Les agents se­crets bri­tan­niques de re­tour

King­sman

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - ISA­BELLE HONTEBEYRIE Agence QMI

S’il est une sur­prise de King­sman : le

Cercle d’or, c’est la pré­sence de Co­lin Firth, son per­son­nage d’Har­ry Hart, alias Ga­la­had, ayant été tué d’une balle dans la tête dans l’opus pré­cé­dent ! « Mon re­tour est un mys­tère pour moi, a plai­san­té l’ac­teur os­ca­ri­sé lors de son pas­sage au Co­mic-Con. C’est vrai­ment tout ce que j’ai le droit de dire ! »

Dans King­sman : le Cercle d’or, on re­trouve le jeune Egg­sy (Ta­ron Eger­ton), dé­sor­mais bap­ti­sé Ga­la­had. Avec ses pairs des King­sman, cette or­ga­ni­sa­tion se­crète bri­tan­nique, il va de­voir s’as­so­cier avec les Amé­ri­cains – qui portent le nom de Sta­tes­man et qui se font pas­ser pour des dis­til­la­teurs de whis­key – pour ten­ter de vaincre le Cercle d’or, re­dou­table or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale me­née par la non moins re­dou­table Pop­py (Ju­lianne Moore).

COWBOYS !

Par­mi les nou­veaux ve­nus du cô­té de l’Oncle Sam qui ont comme noms de code des noms de bois­sons (al­coo­li­sées ou pas), on trouve Gin­ger Ale. Halle Ber­ry a in­di­qué qu’« elle est l’équi­valent du per­son­nage de Mark Strong du cô­té amé­ri­cain. Elle est très au fait des tech­no­lo­gies, elle est le cer­veau. Elle a éga­le­ment des pro­fon­deurs qu’on ne soup­çonne pas. »

Les Sta­tes­man viennent tous du sud des États-Unis et res­semblent à des cowboys comme en a té­moi­gné Pe­dro Pas­cal dont le per­son­nage porte le nom évo­ca­teur de Jack Da­niels… sur­nom­mé Whis­ky et qui pos­sède bien des ta­lents dans le ma­nie­ment d’armes in­ha­bi­tuelles ! « J’ai sui­vi un en­traî­ne­ment avec des ex­perts cowboys, a-t-il ex­pli­qué. J’ai ap­pris à me ser­vir d’un las­so et d’un fouet. J’ai ado­ré le fouet ! C’est tel­le­ment amu­sant lors­qu’on réus­sit à le faire cla­quer, c’est ex­trê­me­ment en­ivrant. Je ne me suis pas bles­sé et je n’ai bles­sé per­sonne ! »

Le grand chef des Sta­tes­man est in­car­né par Jeff Bridges. « Mon per­son­nage a pour nom de code Cham­pagne, mais pré­fère se faire ap­pe­ler Champ [NDLR : la contrac­tion amé­ri­caine de « cham­pion »]. Mais Champ ne boit pas une goutte d’al­cool ! « Ses vices lui offrent d’in­té­res­sants dé­fis. C’est un homme dur, qui aime confron­ter ses vices et je crois d’ailleurs qu’il se sert de l’al­cool comme par­fum ! Si­non, il ne fume pas parce que c’est mau­vais pour la san­té, mais prise et chique du ta­bac ! »

La grande sur­prise du cô­té amé­ri­cain est sans nul doute la pré­sence de Chan­ning Ta­tum en agent se­cret Te­qui­la. « J’ai tel­le­ment ai­mé le pre­mier vo­let que j’ai sup­plié de faire par­tie de ce­lui-ci », a in­di­qué ce­lui qui porte même un cha­peau me­lon dans le long mé­trage!

L’in­ter­prète de Ma­gic Mike a éga­le­ment eu l’oc­ca­sion de jouer les durs à cuire avec Ta­ron Eger­ton, une scène au cours de la­quelle c’est ap­pa­rem­ment lui qui a eu le haut du pa­vé. Le Bri­tan­nique de 27 ans a éga­le­ment eu quelques autres mésa­ven­tures sur le pla­teau. « Je me suis coin­cé la main dans une porte de voi­ture et Ed­ward Hol­croft, qui joue Char­lie [NDLR: un an­cien King­sman de­ve­nu ri­val d’Egg­sy] m’a lan­cé un coup de poing ac­ci­den­tel en plein vi­sage. Mais ce­ci dit, c’était gé­nial », a-til confié en riant.

« Lors­qu’on fait un film qui com-

prend au­tant d’ac­tion que ce­lui-ci, au fond, la gros­seur des ex­plo­sions n’a au­cune im­por­tance, pas plus que la vi­tesse des voi­tures, c’est le genre de choses qui fait ra­pi­de­ment son temps. Il faut donc prendre fait et cause pour un ou plu­sieurs per­son­nages. Mat­thew [Vaughn, le réa­li­sa­teur et cos­cé­na­riste] est ex­cellent pour faire en sorte que le pu­blic se sente concer­né par le sort des per­son­nages. Oui, bien sûr, on trouve des mo­ments d’ac­tion dans King­sman :

le Cercle d’or, mais il y a aus­si des scènes dans les­quelles on sort son mou­choir », a dé­cla­ré Co­lin Firth.

UN TROI­SIÈME VO­LET EN CHAN­TIER

En 2004, le suc­cès de King­sman : ser­vices se­crets a pris tout le monde par sur­prise, la co­mé­die d’ac­tion ayant rap­por­té 414,4 mil­lions $ au box-of­fice pour un bud­get de pro­duc­tion de 81 mil­lions $. Il n’est donc pas éton­nant que Mat­thew Vaughn ait pen­sé à une tri­lo­gie.

« Étran­ge­ment, lorsque nous étions en train d’écrire le deuxième King­sman, nous pen­sions au troi­sième. Le deuxième est un pont entre les deux et si nous réus­sis­sons, alors nous en fe­rons un autre», a in­di­qué le ci­néaste en mai der­nier.

Ta­ron Eger­ton a sou­li­gné lors du Co­mic-Con que « Mat­thew a tou­jours en­vi­sa­gé King­sman comme une tri­lo­gie ». Et cette in­for­ma­tion a été confir­mée par Co­lin Firth (qui ne s’est pas pro­non­cé sur son éven­tuelle pré­sence dans le pro­chain long mé­trage), l’ac­teur ayant in­di­qué qu’il voyait la fran­chise « comme une tri­lo­gie, plu­tôt que comme une sa­ga avec un nombre illi­mi­té de films. »

Te­qui­la (Chan­ning Ta­tum) est agent se­cret, alors que Gin­ger Ale (Halle Ber­ry) est le cer­veau de son or­ga­ni­sa­tion.

Jack Da­niels (Pe­dro Pas­cal) est pas­sé maître dans l’art de ma­nier des armes in­ha­bi­tuelles.

Cham­pagne (Jeff Bridges).

Le re­tour d’Har­ry Hart (Co­lin Firth) est cer­tai­ne­ment une sur­prise, alors que sa mort était cer­taine dans le pre­mier vo­let.

Egg­sy (Ta­ron Eger­ton).

Pop­py (Ju­lianne Moore).

King­sman : le Cercle d’or pro­met une in­té­res­sante col­la­bo­ra­tion entre les agents anglais et les Amé­ri­cains.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.