OU­VERT SUR LE MONDE

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - VANESSA GUI­MOND Le Jour­nal de Mon­tréal vanessa.gui­mond@que­be­cor­me­dia.com

Du 6 juillet au 6 août, c’est au Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal Hautes-Lau­ren­tides que se don­ne­ront ren­dez-vous des ar­tistes comme Marc Her­vieux, Na­ta­lie Cho­quette et Alexandre Da Cos­ta. En plus d’en être le di­rec­teur ar­tis­tique, le vio­lo­niste y of­fri­ra trois concerts dans trois for­mules dif­fé­rentes. «J’ai vrai­ment l’im­pres­sion que cette an­née, nous avons at­teint un autre ni­veau», a-t-il af­fir­mé, en en­tre­vue.

C’est pour cette rai­son, nous a ex­pli­qué l’ar­tiste, que les res­pon­sables de l’évé­ne­ment ont choi­si de mo­di­fier son nom en rem­pla­çant le mot «clas­sique» par «in­ter­na­tio­nal», en vue de sa 19e édi­tion. Loin d’être ano­din, ce chan­ge­ment of­fri­ra à ses pro­gram­ma­teurs une plus grande la­ti­tude, au cours des an­nées à ve­nir.

«Nous ac­cueillons des ar­tistes de par­tout dans le monde. Ce sont des gens avec qui j’ai tra­vaillé ou avec qui j’ai tour­né. Ça me fait plai­sir de les in­vi­ter à ve­nir au Qué­bec, où ils peuvent dé­cou­vrir une ré­gion qui est su­per belle», a in­di­qué le mu­si­cien, ci­tant en exemple L’en­semble Gar­na­ti, ori­gi­naire de l’Es­pagne, qui ou­vri­ra le fes­ti­val à l’Église du Vil­lage de Mont-Trem­blant, le 6 juillet.

«En plus, comme c’est un fes­ti­val d’été, je ne vou­lais pas res­ter uni­que­ment dans le clas­sique. Nous avons du jazz, de la mu­sique du monde, a-t-il ajou­té. J’aime mé­lan­ger les genres, faire un peu de cros­so­ver. Notre nou­veau titre nous per­met ça.»

NOU­VELLE VIE

Pour Alexandre Da Cos­ta, le Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal Hautes-Lau­ren­tides s’est trans­for­mé, en quelque sorte, en un pro­jet fa­mi­lial. Au mo­ment où il en de­ve­nait le di­rec­teur ar­tis­tique, il y a cinq ans, sa femme, Mar­tine Car­di­nal, y dé­cro­chait éga­le­ment le poste de di­rec­trice gé­né­rale.

«C’est bien, parce que nous pou­vons dis­cu­ter de l’évé­ne­ment sans avoir à or­ga­ni­ser de ren­contre of­fi­cielle, a-t-il sou­li­gné. C’est as­sez agréable.»

Cette fonc­tion s’ins­crit éga­le­ment dans la nou­velle «struc­ture de vie» du vio­lo­niste qui, il y a quelques an­nées, a dû re­pen­ser sa car­rière (in­ter­na­tio­nale) dans le but de fon­der une fa­mille.

«Ma réalité, c’est que je ne peux pas être dix mois par an­née en tour­née. Je ne pour­rais pas avoir de fa­mille, si­non», a dit le père d’un gar­çon de 3 ans.

Afin d’ame­ner une cer­taine forme de sta­bi­li­té dans sa vie, le mu­si­cien a ac­cep­té de de­ve­nir le chef du dé­par­te­ment des cordes de l’Uni­ver­si­té Edi­thCo­wan si­tuée à Perth, en Aus­tra­lie, où il vit 20 se­maines par an­née (dix se­maines par se­mestre), avec sa femme et son fils. Le reste de son temps est consa­cré à la tour­née, ain­si qu’au Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal Hautes-Lau­ren­tides.

«Mon point de ral­lie­ment, c’est Mon­tréal, c’est le Qué­bec, a-t-il dit. Je me sens moins or­phe­lin de­puis que je fonc­tionne comme ça. Même si je pars en­sei­gner loin, je sais qu’ici, j’ai mes gens, j’ai mon équipe.» Toutes les in­for­ma­tions concer­nant la pro­gram­ma­tion du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal Hautes-Lau­ren­tides se trouvent au concert­shautes-lau­ren­tides.com.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.