(CÉ­LINE BON­NIER) DANS L’HEURE BLEUE

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND TÉLÉVISION -

(Vue par l’au­teur Mi­chel D’As­tous) Après la mort de son fils, Anne-So­phie a dé­ci­dé de quit­ter la mai­son et son quo­ti­dien, mais s’in­quiète-t-elle pour l’ave­nir de sa fille qui semble prendre un mau­vais che­min?

On com­prend la lé­gi­ti­mi­té de sa dé­marche mais pa­ral­lè­le­ment, il y a quelque chose qui nous heurte. Son geste ap­pa­raît comme égo­cen­trique sur­tout par rap­port à sa fille qu’elle a lais­sée avec son père. Elle ne voit pas comment est sa fille réel­le­ment. Elle était dans l’éner­gie d’être l’amie de sa fille, car dans sa propre dé­marche, il y a quelque chose de très ado­les­cent. Mais les évé­ne­ments vont la rat­tra­per et l’obli­ge­ront à ren­trer à la mai­son. C’est là qu’elle va voir que celle-ci est de­ve­nue dé­lin­quante.

Res­sent-elle tou­jours la même culpa­bi­li­té par rap­port à la mort de son fils?

Le mo­ment de crise est pas­sé. Le fait de vivre ailleurs, avec des gens nou­veaux, ça ne lui fait pas ou­blier les évé­ne­ments mais ça apaise les an­goisses pro­fondes. Ber­nard se montre par contre de plus en plus agres­sant en­vers elle. Et An­neSo­phie, comme tout le monde d’ailleurs, est tou­jours dans un mode sur­vie.

Sa re­la­tion avec Hu­bert est-elle sé­rieuse?

Hu­bert la re­garde avec in­té­rêt. Anne-So­phie a be­soin de ça. Est-ce l’amour de sa vie? Pas né­ces­sai­re­ment. Chose cer­taine, son re­tour for­cé à la mai­son va faire en sorte qu’elle au­ra à as­su­mer ses choix. Des choix ra­di­caux qui laissent des sé­quelles. L’heure bleue, en rat­tra­page sur Illi­co

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.