QUAND LA CO­MÉ­DIE RE­JOINT LE DRAME

Dans le cadre des fes­ti­vi­tés du 375e de Mon­tréal, le Théâtre du Ri­deau Vert cé­lèbre à sa fa­çon un pan de l’his­toire avec une créa­tion qui se­ra pré­sen­tée en grande pre­mière. Cam­pée en 1750, cette pièce en ap­pa­rence his­to­rique est néan­moins une pure fic­tion

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE WEEKEND - LOUISE BOUR­BON­NAIS Col­la­bo­ra­tion spé­ciale louise.bour­bon­nais @que­be­cor­me­dia.com

Ex­cep­tion­nel­le­ment, le Théâtre du Ri­deau Vert pré­sen­te­ra une pièce en plein coeur de la sai­son es­ti­vale. Le 375e de la mé­tro­pole était le pré­texte idéal pour se prê­ter au jeu. Pour ce faire, De­nise Fi­lia­trault, la di­rec­trice ar­tis­tique du Ri­deau Vert, a fait ap­pel à l’au­teur Em­ma­nuel Rei­chen­bach, à qui l’on doit les adap­ta­tions des pièces In­tou­chables et Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?

« J’ai été char­mé par cette pièce qui est très drôle », lance Si­mon Beau­lé-Bul­man, qui tien­dra le rôle prin­ci­pal.

Le jeune ac­teur, que l’on a pu voir aux cô­tés d’Anne-Ma­rie Ca­dieux dans

La di­vine illu­sion en 2015, avait fait l’ob­jet de cri­tiques élo­gieuses pour son rôle de sé­mi­na­riste as­pi­rant à de­ve­nir au­teur pour le théâtre. Coup du des­tin, Si­mon Beau­lé-Bul­man se­ra de nou­veau sur les planches, in­ter­pré­tant Tho­mas Beau­bien, un jeune au­teur pour le théâtre. « Mon per­son­nage est un ar­tiste tour­men­té, an­gois­sé, qui manque d’as­su­rance et qui est à la fois va­ni­teux », sou­ligne-t-il.

NOU­VELLE-FRANCE

La pièce se si­tue lors du 115e an­ni­ver­saire de Mon­tréal, que l’on nom­mait à l’époque Ville-Ma­rie, juste avant la do­mi­na­tion bri­tan­nique. Ain­si, pour re­pré­sen­ter ce tour­nant de l’his­toire, on re­trou­ve­ra des au­toch­tones, des sei­gneurs, des sé­mi­na­ristes et des cou­reurs des bois. Si l’on tente de faire re­vivre l’époque de la Nou­velle-France sur les planches, la créa­tion n’a au­cune pré­ten­tion his­to­rique, ce qui n’em­pêche pas de pré­sen­ter des per­son­nages très co­lo­rés avec des cos­tumes d’époque. « Tous les per­son­nages se­ront dans les ex­trêmes, an­nonce le co­mé­dien. Il y au­ra des gens mé­chants et des cruels et d’autres qui se­ront gen­tils et très naïfs. »

GRANDS AU­TEURS

« Tho­mas re­ce­vra du sei­gneur une com­mande de texte de théâtre pour le 115e de Ville-Ma­rie », ré­vèle Si­mon Beau­lé-Bul­man. Du même coup, on lui com­man­de­ra un bien-cuit contre le sei­gneur (Ro­ger La­rue), qui re­pré­sente le pou­voir. Dans les faits, le cler­gé (Carl Bé­chard) sou­haite se­mer la pa­gaille dans la sei­gneu­rie.

Les cé­lèbres au­teurs Mo­lière et Sha­kes­peare étant sous l’in­fluence du jeune au­teur, ils se re­trou­ve­ront dans son in­cons­cient. Il sou­haite rien de moins que de de­ve­nir le suc­ces­seur de ces géants de la lit­té­ra­ture. « Leurs fantômes se­ront pré­sents, confie l’in­ter­prète. Les grands au­teurs agi­ront éga­le­ment en tant que nar­ra­teurs et vont bri­ser le 4e mur en s’adres­sant di­rec­te­ment au pu­blic. »

Outre l’in­trigue au­tour de la pièce de théâtre à créer, s’ajou­te­ront une his­toire d’amour, des tra­hi­sons et des jeux de pou­voir. Un beau mé­lange des co­mé­dies de Mo­lière et des drames sha­kes­pea­riens. « Il y au­ra même un meurtre », dé­voile le co­mé­dien.

MO­LIÈRE, SHA­KES­PEARE ET MOI

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.