CATHERINE DE­NEUVE ET CATHERINE FROT, UN DUO DE CHOC

Sage femme ∂∂∂∂∑∂ Quel plai­sir de voir Catherine De­neuve et Catherine Frot se don­ner la ré­plique.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - ISA­BELLE HONTEBEYRIE Agence QMI

Le su­jet de ce long métrage hu­main et sen­sible de Mar­tin Pro­vost (Sé­ra­phine) au­rait fa­ci­le­ment pu tom­ber dans le lieu com­mun ou dans le si­ru­peux, mais il n’en est rien. Por­té par les deux grandes in­ter­prètes,

Sage femme est l’his­toire de Claire (Catherine Frot), sage femme de son mé­tier et femme me­nant une exis­tence ran­gée (d’où le double sens du titre) entre son em­ploi et une vie per­son­nelle dans la­quelle elle n’a que son fils, Si­mon (Quen­tin Dol­maire), étu­diant en mé­de­cine.

Un jour, Béa­trice (Catherine De­neuve) dé­barque sans crier gare. Au fur et à me­sure des 117 mi­nutes, on ap­prend qu’elle n’est autre que l’an­cienne maî­tresse du père de Claire, qui s’est sui­ci­dé après son dé­part. La re­la­tion entre les deux femmes est donc hou­leuse au dé­part, jus­qu’à ce que Béa­trice ex­plique la rai­son de son re­tour. Au con­tact de Béa­trice, femme fan­tasque, gour­mande, joueuse et ex­cen­trique, Claire se dé­tend peu à peu. Elle en­tame une liai­son amou­reuse avec Paul (Oli­vier Gour­met), le fils de son an­cien voi­sin, ca­mion­neur, qui contri­bue éga­le­ment à la dé­ri­der.

DES PER­SON­NAGES NUANCÉS

Plu­tôt que de jouer sur ce qui sé­pare les deux femmes, Mar­tin Pro­vost filme ha­bi­le­ment leur por­trait en in­sis­tant sur leurs res­sem­blances. Les dia­logues, sur­tout ceux de Catherine De­neuve, prennent souvent la forme de confi­dences tan­dis que les scènes de la ma­ter­ni­té dans la­quelle Claire of­fi­cie et dont la fer­me­ture est im­mi­nente confèrent une di­men­sion sup­plé­men­taire à cette femme qui ne pour­rait être, sans ce­la, qu’uni­di­men­sion­nelle.

L’état de san­té de Béa­trice se dé­grade, per­met­tant alors à Mar­tin Pro­vost de creu­ser en­core plus l’hu­ma­ni­té – avec les qua­li­tés et les dé­fauts – de ces deux per­son­nages fé­mi­nins par­fai­te­ment nuancés. La quête du bon­heur est éga­le­ment au centre de Sage femme, le bon­heur dans ce qu’il a de plus simple, de plus vrai, la ren­contre de per­sonnes qui, peu à peu, ap­prennent à se mon­trer sans fard.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.