LES BONS COUPS DE MI­CHAEL KEA­TON

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND CINÉMA -

Le triomphe de Bird­man, en 2014, sui­vi de ce­lui de Spot­light l’an­née sui­vante, ont don­né un nou­vel élan à Mi­chael Kea­ton, qui était pour ain­si dire tom­bé dans l’ou­bli.

Le fon­da­teur, pa­ru cette se­maine en ver­sion nu­mé­rique, n’a pas connu le même suc­cès. Mais sa com­po­si­tion très so­lide, dans ce film ra­con­tant la vie de l’homme der­rière l’em­pire Mac­Do­nald’s, confirme qu’il est là pour res­ter. Re­tour sur les meilleurs coups de la car­rière de ce grand ac­teur. BAT­MAN (1989) 3

En 1989, la pre­mière va­ria­tion au ci­né­ma de la cé­lèbre bé­dé, sous la gou­verne de Tim Bur­ton, met­tait en scène un Bat­man tor­tu­ré et sombre, à cent lieues de l’ap­proche far­fe­lue adop­tée pour le feuille­ton té­lé­vi­sé des an­nées 1960. L’au­teur a su pro­fi­ter de dé­cors im­pres­sion­nants pour don­ner à son film une al­lure fas­ci­nante. Mi­chael Kea­ton com­pose un Bat­man convain­cant, qui se fait néan­moins da­mer le pion par Jack Ni­chol­son, éblouis­sant dans le rôle du Jo­ker.

FE­NÊTRE SUR PA­CI­FIQUE (1990) 4

Mi­chael Kea­ton campe un psy­cho­pathe gla­çant dans ce thril­ler de luxe et va­gue­ment hit­ch­co­ckien, réa­li­sé par le re­gret­té John Schle­sin­ger (Ma­ca­dam Cow­boy). Me­la­nie Grif­fith et Mat­thew Mo­dine jouent pour leur part un couple idyl­lique aux prises avec ce lo­ca­taire ré­so­lu à rui­ner leurs vies. L’in­trigue est me­née avec in­tel­li­gence et la réa­li­sa­tion fait montre d’un sens ai­gui­sé du dé­tail. Cer­taines re­cettes pa­raissent fa­mi­lières, mais l’en­semble cap­tive sans re­lâche. La com­po­si­tion in­quié­tante de Kea­ton y est pour beau­coup.

MUL­TI­PLI­CI­TÉ (1996) 4

Ac­ca­pa­ré par ses obli­ga­tions pro­fes­sion­nelles et fa­mi­liales, un père de fa­mille se sou­met à une ex­pé­rience de clo­nage, qui gé­nère trois autres ver­sions de lui-même. – Réa­li­sée par Ha­rold Ra­mis (Le jour de la mar­motte), cette co­mé­die dia­ble­ment drôle et ef­fi­cace donne à Mi­chael Kea­ton l’oc­ca­sion de mon­trer une fa­cette moins ex­ploi­tée de son im­mense ta­lent.

BIRD­MAN (2014) 2

Éblouis­sant tour de force dra­ma­tique et au­dio­vi­suel, cette co­mé­die exis­ten­tielle mêle hu­mour et déses­poir au fil d’une ré­flexion dé­to­nante sur le suc­cès et la créa­ti­vi­té. Réa­li­sé avec au­dace et brio par Ale­jan­dro Gon­za­lez Inar­ri­tu (Ba­bel, Le re­ve­nant), le film nous en­traîne dans la tête du pro­ta­go­niste, per­du entre réa­li­té et fic­tion. Dia­lo­guant avec son al­ter ego entre deux nu­mé­ros de té­lé­ki­né­sie, croi­sant un bat­teur en train de jouer la mu­sique du film, ou cou­rant à moi­tié nu à tra­vers un Times Square bon­dé, Mi­chael Kea­ton trouve dans cet an­ti-hé­ros – qui re­coupe son per­son­nage pu­blic – le rôle de sa vie.

SPOT­LIGHT (2015) 3

En 2001, une équipe de jour­na­listes du Bos­ton Globe, di­ri­gée par Wal­ter Ro­bin­son (Kea­ton), ré­vèle au grand jour les ma­noeuvres de l’ar­chi­dio­cèse de la ville pour pro­té­ger plus de 80 prêtres pé­do­philes. – Com­plé­men­taires sans être ar­ché­ty­pés, les per­son­nages de ce drame his­to­rique, ré­com­pen­sé par l’os­car du meilleur film en 2015, forment le choeur d’une ins­ti­tu­tion (la presse écrite) qui consti­tue un per­son­nage à part en­tière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.