« C’EST UN RÊVE DE P’TIT GARS »

Lors­qu’il parle de son ex­pé­rience sur le pla­teau de Vic­tor Les­sard, le re­gard de Pa­trice Ro­bi­taille s’illu­mine comme ce­lui d’un en­fant. L’ac­teur, qui in­carne le rôle-titre de cette sé­rie qui se­ra of­ferte en ex­clu­si­vi­té aux abon­nés de Club illi­co, à compte

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Va­nes­sa Gui­mond

«Vic­tor Les­sard, c’est un vé­ri­table hé­ros, un hé­ros de ro­man noir», a-t-il sou­li­gné lors de sa ren­contre avec Le Jour­nal.

En in­car­nant cet en­quê­teur aux crimes ma­jeurs du SPVM créé par Mar­tin Mi­chaud, que plu­sieurs consi­dèrent comme «le maître du po­lar qué­bé­cois», Pa­trice Ro­bi­taille af­firme avoir réa­li­sé un rêve de «p’tit gars».

«J’ai sou­vent dit que je n’avais pas de rêve d’ac­teur, mais c’était faux. Tous les ac­teurs qui com­mencent dans le mi­lieu rêvent de jouer un doc­teur, un avo­cat ou une po­lice, un jour», a dit ce­lui que l’on a ré­cem­ment pu voir dans Les beaux ma­laises, Pour Sa­rah et L’im­pos­teur, sé­rie dans la­quelle il campe «un po­li­cier de bu­reau».

«On ne m’a ja­mais ap­pe­lé pour ce genre de rôle, a-t-il ajou­té. Au théâtre, j’ai pu le faire, mais dans une autre forme de ré­per­toire. J’ai pu jouer Cy­ra­no, qui est aus­si un vrai hé­ros, mais un hé­ros d’un autre siècle. C’était autre chose, même s’il avait aus­si ses zones d’ombre et ses bles­sures.»

LOYAU­TÉ

Se­lon Pa­trice Ro­bi­taille, Vic­tor Les­sard est un per­son­nage très com­plexe, un homme qui se ré­vèle être à la fois vi­ril, re­belle et vul­né­rable.

«Mal­gré tout, son trait de ca­rac­tère prin­ci­pal, se­lon moi, c’est sa loyau­té. Je le trouve loyal dans sa job, en­vers son boss, en­vers sa part­ner (Ja­cinthe Taillon, in­car­née par Ju­lie Le Breton). Il a une belle in­té­gri­té, mais on sent que c’est un écor­ché qui trim­balle un pas­sé as­sez lourd. C’est l’fun de jouer un per­son­nage qui est aus­si char­gé. Ce n’est pas un cho­co­lat vide», a-t-il ex­pli­qué, pré­ci­sant qu’il s’agit d’un homme de peu de mots, ce qui rend le dé­fi de l’in­car­ner d’au­tant plus in­té­res­sant.

«Mar­tin nous donne ac­cès au pas­sé du per­son­nage, mais il le fait à pe­tite dose, a-t-il ajou­té. C’est ce qui nous pousse à vou­loir tou­jours en sa­voir plus. Le per­son­nage de Vic­tor se dé­voile un peu plus à chaque épi­sode.»

TRANS­CEN­DER LA RÉA­LI­TÉ

Dans ce thril­ler po­li­cier qui com­prend 10 épi­sodes d’une heure, les sé­ri­philes se­ront ra­pi­de­ment trans­por­tés au coeur d’une en­quête por­tant sur une sé­rie de meurtres ri­tua­li­sés.

D’ailleurs, c’est avec la dé­cou­verte du ca­davre d’une femme dont le cou a été trans­per­cé par ce qui semble être un vieil ins­tru­ment de tor­ture que s’amorce cette nou­velle in­trigue té­lé­vi­suelle.

«Ce qui est tri­pant, dans Les­sard, c’est que ça trans­cende le quo­ti­dien (...) Les en­jeux sont vrai­ment très gros.»

Lors­qu’on de­mande à Pa­trice Ro­bi­taille comment il s’est pré­pa­ré pour in­car­ner ce rôle – qui, ac­ces­soi­re­ment, l’a ame­né à perdre 20 livres et à se lais­ser pous­ser la barbe –, l’ac­teur ex­plique qu’il n’a rien fait de par­ti­cu­lier.

«Ma job, c’est de faire croire aux gens que ce gars-là existe. Pour le reste, d’être réel­le­ment comme un gars qui fait ça, dans la vie, je n’en ai rien à ci­rer.»

Ce qu’il n’a sur­tout pas fait, tient-il à pré­ci­ser, c’est se plon­ger dans l’oeuvre de Mar­tin Mi­chaud afin de mieux com­prendre son per­son­nage. Ce n’était pour­tant pas l’en­vie qui man­quait.

«C’est l’une des pre­mières choses que l’on m’a de­man­dé, au dé­but du pro­jet, a in­di­qué l’ac­teur. En­core au­jourd’hui, je ne peux pas lire les livres. Ils ont leurs rai­sons et je res­pecte ça in­fi­ni­ment. Ma par­ti­tion, c’est ce qu’il y a dans le scé­na­rio, pas dans les ro­mans.»

PHO­TO BEN PELOSSE

Pa­trice Ro­bi­taille dit avoir réa­li­sé un rêve de «p’tit gars» en in­car­nant l’en­quê­teur aux crimes ma­jeurs Vic­tor Les­sard, per­son­nage ti­ré de l’oeuvre de Mar­tin Mi­chaud, au pe­tit écran.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.