L’HU­MO­RISTE QUI VEUT

Hu­mo­riste en­ga­gé, Louis T pro­pose son tout pre­mier spec­tacle so­lo, Ob­jec­ti­ve­ment par­lant. Dans ce spec­tacle «plus sé­rieux que la moyenne des one-man shows», l’hu­mo­riste de 34 ans traite no­tam­ment du sys­tème de santé, de ter­ro­risme, de re­li­gion et d’armes

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin

Louis T l’ad­met sans hé­si­ter: il est «une vieille âme». «J’ai tou­jours été trop sé­rieux pour mon âge. Quand j’avais 10 ans, j’écou­tais plus les émis­sions pour adultes que celles pour en­fants.»

Ra­pi­de­ment, dans sa jeu­nesse, il s’est pas­sion­né pour l’ac­tua­li­té. «Ça me vient d’un dé­sir d’es­sayer de com­prendre les gens, dit-il. J’aime l’ana­lyse. Il y a des gens qui écoutent le hockey, qui par­ti­cipent à des pools et qui parlent des sta­tis­tiques des joueurs. Moi, j’ai la même pas­sion pour l’ac­tua­li­té.»

Aus­si le jeune Louis Trem­blay a-til en­vi­sa­gé de de­ve­nir po­li­ti­cien, avo­cat ou jour­na­liste. «Mais je me suis dit que j’al­lais com­men­cer par hu­mo­riste! (rires)

«J’ai tou­jours eu une fas­ci­na­tion pour les hu­mo­ristes, parce qu’ils sem­blaient, eux, com­prendre les gens. C’est cette cu­rio­si­té-là qui m’a at­ti­ré vers l’hu­mour. Je trou­vais ça beau, de voir un hu­mo­riste s’ex­pri­mer sur scène et que 2000 per­sonnes le com­prennent. Je veux es­sayer de faire ça.»

C’est ain­si qu’à 34 ans, et après di­verses ex­pé­riences à la té­lé­vi­sion qui l’ont me­né de Se­lon l’opi­nion co­mique à Baz­zo.tv, en pas­sant par En­trée prin­ci­pale, Louis T ar­rive avec son pre­mier spec­tacle so­lo: Ob­jec­ti­ve­ment par­lant.

TOUR­NÉE AL­LON­GÉE

Vou­lant s’ins­pi­rer des hu­mo­ristes américains, qui ne pré­sentent un nou­veau spec­tacle qu’un an avant de chan­ger de ma­té­riel, Louis T pen­sait ne don­ner que 25 re­pré­sen­ta­tions de son one-man show. «Étant don­né que je parle beau­coup d’ac­tua­li­té, je trou­vais que c’était le meilleur mo­dèle pour res­ter à jour, dit-il. Je ne me voyais pas faire 200 re­pré­sen­ta­tions d’un même spec­tacle.» Mais comme plu­sieurs per­sonnes lui ont de­man­dé pour­quoi il n’al­lait pas jouer dans cer­taines villes, Louis T a ajou­té une qua­ran­taine de spec­tacles à son ca­len­drier ini­tial. «Je vais au moins al­ler voir tout le monde une fois», dit-il. Dans ce spec­tacle, Louis T parle beau­coup de ter­ro­risme et de re­li­gion. «Ça fait par­tie de notre ac­tua­li­té de­puis deux ans. Ça prend quand même une par­tie im­por­tante du spec­tacle. Après ça, j’ai eu un bé­bé et j’ai eu à al­ler dans le sys­tème de santé. J’ai quelques cri­tiques qui sont nées de ça aus­si!» De­puis qu’il pré­sente son spec­tacle, Louis T re­marque que les gens qui viennent le voir sont in­té­res­sés et in­té­res­sants. «J’ai un pu­blic gé­né­reux et gen­til. Ça change des ré­seaux so­ciaux où tout le monde est mé­chant!» conclut-il en riant.

Louis T pré­sen­te­ra son spec­tacle Ob­jec­ti­ve­ment par­lant les 28 et 29 mars, ain­si que du 6 au 8 avril, à la Cin­quième Salle de la Place des Arts. Il se­ra aus­si au Théâtre Pe­tit Cham­plain de Qué­bec le 14 avril. Pour toutes les dates: louist.ca.

LOUIS T

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.