La triste his­toire d’un re­por­ter de guerre

Le Théâtre d’Au­jourd’hui pré­sen­te­ra dans les pro­chains jours une pièce des plus dra­ma­tiques. Avec Pa­trick Hi­von dans le rôle prin­ci­pal, De­hors nous fe­ra dé­cou­vrir un jour­na­liste de guerre qui re­vient chez lui, rap­pe­lé par le dé­cès de son père. En plus d’a

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale louise.bour­bon­nais @que­be­cor­me­dia.com

L’his­toire est celle d’Ar­naud, correspondant de guerre qui re­vient à la ferme fa­mi­liale après 15 ans d’ab­sence, lors­qu’il ap­prend le dé­cès de son père. Il réa­li­se­ra de fa­çon as­sez bru­tale qu’il n’est pas le bien­ve­nu: son frère va l’ac­cueillir avec une ca­ra­bine à l’épaule.

«C’est un homme qui avait quit­té sa fa­mille pour al­ler tra­vailler à l’autre bout du monde comme jour­na­liste afin de cou­vrir une guerre, ré­vèle Pa­trick Hi­von à propos de son per­son­nage. Ça pour­rait être n’im­porte quelle guerre, mais

in­évi­ta­ble­ment, on pense à la Sy­rie». «Ar­naud ra­mène avec lui des cau­che­mars de guerre», an­nonce Pa­trick Hi­von, qui confie que ce rôle re­pré­sente pour lui un grand dé­fi. «Je suis quel­qu’un qui a peur de la guerre», pré­cise-t-il. En rai­son de sa grande sen­si­bi­li­té, Pa­trick Hi­von ad­met que ja­mais il ne pour­rait cou­vrir la guerre. «Je trouve ça très ef­frayant», confie-t-il.

Ain­si, on dé­cou­vri­ra cet homme, Ar­naud, qui va si mal qu’il de­vra prendre un cer­tain re­cul par rap­port à son tra­vail en rai­son du syn­drome de stress post-trau­ma­tique.

Outre les cau­che­mars, il y a la réa­li­té de la guerre avec toutes les bar­ba­ries qu’elle en­gendre et qui ne cessent de han­ter Ar­naud. Les images vio­lentes du conflit qu’il a cou­vert re­font constam­ment sur­face. À ce­la s’ajoute la rage de son frère ca­det, qui ira jus­qu’à lui in­ter­dire l’ac­cès à la ferme fa­mi­liale, ce der­nier étant ce­lui qui s’est oc­cu­pé à lui seul de la ferme de­puis des an­nées. Il le prie­ra de re­par­tir là d’où il vient. De sur­croît, on com­pren­dra qu’Ar­naud a vé­cu une en­fance dif­fi­cile, où la vio­lence était pré­sente.

PATRIMOINE FA­MI­LIAL

Les deux frères se dis­pu­te­ront le patrimoine fa­mi­lial, un grand com­bat qui ne se­ra pas ga­gné d’avance. «Jeunes, les deux frères s’en­ten­daient bien, mais comme Ar­naud est par­ti pen­dant 15 ans sans ja­mais don­ner signe de vie, une cer­taine ani­mo­si­té s’est créée», sou­ligne l’ac­teur. Le frère ca­det en­tre­tient une cer­taine ran­coeur en­vers son frère aî­né. Le fos­sé entre les deux frères, creu­sé par le temps, au­ra du mal à se dis­si­per.

La pièce a été conçue avec des sauts dans le temps, ce qui nous per­met­tra de dé­cou­vrir le père d’Ar­naud (Jean Marc Dal­pé) avant son dé­cès. D’autres per­son­nages s’ajoutent, no­tam­ment un en­fant qu’Ar­naud a connu pen­dant la guerre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.