CROIRE EN LA RE­LÈVE

Chaque an­née, des di­zaines d’ac­teurs sont for­més dans di­verses écoles de théâtre. Le met­teur en scène Yves Des­ga­gnés, qui a en­sei­gné à cer­tains d’entre eux, a choi­si de mon­ter un spec­tacle avec onze fi­nis­sants du Conser­va­toire d’art dra­ma­tique de Mon­tréal

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND THÉÂTRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale louise.bour­bon­nais @que­be­cor­me­dia.com

«C’est pour moi une vé­ri­table cure de jou­vence que de tra­vailler avec ces jeunes, confie d’en­trée de jeu le met­teur en scène Yves Des­ga­gnés. J’adore en­sei­gner!»

Sa com­pli­ci­té avec les étu­diants en théâtre n’a rien de ré­cent. Pen­dant plu­sieurs an­nées jus­qu’à la fin des an­nées 1990, il a en­sei­gné à l’École na­tio­nale de théâtre du Ca­na­da. Une ving­taine d’an­nées plus tard, après avoir mon­té une mul­ti­tude de pièces, il a ac­cep­té à nou­veau de re­le­ver le dé­fi en pre­nant en charge une classe de onze fi­nis­sants, cette fois, au Conser­va­toire d’art dra­ma­tique de Mon­tréal.

RE­LE­VER LE DÉ­FI

Ces fi­nis­sants qui sont sur le point de conclure leur for­ma­tion de trois ans sont âgés de 22 à 25 ans et rêvent tous d’une car­rière en théâtre. Bien qu’ils soient conscients qu’ils sont nom­breux à sor­tir de ces écoles spé­cia­li­sées et des cé­geps de Sainte-Thé­rèse et de Saint-Hya­cinthe, rien ne semble vou­loir les ar­rê­ter. Ils sont prêts à re­le­ver les dé­fis sa­chant que rien n’est ga­gné d’avance. «Les sta­tis­tiques in­diquent que moins de 1 % vont ga­gner au-des­sus de 35 000 $ an­nuel­le­ment en tant qu’ac­teur», rap­pelle Yves Des­ga­gnés.

CRÉA­TION AU­DA­CIEUSE

Pour leur pièce de fin d’an­née, Yves Des­ga­gnés a joué la carte de l’au­dace. «J’ai de­man­dé à cha­cun d’entre eux de choi­sir le per­son­nage d’un clas­sique qu’il rê­vait d’in­ter­pré­ter», ex­plique le met­teur en scène. Ré­sul­tat, ils se sont re­trou­vés avec 11 per­son­nages pro­ve­nant de neuf pièces dif­fé­rentes. «Ils ont tous des pre­miers rôles», sou­ligne Yves Des­ga­gnés qui pré­fé­rait ne pas re­prendre un clas­sique de fa­çon tra­di­tion­nelle pour ne pas avoir la tâche in­grate d’avoir à dis­tri­buer des rôles se­con­daires et n’avoir qu’un ou deux fi­nis­sants qui au­raient bé­né­fi­cié d’un rôle d’im­por­tance. À par­tir de là, Yves Des­ga­gnés, avec la com­pli­ci­té de Gil­bert Trup à la dra­ma­tur­gie, a créé une nou­velle pièce pou­vant in­té­grer tous ces per­son­nages. «Je tra­vaille de­puis des mois sur ce pro­jet, c’est un tra­vail colossal», confie le met­teur en scène.

LE MÉ­LANGE D’ÉPOQUES

Ain­si, on se re­trouve avec neuf pièces d’époques dif­fé­rentes où chaque per­son­nage don­ne­ra la ré­plique à un per­son­nage d’une autre époque. Pour par­ve­nir à ob­te­nir une pièce qui se tient, il fal­lait choi­sir des pas­sages dans cha­cune des oeuvres qui pou­vaient s’in­té­grer aux autres. «On y est ar­ri­vé en conser­vant in­tactes les ré­pliques des oeuvres ori­gi­nales», sou­ligne Yves Des­ga­gnés.

Ain­si, on se re­trou­ve­ra avec Cy­ra­no de Ber­ge­rac qui don­ne­ra la ré­plique à Mar­tha de Qui a peur de Vir­gi­nia Woolf, ou en­core à Ju­liette de Ro­méo et Ju­liette. «Cha­cun au­ra son cos­tume se­lon son époque», ré­vèle le met­teur en scène.

Le met­teur en scène Yves Des­ga­gnés en­tou­ré des fi­nis­sants du Conser­va­toire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.