EX­TRA­OR­DI­NAIRE

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE -

Grâce à la sé­rie Vic­tor Les­sard, Mar­tin Mi­chaud a re­joint le cercle des écri­vains qui, comme Ar­lette Cous­ture (Les filles de Ca­leb, Blanche), Jo­hanne Sey­mour (Sé­quelles) et Claude-Hen­ri Gri­gnon (Les pays d’en haut), ont pu voir les per­son­nages de leurs ro­mans prendre vie, au pe­tit écran.

«Pour moi, c’est un ter­rain de jeu ex­tra­or­di­naire», a-t-il dé­cla­ré avec en­thou­siasme.

«Peut-être que la sé­rie va m’ame­ner de nou­veaux lec­teurs, mais ce n’est pas avec cette in­ten­tion que je me suis lan­cé dans le pro­jet, a-t-il pour­sui­vi. Je suis at­ti­ré par les dé­fis créa­tifs. Pour moi, c’était l’oc­ca­sion d’en­trer dans un uni­vers com­plè­te­ment nou­veau et d’es­sayer d’éta­blir les mêmes stan­dards de qua­li­té que ceux que je m’im­pose, quand je suis ro­man­cier.»

«Nous sommes aus­si bons que les mots que l’on veut bien nous don­ner et que l’his­toire que nous avons à ra­con­ter», s’est per­mis d’ajou­ter Pa­trice Ro­bi­taille, ad­mi­ra­tif.

«À la lec­ture du scé­na­rio, nous avons ra­pi­de­ment sen­ti, Ju­lie (Le Breton) et moi, que nous avions quelque chose de l’fun à dé­fendre. Ça n’ar­rive pas si sou­vent que ça, dans un par­cours pro­fes­sion­nel.»

IN­TÉ­GRI­TÉ

Les lec­teurs qui ont dé­vo­ré les ro­mans met­tant en ve­dette l’en­quê­teur Les­sard (Je me sou­viens est le troi­sième d’une sé­rie de quatre) n’ont donc pas à craindre pour l’in­té­gri­té du per­son­nage, qui était entre bonnes mains avec son créa­teur et ses cos­cé­na­ristes (Fré­dé­ric Ouel­let et Mi­chelle Al­len).

«Les­sard est un gars ex­trê­me­ment fu­té. Ça pre­nait l’in­tel­li­gence de Pa­trice pour que l’on com­prenne ça sans qu’il y ait trop de mots, à l’écran. Dans ses yeux, on voit que c’est quel­qu’un de vif.»

L’au­teur, qui n’a don­né au­cune in­di­ca­tion à Pa­trice Ro­bi­taille quant à la fa­çon dont il de­vait abor­der son rôle, se dit fas­ci­né par l’ins­tinct de l’ac­teur, mais aus­si par ce­lui du réa­li­sa­teur Pa­trice Sau­vé (Ça sent la coupe, Grande Ourse), qui a su le gui­der avec beau­coup de jus­tesse, se­lon lui. «Pour moi, c’est car­ré­ment ça», a-t-il af­fir­mé. «L’autre chose, c’est que main­te­nant, lorsque j’écris des épi­sodes pour une éven­tuelle sai­son deux, j’ai le vi­sage de Pa­trice en tête, a-t-il ré­vé­lé. J’ai aus­si des in­to­na­tions et des ex­pres­sions. Quand je vais écrire un livre, la pro­chaine fois, ça va être tough de ne pas voir Pa­trice, de re­trou­ver le Les­sard des ro­mans.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.