Con­flit de gé­né­ra­tions

Psy­ché­dé­lique Ma­ri­lou

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - LOUISE BOURBONNAIS Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

« C’est une pièce qui ne lais­se­ra per­sonne in­dif­fé­rent », es­time la tête d’af­fiche, Alice Mo­reault, qui pren­dra part à une pièce du Théâtre La Li­corne pour la se­conde fois. « Elle va in­ter­pel­ler tout le monde. » La pièce pose la ques­tion sui­vante : a-t-on ac­quis une plus grande li­ber­té de­puis l’époque du Peace & Love ?

Écrite par l’au­teur en ré­si­dence Pierre-Michel Trem­blay, elle met en scène une jeune femme de 22 ans qui se perd dans la ré­dac­tion de son mé­moire de maî­trise sur l’in­fluence et l’hé­ri­tage du mou­ve­ment hip­pie. Pour mo­dèle, elle a ses deux pa­rents (Isa­belle Vincent et Jacques Gi­rard), deux ba­by-boo­mers avec qui elle vit tou­jours. S’ajoute au trio Bruno Mar­cil, qui in­car­ne­ra Ti­mo­thy Lea­ry, mi­li­tant pour l’uti­li­sa­tion scien­ti­fique de psy­ché­dé­liques et qui fe­ra fi­gure my­thique ayant pour man­dat de di­ri­ger le spectacle à la ma­nière d’un maître de piste.

IDÉAUX FAMILIAUX

Pen­dant que Ma­ri­lou se cherche, ses pa­rents vivent un pro­fond désar­roi, pas­sant par de mul­tiples re­mises en ques­tion. D’un cô­té, il y a le père qui dé­ci­de­ra de quit­ter le monde po­li­tique dans le­quel il évo­luait, dé­sor­mais in­ca­pable de dé­fendre ses idéaux d’an­tan. Puis il y a la mère, qui vit éga­le­ment une frus­tra­tion pro­fes­sion­nelle. Elle rê­vait de de­ve­nir une grande ac­trice, mais elle a dû bi­fur­quer de ses idéaux en de­ve­nant chro­ni­queuse cultu­relle. Au­jourd’hui, elle re­met en ques­tion ce choix de car­rière.

« Ce sont tous les idéaux de cette fa­mille de classe moyenne qui sont sur le point d’ex­plo­ser », sou­ligne la co­mé­dienne. Si les ba­by-boo­mers avaient de pro­fonds idéaux, ils se de­man­de­ront à quel prix ils ont été sa­cri­fiés.

D’UNE GÉNÉRATION À L’AUTRE

« On constate qu’il y a une cer­taine dés­illu­sion d’une génération à l’autre, fait re­mar­quer Alice Mo­reault. Le per­son­nage de Ma­ri­lou de­meure très lu­cide et très sin­cère par rap­port à ce constat. »

D’ailleurs, il y a peu de nuances entre la co­mé­dienne et son per­son­nage. « On se res­semble à tra­vers le re­gard que l’on pose, confie-telle. Il y a une es­pèce de dé­cou­ra­ge­ment gé­né­ra­li­sé en­vers l’état du monde. »

C’est donc toute une re­mise en ques­tion que la pièce aborde, et ce, sur deux gé­né­ra­tions. L’idée étant de par­ve­nir à se réa­li­ser plei­ne­ment tout en res­pec­tant ses va­leurs et convic­tions afin de don­ner un sens à sa vie.

Deux mu­si­ciens se­ront éga­le­ment sur scène ajou­tant une am­biance rap­pe­lant les an­nées 1970.

« Ma­ri­lou se cherche, mais elle fi­ni­ra par trou­ver son che­min. Il y a de la lumière et de l’es­poir dans cette pièce », conclut Alice.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.