De­vant nous, un re­tour à la mu­sique pop

Après s’être plon­gé dans un uni­vers coun­try avec sa tri­lo­gie Ame­ri­ca­na, avoir pré­sen­té ses chan­sons en ver­sion sym­pho­nique et avoir joué les croo­ners sur disque comme sur scène, au cours des der­nières an­nées, Roch Voi­sine a choi­si de re­nouer avec la pop p

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Va­nes­sa Gui­mond

«Le der­nier al­bum ori­gi­nal avait été fait il y a 10 ans. Ce ne sont donc pas les su­jets qui man­quaient, a dé­cla­ré le chan­teur, lors d’une en­tre­vue ac­cor­dée au Jour­nal. J’ai eu le temps de vivre un peu. Je sa­vais quels thèmes je sou­hai­tais abor­der. En ce qui a trait au for­mat mu­si­cal, ce­pen­dant, je n’en avais au­cune idée!»

Ce­lui qui a cé­lé­bré ses 30 ans de car­rière, l’été der­nier, ex­plique qu’il s’est lan­cé dans une ré­flexion par rap­port aux ha­bi­tudes de consommation du pu­blic avant de prendre la dé­ci­sion d’ef­fec­tuer un re­tour vers la pop.

«Quand j’ai com­men­cé dans le mé­tier, les gens s’as­soyaient de­vant un “sys­tème de son” et ils écou­taient de la mu­sique. Ça n’existe plus, au­jourd’hui. La plu­part des gens [...] écoutent la mu­sique dans leur voi­ture, sur leur iPhone, en strea­ming... Ils se font des play­lists. C’est com­plè­te­ment autre chose, main­te­nant, et le for­mat idéal pour ré­pondre à ce­la, c’est la pop.»

Ce der­nier consi­dère éga­le­ment que la pop est le style mu­si­cal à adop­ter lorsque l’on sou­haite avoir une pré­sence sur les ondes ra­dio, un im­pé­ra­tif pour réus­sir à re­joindre le pu­blic, de nos jours.

«J’ai réa­li­sé qu’il fal­lait peut-être que j’aide les gens à m’ai­mer, un peu, a-t-il dit. Comment peuvent-ils se pro­cu­rer mon nou­vel al­bum s’ils ne savent pas qu’il existe, parce que mes chan­sons ne tournent pas? À un mo­ment don­né, il faut s’adap­ter à son en­vi­ron­ne­ment.»

EN FRAN­ÇAIS

L’ar­tiste dit s’être ins­pi­ré de ses goûts per­son­nels, mais aus­si de ceux de ses en­fants, lors­qu’est ve­nu le temps de don­ner une ligne di­rec­trice à son pro­jet.

«Il y a des choses qui se font, au­jourd’hui, qui sont ex­tra­or­di­naires. C’est le cas de Cold­play. Ce que fait Ed Shee­ran, c’est in­tel­li­gent. C’est de la pop avec de beaux mes­sages [...] Il y a des ré­fé­rences que j’aime, là-de­dans, et je me suis dit que ça pou­vait aus­si se faire en fran­çais. J’ai pris ce pa­ri.»

Au ni­veau des textes, l’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète, qui s’est en­tou­ré de plu­sieurs col­la­bo­ra­teurs, dont Luc Pla­mon­don, Patxi Ga­rat et Fred Ba­ron, a aus­si fait le pa­ri de se te­nir loin des chan­sons d’amour in­ti­mistes.

«J’avais le goût de par­ler à plus de monde, d’avoir des thèmes plus fé­dé­ra­teurs, plus sé­rieux aus­si», a-t-il ex­pli­qué.

«J’ai contac­té des gens de la nou­velle gé­né­ra­tion que j’aime bien, comme Patxi Ga­rat, en France. Pa­ra­doxa­le­ment, j’ai aus­si tra­vaillé avec Luc Pla­mon­don. Ça fai­sait long­temps que nous vou­lions tra­vailler en­semble, mais ça n’adon­nait pas. C’est comme un pe­tit mi­racle que nous ayons réus­si à faire une chan­son, sur l’al­bum.»

À LA MAI­SON

Roch Voi­sine, qui co­signe la réa­li­sa­tion de De­vant nous avec Jay Le­febvre (Simple Plan, Eva Avi­la), a adop­té une nou­velle mé­thode de tra­vail, dans le cadre de ce pro­jet.

«Au lieu d’al­ler en stu­dio pen­dant deux se­maines avec des mu­si­ciens dans le but de créer de la ma­gie, nous avons dé­ci­dé de tra­vailler chez moi, dans mon sous-sol, a ra­con­té ce­lui qui a en­re­gis­tré la ver­sion fi­nale de son opus chez Pla­net Stu­dios, à Mon­tréal. C’était comme à mes dé­buts. On com­mence tous dans son sous-sol ou son ga­rage (rires).»

Ce pro­ces­sus, amor­cé en no­vembre der­nier, lui a per­mis de tra­vailler à son rythme et de vivre sa vie de fa­çon «plus nor­male» avant de re­prendre la route avec Fo­re­ver Gent­le­men, en jan­vier.

COM­PLI­CI­TÉ

D’ailleurs, lors­qu’on lui parle de cette aven­ture qu’il a por­té au Qué­bec et en Eu­rope avec ses com­plices Ga­rou et Cor­neille pen­dant plus de deux ans, le chan­teur af­firme n’en re­te­nir que du po­si­tif.

«Nous nous en­ten­dons vrai­ment bien, même si pas grand-monde au­rait ga­gé là­des­sus, au dé­but, a-t-il ra­con­té. Il n’y a eu au­cun ac­cro­chage. Les gens sont ve­nus à notre ren­contre, c’était vrai­ment co­ol. Hon­nê­te­ment, je vais m’en­nuyer d’eux.»

Ce n’est donc pas un ha­sard si Cor­neille signe des ar­ran­ge­ments vo­caux et in­ter­prète des choeurs, sur le disque.

«J’ai tou­jours ai­mé ce qu’il fait et en plus, il ha­bite à cinq mi­nutes de chez moi, a ra­con­té Roch Voi­sine. Je lui ai dit que si ça lui ten­tait, on tra­vaille­rait dans mon sous-sol tous les jours. Fi­na­le­ment, il est ve­nu tra­vailler avec nous, trois ou quatre fois. C’est une belle ad­di­tion à l’al­bum.»

Roch Voi­sine est de re­tour avec De­vant nous, son 22e al­bum en car­rière. PHO­TO AGENCE QMI, DA­RIO AYA­LA

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.