UN HOTEL PAS COMME LES AUTRES

La nou­velle créa­tion Bien­ve­nue/Wel­come, à l’af­fiche à L’An­cien pres­by­tère de Gran­by, met en scène une qua­ran­taine de per­son­nages qui dé­fi­le­ront dans une même chambre d’hô­tel sur plus de 100 ans. À tra­vers plu­sieurs sketches, cette co­mé­die de si­tua­tion fer

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - LOUISE BOURBONNAIS Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Le Théâtre de l’an­cien pres­by­tère à Gran­by aime pré­sen­ter des pièces qui sont ori­gi­nales et qui sortent du re­gistre ha­bi­tuel. Celle-ci, écrite à douze mains, fe­ra vivre à ses spec­ta­teurs un re­tour dans le temps, au moyen d’une ving­taine de nu­mé­ros. « On a tra­vaillé avec six au­teurs parce que l’on vou­lait dif­fé­rentes cou­leurs, puisque la pièce se joue sur 100 ans de 1900 à 2000 », ex­plique le met­teur en scène Mar­tin Gou­geon, qui fait éga­le­ment par­tie de la dis­tri­bu­tion, en plus d’avoir par­ti­ci­pé à l’écri­ture de la pièce.

Les quatre acteurs joue­ront à eux seuls une qua­ran­taine de per­son­nages, ce qui re­pré­sente tout un dé­fi pour les chan­ge­ments de cos­tume. « Ce sont les cos­tumes qui per­mettent de si­tuer l’époque à la­quelle on se trouve, ajou­tet-il. Les chambres d’hô­tel changent peu au fil des dé­cen­nies. »

UN SIÈCLE

La pièce qui s’étend sur 100 ans d’his­toire s’amorce avec des gang­sters au mo­ment de l’ou­ver­ture de l’hô­tel et évo­lue­ra dans le temps. « On va jus­qu’au bogue de l’an 2000 », sou­ligne le met­teur en scène, qui pré­cise que nous ne sommes pas dans le vau­de­ville, mais plu­tôt dans la co­mé­die de si­tua­tion.

Le met­teur en scène ché­rit par­ti­cu­liè­re­ment un nu­mé­ro cam­pé dans les années 1940, où l’on re­trouve une re­li­gieuse qui s’est en­fuie de son couvent et un col­por­teur qui est un ven­deur de brosses. Elle ten­te­ra par tous les moyens de ré­cu­pé­rer l’ar­gent que le ven­deur lui a vo­lé. « Elle est tom­bée sous le charme et elle lui fait croire qu’elle est prête à dé­fro­quer pour lui, ré­vèle-t-il. C’est un nu­mé­ro qui fait hur­ler de rire, car on est dans l’in­ter­dit. »

Comme nous sommes dans une chambre d’hô­tel, il fal­lait éga­le­ment un couple de nou­veaux ma­riés plu­tôt mal­adroits lors de leur nuit de noces. On as­sis­te­ra éga­le­ment à un com­bat de lutte qui se tient le len­de­main du ré­fé­ren­dum de 1980.

HU­MOUR ET MU­SIQUE

On a aus­si pen­sé à pré­sen­ter des nu­mé­ros mu­si­caux de style ca­ba­ret afin de fa­ci­li­ter les tran­si­tions entre les scènes. On pour­rait ain­si pré­tendre se re­trou­ver dans le bar de ce fa­meux hô­tel qui per­met de voya­ger dans le temps, puisque les nu­mé­ros mu­si­caux vont éga­le­ment trans­por­ter les spec­ta­teurs d’une époque à l’autre. « On a des nu­mé­ros de char­les­ton et des chansons de La Bol­duc », fait re­mar­quer Mar­tin Gou­geon. Des sketches de va­rié­tés, avec no­tam­ment une imi­ta­tion de La Poune, semblent avoir été ap­pré­ciés du pu­blic.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.