C’EST RE­PAR­TI POUR UN TOUR !

Laurent La­fitte et Ma­ri­na Foïs re­de­viennent ce couple qui s’en­tre­dé­chire mal­gré leur amour.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Quand on les a quit­tés à la fin de Pa­pa ou ma­man, Flo­rence (Ma­ri­na Foïs) et Vincent (Laurent La­fitte) Le­roy ve­naient de réa­li­ser qu’ils s’aimaient après une ba­taille épique pour ne pas ob­te­nir la garde de leurs trois en­fants pen­dant leur pro­cé­dure de di­vorce.

On les re­trouve deux ans plus tard, les scé­na­ristes Alexandre de La Pa­tel­lière et Mat­thieu De­la­porte ayant ima­gi­né les Le­roy vi­vant d’une ma­nière peu conven­tion­nelle. Après avoir eu un qua­trième en­fant – le bé­bé est né des re­trou­vailles de la fin du pre­mier vo­let –, les Le­roy ont mal­gré tout di­vor­cé. Sou­cieux de pré­ser­ver l’uni­té fa­mi­liale, ils ha­bitent dé­sor­mais dans des maisons iden­tiques, si­tuées l’une en face de l’autre. Cette es­pèce de vie com­mune sé­pa­rée chao­tique est cen­sée bé­né­fi­cier aux en­fants, tant aux deux ado­les­cents, Ma­thias (Alexandre Des­rous­seaux) et Em­ma (An­na Le­mar­chand) qu’au pré­ado Ju­lien (Achille Po­tier).

JA­LOU­SIE

Vincent a re­trou­vé l’amour avec Bé­né­dicte (Sa­ra Gi­rau­deau), qui ha­bite avec lui. Tout se dé­roule pour le mieux dans le meilleur des mondes, Vincent et Flo­rence re­ce­vant leurs amis en­semble, l’ex-ma­dame Le­roy n’étant vi­si­ble­ment pas ja­louse de la nou­velle flamme du père de ses en­fants. Ce bel équi­libre est rom­pu lorsque la re­la­tion de Flo­rence avec Édouard (Jo­na­than Co­hen) est connue des membres de la fa­mille. Ins­tan­ta­né­ment, Vincent en prend om­brage et de­vient d’une ja­lou­sie qui re­met le feu aux poudres, Flo­rence n’étant pas du genre à ne pas ré­agir à la pro­vo­ca­tion. La si­tua­tion de­vient en­core plus folle lorsque les trois aî­nés se mettent en tête que leurs pa­rents s’aiment en­core mal­gré les ap­pa­rences et que leur mis­sion est donc de les ai­der à se re­mettre en­semble. Alors que le pre­mier vo­let se dé­mar­quait par l’ori­gi­na­li­té du su­jet et son ab­sence to­tale de «po­li­ti­que­ment cor­rect» – quel pa­rent ne veut pas la garde de ses en­fants? Quel pa­rent va tout faire pour que ses en­fants n’aient pas en­vie d’ha­bi­ter avec lui? –, ce Pa­pa ou ma­man 2 éga­le­ment réa­li­sé par Mar­tin Bour­bou­lon use de res­sorts co­miques plus ha­bi­tuels. Les couples qui s’en­tre­dé­chirent ne sont pas une nou­veau­té, l’es­ca­lade de vio­lence dans La guerre des roses (1989) avec Michael Dou­glas et Kath­leen Tur­ner par exemple, don­nait lieu à des gags dé­ca­pants.

Ici, le su­jet est trai­té de ma­nière moins dra­ma­tique, l’acri­mo­nie entre les Le­roy n’étant que su­per­fi­cielle, puis­qu’ils s’aiment en­core. Les plai­san­te­ries sont donc conve­nues, y com­pris une scène de mé­nage se vou­lant épique (mo­ments où la mère de Flo­rence est in­car­née par Ni­cole Gar­cia) dans la se­conde moi­tié. Et même si l’équipe du long mé­trage de 98 mi­nutes a le bon goût de ne pas éti­rer la sauce plus que de rai­son, le tout sent mal­gré tout un peu le ré­chauf­fé.

Flo­rence (Ma­ri­na Foïs) et Vincent (Laurent La­fitte) ver­ront leur re­la­tion s’en­ve­ni­mer lors­qu’un nou­vel homme en­tre­ra dans la vie de Flo­rence.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.