NOTORIÉTÉ ACQUISE AU PE­TIT ÉCRAN

Mar­tin Lan­dau a certes eu une grande car­rière au ci­né­ma, mais ce sont ses rôles à la té­lé­vi­sion qui ont mar­qué le dé­but de sa car­rière... et des mil­liers de té­lé­spec­ta­teurs. L’es­sen­tiel de sa notoriété, Mar­tin Lan­dau l’a ac­quis grâce à son rôle dans Mis­si

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - SANDRA GODIN

Le Jour­nal de Qué­bec L’ac­teur est dé­cé­dé samedi der­nier, à l’âge de 89 ans, à Los An­geles, à la suite de « com­pli­ca­tions in­at­ten­dues », a ré­vé­lé son agent, sus­ci­tant de vives ré­ac­tions de la part du monde hol­ly­woo­dien.

Après une in­cur­sion sur Broad­way dans les années 50, puis en 1959 dans un des films les plus cé­lèbres d’Al­fred Hit­ch­cock,

La mort aux trousses, Mar­tin Lan­dau se fait connaître grâce à Mis­sion : Im­pos­sible, dif­fu­sée à CBS, cé­lèbre sé­rie d’où dé­coulent les films.

Il a in­car­né le maître des dé­gui­se­ments Rol­lin Hand, entre 1966 et 1969. Il y joue d’ailleurs avec sa femme, Bar­ba­ra Bain, avec qui il a eu deux filles (il avait briè­ve­ment fré­quen­té Ma­ry­lin Mon­roe). La sé­rie, qui lui vaut un Gol­den Globe en 1968, avait été écrite par son bon ami Bruce Gel­ler.

Mais le couple quitte la sé­rie après trois ans, puisque la pro­duc­tion ne vou­lait pas

aug­men­ter leur ca­chet.

Mar­tin Lan­dau s’en­vo­le­ra en­suite en Grande-Bre­tagne, où il tien­dra un autre rôle mar­quant. Il y tourne pen­dant quelques sai­sons, en py­ja­ma mou­lant, Space: 1999 (Cos­mos : 1999).

Plus tard, il est ap­pa­ru dans de nom­breuses sé­ries cultes. Il se­ra un as­sas­sin dans Co­lum­bo, en 1973, il joue­ra dans

Chan­tage à Wa­shing­ton, de Spiel­berg. Plus ré­cem­ment, le pu­blic l’a vu entre 2004 et 2009 dans FBI : Por­tés dis­pa­rus et En­tou­rage.

LE CI­NÉ­MA

On se sou­vien­dra éga­le­ment de Mar­tin Lan­dau pour avoir re­fu­sé le rôle de Spock dans la cé­lèbre sé­rie té­lé­vi­sée Star Trek. « Un per­son­nage sans émo­tion m’au­rait tout sim­ple­ment ren­du fou. J’au­rais eu be­soin d’une lo­bo­to­mie », avait-il jus­ti­fié en 2001.

Mar­tin Lan­dau a été quelques années à avoir de la dif­fi­cul­té à re­lan­cer sa car­rière. Tim Bur­ton don­ne­ra un se­cond souffle à son pro­li­fique che­mi­ne­ment en lui of­frant le rôle poi­gnant de Be­la Lu­go­si, dans le film Ed Wood, en 1994. Lan­dau dé­cro­che­ra un Os­car pour le meilleur se­cond rôle, après deux no­mi­na­tions in­fruc­tueuses.

DE COPPOLA À ALLEN

Il a éga­le­ment tour­né pour Bur­ton dans Slee­py Hol­low. L’ac­teur a brillé à l’écran pour les plus grands ci­néastes de la pla­nète, de Coppola à Woo­dy Allen, pour qui il a joué dans Crimes et dé­lits, un autre rôle mar­quant. Sur­tout re­con­nu pour ses se­conds rôles, Lan­dau s’est aus­si im­po­sé aux cô­tés d’Eli­za­beth Tay­lor dans

Cléo­pâtre et a don­né la ré­plique à Al Pacino et Jim Carrey.

Mar­tin Lan­dau a tra­vaillé jus­qu’à la toute fin de sa car­rière. Son der­nier film au­ra été The Last Po­ker Game, sor­ti en avril der­nier aux États-Unis.

Cos­mos : 1999

Mis­sion : Im­pos­sible

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.