LA RÉ­VÉ­LA­TION

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND -

C’est une grande his­toire d’amour que vit Na­nette Work­man avec le pu­blic qué­bé­cois de­puis plus de 50 ans. Ar­ri­vée de New York en mars 1966, à la de­mande de son com­plice To­ny Ro­man, la chan­teuse s’est tout de suite sen­tie la bien­ve­nue dans la Belle Pro­vince.

«Quand je suis ar­ri­vée, je ne par­lais pas fran­çais. Dé­jà, c’était quelque chose, mais on se dé­brouillait bien puisque notre en­tou­rage était bi­lingue, a-t-elle ex­pli­qué en en­tre­vue. C’était très ex­ci­tant d’être té­moin de tout ce qui se pas­sait à ce mo­ment-là.»

La chan­teuse, qui a été sa­crée dé­cou­verte de l’an­née au Ga­la des ar­tistes en 1967, a en­re­gis­tré un disque dès son ar­ri­vée chez nous. Les spec­tacles se sont ra­pi­de­ment en­chaî­nés, puis il y a eu Fleurs

d’amour, fleurs d’amitié, l’émis­sion dif­fu­sée à Ra­dio-Ca­na­da qu’elle a pi­lo­tée avec To­ny Ro­man.

«To­ny était un bon ma­na­ger, a-t-elle sou­li­gné. Il a su quoi faire. J’ai été re­çue cha­leu­reu­se­ment par les Qué­bé­cois, mais moi aus­si, je les ai adop­tés. Je ne vou­lais plus re­tour­ner aux États-Unis.»

C’est parce que la pé­riode de l’Ex­po a été mar­quante dans sa car­rière que Na­nette a ac­cep­té de se joindre à l’équipe d’Un jour, un jour: Ex­po 67 –

50 ans, spec­tacle qui se­ra pré­sen­té au Ca­ba­ret du Ca­si­no de Mon­tréal à comp­ter du 5 juillet.

«J’ai une réelle connexion avec l’Ex­po, sur­tout à cause de Fleurs d’amour, fleurs d’amitié, qui était très po­pu­laire, à l’époque, a dit l’ar­tiste. L’an­née 1967, ça re­pré­sente mon ar­ri­vée au Qué­bec. C’était un choix évident, pour moi.»

En com­pa­gnie de quatre autres chan­teurs, l’ar­tiste in­ter­pré­te­ra 50 suc­cès qui ont mar­qué l’an­née 1967, dont Na­tu­ral Wo­man (Are­tha Franklin), All You Need Is Love (The Beatles), C’est

ma chan­son (Petula Clark) et, bien sûr, Un jour, un jour (Do­nald Lau­trec).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.