ÉTON­NANT ANDREW GAR­FIELD

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND CINÉMA -

Grand mince dé­gin­gan­dé, Andrew Gar­field n’a certes pas un phy­sique de jeune pre­mier. Pour­tant, il a réus­si à s’im­po­ser à Hol­ly­wood, où il s’est mon­tré tout aus­si à l’aise dans le cos­tume de Spi­der­Man que dans l’uni­forme d’un sol­dat ob­jec­teur de conscience. Avec Si­lence de Mar­tin Scor­sese, Andrew ajoute une corde à son arc, jouant avec une rare convic­tion un mis­sion­naire confron­té à un des­tin hor­rible. À l’oc­ca­sion de la sor­tie en DVD et en VSD cette se­maine de ce beau film sou­ses­ti­mé du réa­li­sa­teur du Loup de Wall Street, re­tour sur les hauts faits de la car­rière d’un ac­teur épa­tant et aty­pique, qui n’a pas fi­ni de nous éton­ner.

2 LE RÉ­SEAU SO­CIAL (2010)

Confron­té à deux pour­suites ju­di­ciaires, Mark Zu­cker­berg dé­fend bec et ongle sa lé­gi­ti­mi­té en tant que créa­teur du ré­seau so­cial Fa­ce­book. Pour dé­peindre un per­son­nage com­plexe, pris dans les mailles d’une in­trigue au riche po­ten­tiel, Da­vid Fin­cher (Les ap­pa­rences) a op­té pour une construc­tion en fla­sh­back qui cultive l’am­bi­va­lence. La trame so­nore fas­ci­nante, la mise en scène pé­né­trante et le jeu sub­til de Jesse Ei­sen­berg en font un in­con­tour­nable. Dans le rôle d’Eduar­do Sa­ve­rin, meilleur ami tra­hi de Zu­cker­berg, Andrew Gar­field se ré­vèle fort at­ta­chant.

3 AU­PRÈS DE MOI TOU­JOURS (2010)

Une jeune femme, née par clo­nage et des­ti­née à cé­der ses or­ganes vi­taux à des ma­lades, se re­mé­more sa jeu­nesse au­près de ses amis, dans un pen­sion­nat de l’An­gle­terre ru­rale.

Par­tant d’un su­jet contro­ver­sé et émo­tif em­prun­té au ro­man­cier Ka­zuo Ishi­gu­ro (Les ves­tiges du jour), Mark Ro­ma­nek (Pho­to ob­ses­sion) a pri­vi­lé­gié un trai­te­ment dis­tan­cié, qui rend son film en­core plus puis­sant. Cette mé­di­ta­tion sub­tile sur l’exis­tence de l’âme et le prix de la vie hu­maine est dé­fen­due par les nuan­cées Ca­rey Mul­li­gan et Kei­ra Kneight­ley, au­près du fra­gile Andrew.

4 L’EX­TRA­OR­DI­NAIRE SPIDER-MAN 2 (2014)

Tout en se dé­bat­tant avec son amour im­pos­sible pour Gwen, Pe­ter Par­ker, alias Spider-Man, com­bat une en­ti­té des­truc­trice qui se nour­rit d’élec­tri­ci­té.

Après un pre­mier épi­sode ef­fi­cace mais sans grande sur­prise, cette suite gagne en force dra­ma­tique et en co­hé­rence nar­ra­tive. La réa­li­sa­tion de Marc Webb ((500) jours avec Sum­mer) est ex­ci­tante, sou­vent spec­ta­cu­laire, et Andrew in­carne le su­per­hé­ros avec plus d’aplomb que dans le film pré­cé­dent.

4 HACKSAW RIDGE (2016)

Du­rant la Deuxième Guerre mon­diale, Des­mond T. Dess s’en­gage dans l’ar­mée comme ob­jec­teur de conscience. En­voyé au front à Oki­na­wa en qua­li­té d’in­fir­mier, il prouve sa va­leur en ra­me­nant seul plus de 70 bles­sés.

Dans ce drame ins­pi­ré d’une his­toire vraie, Mel Gib­son (La pas­sion du Christ) met en va­leur ses deux ob­ses­sions: l’hé­roïsme et la dé­vo­tion. Après une pre­mière par­tie au ton can­dide, le film se trans­porte sur le champ de ba­taille, don­nant lieu à un spec­tacle d’une vio­lence in­sen­sée, sou­li­gnée par une mise en scène im­mer­sive. Dans le rôle du hé­ros sans peur et sans re­proche, Andrew a la tête de l’em­ploi et fait preuve d’as­su­rance et de sensibilité.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.