UN FILM QUI RATE SA CIBLE

L’his­toire vraie d’An­to­ni­na Za­bins­ki, incarnée par Jes­si­ca Chas­tain dans La femme du gar­dien de zoo, sent un peu trop le fac­tice hol­ly­woo­dien.

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

La femme du gar­dien de zoo Film de Ni­ki Ca­ro. Avec Jes­si­ca Chas­tain, Jo­han Hel­den­bergh, Da­niel Brühl

Nous sommes à Var­so­vie en 1939, aux dé­buts de l’in­va­sion al­le­mande. An­to­ni­na Za­bins­ki est la femme de Jan (Jo­han Hel­den­bergh), le gar­dien du zoo de la ville po­lo­naise. Elle aime pro­fon­dé­ment les at­tri­bu­tions qui sont les siennes et, bien que son couple ne prenne au­cune po­si­tion po­li­tique pu­blique, on la sent pro­fon­dé­ment dé­ran­gée par Lutz Heck (Da­niel Brühl), zoo­logue al­le­mand ren­con­tré lors d’une soi­rée.

Avec les bom­bar­de­ments, puis l’en­trée des Al­le­mands dans Var­so­vie, le zoo de­vient un champ de ruines. Jan, en tra­ver­sant le ghet­to pour al­ler ra­mas­ser les or­dures qui per­mettent de nour­rir les ani­maux qui ont sur­vé­cu, com­mence à sau­ver des juifs. Mais le zoo a été conver­ti en poste pour l’ar­mée d’in­va­sion et Lutz Heck tente de sé­duire An­to­ni­na sans mé­na­ge­ments.

L’his­toire — ti­rée du jour­nal in­time d’An­to­ni­na, ja­mais pu­blié, mais adap­té en bio­gra­phie par Diane Acker­man — est fas­ci­nante et montre un pan mé­con­nu de la Se­conde Guerre mon­diale. Mal­heu­reu­se­ment, dès les pre­mières mi­nutes de La femme du gar­dien de zoo, l’ac­cent faus­se­ment po­lo­nais de Jes­si­ca Chas­tain dé­range. Et il dé­range tel­le­ment qu’on passe plus de temps à écou­ter sa voix que les pa­roles qu’elle pro­nonce. Et parce que ce pro­blème crée une dis­tance avec le su­jet, il de­vient alors im­pos­sible de s’im­pré­gner com­plè­te­ment de cette his­toire réa­li­sée par la Néo-Zé­lan­daise Ni­ki Ca­ro.

Le dan­ger au­quel font face quo­ti­dien­ne­ment An­to­ni­na et Jan qui risquent la mort pour leurs ac­tions fa­vo­ri­sant les juifs et les scènes atroces du ghet­to de Var­so­vie souffrent de l’in­ter­pré­ta­tion peu cré­dible de Jes­si­ca Chas­tain qui donne constam­ment l’im­pres­sion d’en faire trop, sur­tout en com­pa­rai­son avec l’Al­le­mand Da­niel Brühl qui a presque un ac­cent bri­tan­nique!

Et c’est d’au­tant plus re­gret­table que le couple Za­bins­ki a sau­vé quelque 300 juifs des camps de la mort. Le pa­ral­lèle avec La liste de Schind­ler s’im­pose donc ra­pi­de­ment et, dom­mage pour nous, La femme du gar­dien de zoo ne tient pas vrai­ment la route.

L’his­toire fas­ci­nante d’An­to­ni­na Za­bins­ki (Jes­si­ca Chas­tain) et de son ma­ri Jan (Jo­han Hel­den­bergh) souffre de l’in­ter­pré­ta­tion des ac­teurs prin­ci­paux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.