LOIN D’ÊTRE MORNE

RO­CKY HAR­BOUR, Terre-Neuve | Des fjords ma­jes­tueux aux pa­rois es­car­pées dé­coupent un pay­sage contras­té né de la col­li­sion des conti­nents et ci­se­lé par les gla­ciers. Le parc du Gros-Morne, l’un des plus beaux au Ca­na­da, pos­sède tous les at­tri­buts, sauf cel

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES -

Les pre­miers ex­plo­ra­teurs, tout comme les pê­cheurs ar­ri­vés sur la côte ouest de l’île au 18e siècle, n’avaient pas né­ces­sai­re­ment le sens du mar­ke­ting en nom­mant ce lieu « Gros-Morne ». Ils fai­saient plu­tôt ré­fé­rence à cette mon­tagne ar­ron­die, iso­lée et bru­meuse lors­qu’ils lui at­tri­buèrent son nom, dé­ri­vé du créole.

Ces terres sau­vages ex­tra­or­di­naires s’étendent sur 1805 ki­lo­mètres car­rés aux pour­tours de ha­meaux bu­co­liques cô­toyant le lit­to­ral ou des baies pro­fondes.

GÉO­LO­GIE UNIQUE

La géo­lo­gie unique du parc marque le mo­ment où les conti­nents d’Eu­rope et d’Amé­rique du Nord en­trèrent en con­tact il y a plus de 470 mil­lions d’an­nées, pous­sant ain­si à la sur­face des roches pé­ri­do­tites nor­ma­le­ment en­se­ve­lies à une dou­zaine de ki­lo­mètres sous l’océan.

Une ran­don­née dans ce dé­cor lu­naire, bap­ti­sé Ta­ble­lands, ain­si qu’une halte au jo­li centre de dé­cou­vertes si­tué peu avant Woo­dy Point s’im­posent afin de mieux com­prendre les forces de la na­ture qui ont fa­çon­né ces pay­sages spec­ta­cu­laires.

S’il vous reste de l’éner­gie dans les jambes, pous­sez jus­qu’au som­met du sen­tier Loo­kout pour un pa­no­ra­ma des en­vi­rons sans égal. Soyez at­ten­tif lors du par­cours à la fleur em­blé­ma­tique de la pro­vince, la sar­ra­cé­nie pourpre, une plante car­ni­vore.

Les pa­rois de l’étang Wes­tern Brook, hautes de 600 mètres et vieilles d’un mil­liard d’an­nées, sont d’autres té­moins sai­sis­sants du pas­sage des gla­ciers. Il est pos­sible de les ad­mi­rer à bord d’un ba­teau lors d’une croi­sière com­men­tée ou au cours d’une ran­don­née sur les monts Long Range.

SEN­TIERS VA­RIÉS

Plus de 100 ki­lo­mètres de sen­tiers aux ni­veaux de dif­fi­cul­té va­riés sont aus­si par­mi les faits saillants du parc. Trois sont par­ti­cu­liè­re­ment dignes de men­tion.

Les chutes Ba­ker’s Brook se trouvent au bout d’un che­min dé­bu­tant au ter­rain de cam­ping Berry Hill. Sur cinq ki­lo­mètres, la piste em­prunte souvent des trot­toirs de bois jus­qu’à ce que la ri­vière se jette dans trois gra­dins fas­ci­nants.

Pour sa part, le sen­tier Green Gar­dens est un in­con­tour­nable. La ran­don­née à par­tir de l’étang Long offre de su­perbes points de vue sur les fa­laises qui donnent sur le golfe du Saint-Laurent, par­se­mé de grottes et d’épe­rons d’éro­sion ro­cheux.

En­fin, les plus har­dis pour­ront s’at­ta­quer au faîte du mont GrosMorne qui pro­pose, une fois sur son som­met de 806 mètres, des vues ma­gni­fiques des monts Long Range et de la gorge de l’étang Ten Mile. Les ani­maux sont aus­si bien re­pré­sen­tés sur place avec l’ori­gnal, le lièvre arc­tique et le la­go­pède des ro­chers.

L’étang Wes­tern Brook vu du haut des monts Long Range est car­ré­ment spec­ta­cu­laire. PARCS DU CA­NA­DA : GROS-MORNE

Les chutes Ba­ker’s Brook plongent sur trois pa­liers pour le plai­sir des yeux.

JADRINO HUOT Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.