VOUS AVEZ DIT BIZARRE ?

Un film de Bruno Du­mont. Avec Fa­brice Lu­chi­ni, Ju­liette Bi­noche, Va­le­ria Bru­ni Te­des­chi La nou­velle offre du Fran­çais Bruno Du­mont (La vie de Jé­sus) dé­route consi­dé­ra­ble­ment.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - ISABELLE HONTEBEYRIE Agence QMI

Ma loute se si­tue au dé­but du siècle der­nier, dans les années 1910, au bord de la mer. Les pre­mières mi­nutes nous plongent dans le quo­ti­dien d’une fa­mille de pê­cheurs, ra­mas­seurs de co­quillages, en se concen­trant sur Ma loute Bru­fort (Bran­don La­vie­ville), le fils aî­né de L’Éter­nel (Thier­ry La­vie­ville) et de sa femme (Ca­ro­line Car­bon­nier).

La fa­mille bour­geoise, com­po­sée d’An­dré Van Pe­te­ghem (Fa­brice Lu­chi­ni), d’Isabelle Van Pe­te­ghem (Va­le­ria Bru­ni Te­des­chi) et de leurs deux filles, Ga­by (Lau­ré­na Thel­lier) et Blanche (Ma­non Royère), dé­barque alors, s’ex­ta­siant comme il se doit sur la beau­té rus­tique des lieux. Viennent en­suite Billie Van Pe­te­ghem (Ralph), fille d’Aude (Ju­liette Bi­noche), soeur d’An­dré.

Ces deux fa­milles ne tardent pas à se re­trou­ver mê­lées à l’en­quête de l’ins­pec­teur Ma­chin (Di­dier Despres) et de son ad­joint Mal­foy (Cy­ril Ri­gaux), duo au phy­sique de Lau­rel et Har­dy, qui se penchent sur d’étranges dis­pa­ri­tions… qui ont sû­re­ment quelque chose à voir avec les Bru­fort, dont le can­ni­ba­lisme est ra­pi­de­ment ré­vé­lé aux spec­ta­teurs sous la forme d’une mar­mite de mor­ceaux hu­mains nap­pés de sang rouge fram­boise.

Tout est dé­ca­lé dans ce long mé­trage de 122 mi­nutes écrit et réa­li­sé par Bruno Du­mont, pré­sen­té en com­pé­ti­tion of­fi­cielle du Fes­ti­val de Cannes en 2016 et nom­mé aux Cé­sar la même an­née, sans tou­te­fois rem­por­ter le moindre prix. L’hu­mour en est un de cri­tique so­ciale et d’ab­surde, ne gé­né­rant donc pas de rires.

Les né­vroses des Van Pe­te­ghem, l’at­trac­tion entre Billie et Ma loute ain­si que le dé­ca­lage des si­tua­tions ne par­viennent ja­mais à convaincre mal­gré une fac­ture vi­suelle de qua­li­té. Est-ce parce qu’on se sent dé­ci­dé­ment trop étran­ger à cet uni­vers ima­gi­naire? Est-ce parce que le dé­ca­lage ne per­met ja­mais de créer un lien avec les pro­ta­go­nistes? Ce­la n’em­pêche tou­te­fois pas de sa­vou­rer cer­taines ré­pliques (même si Fa­brice Lu­chi­ni fi­nit par trop en faire), les dé­cors su­perbes et les cos­tumes d’époque.

Mais est-ce vrai­ment suf­fi­sant pour un dé­pla­ce­ment en salle ?

Ju­liette Bi­noche prête ses traits à Aude, une mère de fa­mille. ∫

L’ins­pec­teur Ma­chin (Di­dier Despres) et son ad­joint Mal­foy (Cy­ril Ri­gaux) se pen­che­ront sur d’étranges dis­pa­ri­tions...

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.