UN TA­LENT AUX MUL­TIPLES FA­CETTES

De­puis quelques an­nées main­te­nant, Car­la Tur­cotte fait son che­min comme co­mé­dienne. Plu­sieurs l’ont con­nue dans Uni­té 9. D’autres pour­raient bien­tôt la dé­cou­vrir grâce à la réa­li­sa­tion ou à la mu­sique. Por­trait d’une jeune femme pleine de pro­jets.

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION WEEKEND - FRAN­CIS BOL­DUC

Car­la Tur­cotte est âgée de 25 ans, mais on lui en donne fa­ci­le­ment 6 ou 7 de moins. La gé­né­tique y se­rait pour quelque chose. « Je sais que je ne fais pas mon âge. C’est fan­tas­tique, mais en même temps, ma mère a l’air tel­le­ment jeune elle aus­si. Je le prends bien ! » di­telle en riant.

Ori­gi­naire de Dé­ge­lis, dans le Té­mis­coua­ta (Bas-Saint-Laurent), la jeune co­mé­dienne est la seule fille de sa fra­trie. « J’ai un frère aî­né qui est mé­ca­ni­cien et un autre plus jeune qui tra­vaille comme mas­so­thé­ra­peute. » Son père est ou­vrier spé­cia­li­sé et sa mère tra­vaille pour Les 4 Scènes, un re­grou­pe­ment de salles de spec­tacles si­tuées à Dé­ge­lis, à Po­hé­né­ga­mook et à Té­mis­coua­ta-sur-le-Lac.

En 2009, Car­la a quit­té son coin de pays pour al­ler s’ins­tal­ler à Mon­tréal afin d’y étu­dier le ci­né­ma au ni­veau col­lé­gial. Elle est ar­ri­vée au jeu en fai­sant la connais­sance du réa­li­sa­teur Ra­faël Ouel­let (Blue Moon 3, Nou­velle adresse). « On vient du même vil­lage. En 2011, il y a tour­né son film Ca­mion, dans le­quel j’avais une scène. »

Avant Ca­mion, le réa­li­sa­teur en a pro­fi­té pour tour­ner dans son vil­lage

Le cèdre pen­ché, en 2007, et l’an­née sui­vante, Der­rière moi. « Il cher­chait des gens pour faire de la fi­gu­ra­tion, et j’y suis al­lée sans trop sa­voir ce que ça re­pré­sen­tait. L’an­née d’après, il me de­man­dait de jouer dans son film New

Den­mark, qui met­tait en scène des jeunes de la ré­gion. »

SON PA­PA SOUS SA DI­REC­TION

Une car­rière ar­tis­tique comme co­mé­dienne s’est ou­verte pour Car­la, qui rê­vait au dé­part de de­ve­nir mu­si­cienne. « Le jeu, c’est fas­ci­nant. De plus, le fait de ne pas avoir étu­dié dans ce do­maine exige une grande re­cherche per­son­nelle. Le jeu me fait vrai­ment tri­per. Je m’in­té­resse aus­si à la réa­li­sa­tion de­puis peu. J’ai d’ailleurs fait mon pre­mier court mé­trage tout ré­cem­ment. » Elle a consa­cré son film do­cu­men­taire, in­ti­tu­lé Des

grandes jour­nées d’temps, à quel­qu’un de proche. « C’est le por­trait d’un chas­seur... mon pa­pa, en fait ! On le suit à la chasse, et il y a une ré­flexion sur la fa­mille et les pas­sions qui se trans­mettent, ou pas, de gé­né­ra­tion en gé­né­ra­tion. »

L’EX­PÉ­RIENCE UNI­TÉ 9

Au mo­ment de l’en­tre­vue, un pre­mier bloc de tour­nage de la sé­rie Uni­té 9 avait été ache­vé. Car­la y re­prend son rôle d’Éva Cô­té, une pri­son­nière de l’uni­té 7. Qu’ar­ri­ve­ra-t-il avec son per­son­nage ? « Je ne peux pas vous dé­voi­ler quoi que ce soit pour le mo­ment, mais je peux vous dire qu’Éva est un per­son­nage fa­bu­leux à jouer parce qu’elle est très loin de qui je suis. Je suis une fille ti­mide, alors qu’Éva est vrai­ment cen­trée sur le pa­raître et la vo­lon­té de char­mer. Jouer Éva m’a vrai­ment dé­gour­die, si je peux dire ! Avec le temps, je suis de plus en plus à l’aise avec mon per­son­nage. Je trouve ça beau d’être dans la peau de quel­qu’un d’autre et de voir comment cette per­sonne peut évo­luer. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.