê­vant de faire car­rière aux États-Unis, il avait joué à At­lan­tic Ci­ty avant de se re­trou­ver à Las Ve­gas, de 1998 à 2003.

«C’est moi qui avais inau­gu­ré le ca­si­no Pa­ris Las Ve­gas, in­dique-t-il. J’y avais joué pen­dant six mois avant de lais­ser ma place à Notre-Dame-de-Pa­ris.»

Il s’était en­suite re­trou­vé au Cae­sars Pa­lace, dans un théâtre qui al­lait en­suite être dé­mo­li pour lais­ser la place au Co­los­seum et à Cé­line Dion.

Mais de­vant la po­pu­la­ri­té de Da­vid Cop­per­field et l’émer­gence de Criss An­gel, Alain Choquette ne fai­sait pas le poids. «Pour être une ve­dette de la ma­gie aux États-Unis, il au­rait fal­lu que j’aie mon émis­sion de té­lé­vi­sion.»

«COMME UNE VIEILLE BLONDE»

Après sa der­nière tour­née qué­bé­coise en 2009, le ma­gi­cien a dé­ci­dé de se concen­trer sur les spec­tacles cor­po­ra­tifs. «J’ai aus­si fait une confé­rence de mo­ti­va­tion que j’ai pré­sen­tée plu­sieurs fois dans des en­tre­prises, dit-il. Du cor­po, j’en ai fait à temps plein pen­dant un bon quatre ans. Mais dans l’oeil du pu­blic, je n’étais plus là...»

De­puis son ab­sence des salles qué­bé­coises, d’autres ar­tistes de va­rié­tés (Luc Lan­ge­vin, Mess­mer, Vincent C) ont pris la place d’Alain Choquette au Qué­bec. Au­jourd’hui, où le ma­gi­cien se si­tue-t-il, se­lon lui?

«J’en ai au­cune idée, ré­pond-il hon­nê­te­ment. Je ne sais pas si les gens au­ront en­vie de ve­nir me voir. Je nage dans le néant to­ta­le­ment. C’est comme une vieille blonde. Quand tu te re­vois après sept ou huit ans, vas-tu tri­per sur elle? (rires)»

Dans la salle pa­ri­sienne du théâtre de la Gaî­té-Mont­par­nasse, où Alain Choquette a joué plus de 450 fois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.