UNE VAGUE D’AMOUR POUR LA CO­MÉ­DIENNE

De­puis qu’elle a le­vé le voile sur ses pro­blèmes de dé­pen­dance aux drogues et à l’al­cool, lun­di der­nier, la co­mé­dienne Eliane Ga­gnon dit avoir été hap­pée par une grande vague d’amour de la part du pu­blic. «Je n’ai re­çu au­cun mes­sage hai­neux. Je n’ai re­çu

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Va­nes­sa Gui­mond

La jeune femme de 31 ans, ré­vé­lée au pu­blic grâce à son rôle de Kim dans la sé­rie jeu­nesse Ram­dam, en 2004, a pour­tant hé­si­té plu­sieurs mois avant de pu­blier cette lettre (que l’on peut lire sur le site d’Ur­ba­nia), dans la­quelle elle parle des dé­mons qui l’ont pous­sée à me­ner une vie chao­tique, mais «or­ga­ni­sée», jus­qu’à tout ré­cem­ment.

«Les gens m’ont beau­coup par­lé de l’al­cool au vo­lant, des black-out, a pré­ci­sé celle qui consi­dère s’être “mise à nue”, dans sa lettre. Ça me confirme juste que je suis à la bonne place. Je suis là pour dire aux gens que d’être sobre, c’est pos­sible. Je suis aus­si là pour leur rap­pe­ler que le dé­ni, ça peut être puis­sant en ta­ba­rouette.»

CHE­MIN SINUEUX

Quinze an­nées ponc­tuées d’in­nom­brables «len­de­mains de veille» et de black-out, c’est le temps qu’il au­ra fal­lu à Eliane Ga­gnon pour ad­mettre qu’elle souf­frait d’un réel pro­blème de dé­pen­dance aux drogues et à l’al­cool.

Dans sa lettre, mais aus­si dans une vidéo réa­li­sée dans le cadre du Dé­fi 28 jours sans al­cool de la Fon­da­tion Jean La­pointe, la co­mé­dienne re­vient sur le che­min qui l’a ame­née à se pré­sen­ter «amo­chée» au tra­vail et à mettre sa vie en dan­ger, ain­si que celle des autres, en condui­sant avec les fa­cul­tés af­fai­blies.

D’ailleurs, c’est après avoir connu un épi­sode de black-out au vo­lant alors qu’elle se trou­vait à Port­land, en Ore­gon, que l’ac­trice qui sou­hai­tait per­cer le mar­ché amé­ri­cain, à l’époque, a pris la dé­ci­sion de suivre une thé­ra­pie. C’était le 27 fé­vrier 2016.

«Je sa­vais que je de­vais en par­ler pu­bli­que­ment, entre autres pour don­ner un coup de main à la Maison Jean La­pointe, qui fait beau­coup de pré­ven­tion au­près des jeunes», a-t-elle ex­pli­qué, ajou­tant qu’elle avait 11 ans lors­qu’elle a fu­mé son pre­mier joint.

«La pré­ven­tion, c’est vrai­ment im­por­tant. On de­vrait com­men­cer à s’adres­ser aux jeunes dès l’âge de huit ans. Plus on re­tarde la pre­mière consom­ma­tion, plus les chances de dé­ve­lop­per une dé­pen­dance vont di­mi­nuer.»

L’AVE­NIR

Même si son pre­mier anniversaire de so­brié­té re­pré­sente une étape im­por­tante dans son che­mi­ne­ment, la co­mé­dienne est bien cons­ciente des nom­breux dé­fis qui l’at­tendent.

«La pres­sion so­ciale est grande. La glo­ri­fi­ca­tion du par­ty et de la consom­ma­tion est pré­sente dans mon do­maine. Je fais donc at­ten­tion à mes fré­quen­ta­tions. Mon cercle a vrai­ment di­mi­nué, mais c’est cor­rect. Les per­sonnes qui sont au­tour de moi, au­jourd’hui, sont des per­sonnes qui m’aiment et qui veulent mon bien. Ça vaut de l’or.»

Celle qui ex­plique avoir vu sa «vraie na­ture émer­ger» au cours des der­niers mois se dit en­thou­siaste par rap­port à l’ave­nir et à ce qu’il lui ré­serve, dans le milieu ar­tis­tique.

«J’ai quand même au­di­tion­né, dans la der­nière an­née, et j’ai eu ac­cès à de très belles émo­tions, en étant sobre. Je le re­com­mande chau­de­ment.»

ENTREPRENEURE

En plus de pour­suivre sa car­rière de co­mé­dienne, la jeune femme sou­haite dé­ve­lop­per son in­té­rêt pour l’en­tre­pre­neu­riat so­cial, entre autres par le tru­che­ment de So­ber­lab, un pro­jet qu’elle a mis sur pied avec sa par­te­naire Jo­siane Val­lières.

«Nous vou­lons créer un lieu de ren­contre et of­frir aux per­sonnes dé­pen­dantes des ate­liers liés à la créa­ti­vi­té », a-t-elle ex­pli­qué, pré­ci­sant qu’une cam­pagne de so­cio­fi­nan­ce­ment ve­nait tout juste d’être lan­cée afin de faire évo­luer l’en­tre­prise.

«La créa­ti­vi­té, c’est ce qui me sauve tous les jours. C’est la même chose pour Jo­siane. C’est ce que nous vou­lons in­cul­quer avec ce pro­jet-là.» Tous les dé­tails concer­nant le So­ber­lab se trouvent à l’adresse so­ber­lab.ca.

ELIANE GA­GNON La co­mé­dienne Eliane Ga­gnon a fait cou­ler beau­coup d’encre après avoir dé­voi­lé pu­bli­que­ment qu’elle était une «al­coo­lique en ré­ta­blis­se­ment», en dé­but de se­maine. PHO­TO CHAN­TAL POI­RIER

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.