LA BEAU­TÉ D’UN DEL­TA ENTRE L’AL­PHA ET L’OMÉ­GA

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES - Ja­dri­no Huot Col­la­bo­ra­tion spéciale

MAUN, Botswana | Le del­ta de l’Oka­van­go est un éco­sys­tème unique au monde com­po­sé de ma­ré­cages per­ma­nents et de prai­ries tem­po­rai­re­ment inon­dées, si bien que, en sai­son sèche, il at­tire quelque 200 000 grands ani­maux, tant com­muns qu’en­dé­miques.

Cette vaste plaine, si­tuée dans le nord-ouest du Botswana, est en réa­li­té un cône al­lu­vial for­mé de mil­liers d’îles, de ca­naux et de la­gons don­nant vie à une vé­gé­ta­tion luxu­riante. Ses zones hu­mides sont qua­si in­tactes, car, fait rare, il n’existe au­cun dé­bou­ché sur la mer.

Il prend sa source dans les hauts pla­teaux de l’An­go­la avant de suivre la ri­vière Oka­van­go qui coule à tra­vers la bande de Ca­pri­vi en Na­mi­bie, jus­qu’à ce que ses eaux s’éva­porent en en­tier dans le dé­sert de Ka­la­ha­ri.

CRUES AN­NUELLES

Une par­ti­cu­la­ri­té du site de­meure ses crues an­nuelles qui se pro­duisent en sai­son sèche, de sorte que les plantes et les ani­maux ont syn­chro­ni­sé leur rythme bio­lo­gique en fonc­tion de cette ca­rac­té­ris­tique propre au lieu.

Les plantes à fleurs sont en ef­fet nom­breuses, avec en­vi­ron 1300 es­pèces dif­fé­rentes, et s’ag­glu­tinent au­tour des ter­mi­tières ou des bou­quets de vé­gé­taux qui re­tiennent les al­lu­vions.

La sa­tu­ra­tion de sel est tou­te­fois tel­le­ment forte que la vé­gé­ta­tion est in­exis­tante au centre des îles, où se forment plu­tôt des croûtes blan­châtres.

GROS ANI­MAUX

Cette sin­gu­la­ri­té at­tire aus­si une faune va­riée avec quelque 120 es­pèces de mam­mi­fères, 450 d’oi­seaux, 65 de rep­tiles et 70 de pois­sons.

Plu­sieurs types d’an­ti­lopes et de bo­vi­dés peuplent le sec­teur, dont le Cobe de Lechwe, le to­pi, l’hip­po­trague noir, le buffle, le grand kou­dou et le gnou noir. Ils sont de par­faits ré­gals pour les car­ni­vores comme le lion, le gué­pard, le léo­pard, l’hyène, le ly­caon et le cro­co­dile du Nil.

Le del­ta abrite éga­le­ment d’autres énormes re­pré­sen­tants, tels l’élé­phant, l’hip­po­po­tame et les rares rhi­no­cé­ros blancs ou noirs, sans ou­blier les vo­la­tiles à plumes, no­tam­ment l’aigle pê­cheur afri­cain, la grue royale et l’ibis sa­cré.

SEC­TEURS PO­PU­LAIRES

Cette di­ver­si­té en­traîne na­tu­rel­le­ment un flux tou­ris­tique consi­dé­rable dans la ré­gion. Votre bud­get se­ra donc ce­lui qui dic­te­ra si vous ha­bi­tez dans un lodge luxueux à l’in­té­rieur du del­ta ou de­meu­rez à l’ex­té­rieur de la zone.

Pour les ri­chards, les sec­teurs les plus po­pu­laires sont ceux de Mo­re­mi et de Chiefs Is­land. Pour les autres, la par­tie à l’est du del­ta de­meure la plus ac­ces­sible et abor­dable. La ville de Maun se veut aus­si un bon trem­plin pour ex­plo­rer les en­vi­rons.

Quel que soit votre choix, ne man­quez pas de faire une ba­lade en mo­ko­ro, un ca­not creu­sé à même l’ébène ou l’arbre à sau­cisses. L’em­bar­ca­tion est pi­lo­tée par un lo­cal se te­nant de­bout dans la barque, qu’il di­rige ha­bi­le­ment avec un bâ­ton en bois.

La ri­vière Oka­van­go ser­pente jusque dans le dé­sert du Ka­la­ha­ri.

Le mode de trans­port lo­cal : le mo­ko­ro, un ca­not creu­sé à même l’ébène ou l’arbre à sau­cisses.

Plu­sieurs types d’an­ti­lopes, dont des Cobes de Lechwe, ha­bitent le sec­teur.

Une lionne mon­trant fiè­re­ment sa den­ti­tion!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.