UN FILM DE MONSTRES PAS COMME LES AUTRES

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Anne Ha­tha­way et Jason Su­dei­kis sont d’an­ciens amis de l’école pri­maire qui vont s’af­fron­ter d’une ma­nière bien par­ti­cu­lière.

Glo­ria (Anne Ha­tha­way) boit trop, rentre tôt chez elle et ment tout le temps. Ce n’est donc pas éton­nant que Tim (Dan Ste­vens), son pe­tit ami, fi­nisse par la mettre de­hors de son loft new-yor­kais. Sans le sou – elle écrit des textes sur in­ter­net –, Glo­ria dé­cide donc de ré­in­ves­tir la mai­son vide de ses pa­rents. Elle tombe alors sur Os­car (Jason Su­dei­kis), an­cien ca­ma­rade d’école pri­maire, qui lui pro­pose un em­ploi de ser­veuse dans le bar qu’il a hé­ri­té de son père.

MO­RA­LI­SA­TEUR

Or, dans le même temps, un monstre étrange ter­ro­rise Séoul. Ap­pa­rais­sant à 8 h 05 tous les ma­tins, la créa­ture dé­truit des quar­tiers, tue des gens et gé­nère la pa­nique. Mais voi­là que Glo­ria s’aper­çoit qu’elle est ce monstre. Lors­qu’elle fi­nit par s’en­dor­mir au pe­tit ma­tin après ses beu­ve­ries, elle se re­trouve mys­té­rieu­se­ment à Séoul sous cette forme to­ta­le­ment incroyable. Évi­dem­ment, comme elle n’est pas mé­chante, Glo­ria est donc déses­pé­rée de voir à quel point elle est ca­pable de tout dé­truire sur son pas­sage. Et c’est jus­qu’à ce qu’Os­car s’en mêle.

Pas­sé le pre­mier tiers de Colossal, où l’on s’amuse fran­che­ment, on se de­mande ce que le réa­li­sa­teur Na­cho Vi­ga­lon­do a vou­lu faire. Car le ci­néaste ne tombe ja­mais dans la co­mé­die franche et fait de ce long mé­trage de 110 mi­nutes un drame mo­ra­li­sa­teur. Le monstre de Glo­ria peut pas­ser pour une pa­ra­bole sur l’al­coo­lisme et ses ra­vages, et tout le film de­vient alors l’exa­men du che­mi­ne­ment de notre hé­roïne, qui re­trou­ve­ra – bien évi­dem­ment – le che­min de la ré­demp­tion.

RÔLE IN­AT­TEN­DU

Une par­tie de l’at­trait de Colossal vient du fait que tant Anne Ha­tha­way que Jason Su­dei­kis in­carnent ici des per­son­nages à des an­nées-lu­mière des rôles qu’ils choi­sissent ha­bi­tuel­le­ment. L’ac­trice os­ca­ri­sée n’est pas sym­pa­thique (du moins au dé­but) et le co­mé­dien cesse d’être gen­til as­sez ra­pi­de­ment.

Le scé­na­rio s’en­lise donc une fois l’ef­fet de sur­prise pas­sé et la fin n’offre rien de bien ori­gi­nal. Dom­mage, Colossal au­rait pu mi­ser da­van­tage sur les monstres et sur l’hu­mour.

PHOTOS COUR­TOI­SIE

Jason Su­dei­kis et Anne Ha­tha­way in­carnent dans Colossal des per­son­nages à des an­nées-lu­mière de ceux qu’ils choi­sissent ha­bi­tuel­le­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.