MARIE-MAI

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS -

Se­lon ses dires, Marie-Mai était une en­fant très rê­veuse. Mais ses rêves n’avaient rien de flou : elle vou­lait de­ve­nir chan­teuse. « Je m’imaginais sur scène, dit-elle. Je m’imaginais en train de don­ner des spec­tacles, jouer des ins­tru­ments, dan­ser... J’étais beau­coup dans ma tête. »

D’aus­si loin qu’elle se sou­vienne, Marie-Mai a tou­jours res­pi­ré la mu­sique. Elle a d’ailleurs écrit sa pre­mière chanson à six ans. Mais cette pas­sion dé­vo­rante qui l’ani­mait, elle l’a gar­dée long­temps se­crète.

« J’avais confiance en moi, mais ce que j’avais en­vie de faire, ce n’était pas quelque chose que je criais sur tous les toits. Il y a des jeunes qui par­ti­cipent à des concours, qui disent haut et fort ce qu’ils veulent faire. Pas moi. Même mes amis les plus proches n’étaient pas né­ces­sai­re­ment au cou­rant. »

Marie-Mai a ré­vé­lé ses as­pi­ra­tions en grande pompe en cin­quième se­con­daire, après son tout pre­mier tour de chant en pu­blic. Une fois sur scène, le mi­cro fer­me­ment en main, elle a ob­te­nu la confir­ma­tion qu’elle sou­hai­tait.

« Quand j’ai vu les gens tri­per et ta­per des mains, c’est de­ve­nu très concret. Et deux ans plus tard, je fai­sais Star Aca­dé­mie.»

DE METALLICA À MICHEL RIVARD

Marie-Mai avait des goûts mu­si­caux somme toute va­riés à l’ado­les­cence. Quand on lui de­mande d’énu­mé­rer les ar­tistes qu’elle af­fec­tion­nait, elle cite Sil­ver­chair, Pink, Brit­ney Spears et Guns N’ Roses. Étaient éga­le­ment au pro­gramme, Snoop Dogg et Dr. Dre, qu’elle avait dé­cou­verts grâce à sa soeur, et Michel Rivard, qui avait bercé son en­fance grâce à ses pa­rents.

« Je vou­drais voir la mer, c’est la chanson qui m’a don­né en­vie d’écrire », sou­ligne-t-elle.

« Il y avait un style mu­si­cal pour cha­cune des émo­tions que je vi­vais. Si j’étais en co­lère contre quel­qu’un, je me dé­fou­lais avec Nir­va­na, Metallica et Guns N’ Roses. Et quand les choses al­laient su­per bien, j’écou­tais du Han­son. C’est pour ça que sur mes al­bums, on re­trouve de tout. J’aime les bal­lades acous­tiques, mais j’aime aus­si les chan­sons pleines d’éner­gie. »

LA MEILLEURE DÉ­CI­SION

L’au­tomne der­nier, Marie-Mai a af­fir­mé en ondes qu’ac­cep­ter un poste de coach à La Voix junior était l’une des meilleures dé­ci­sions qu’elle avait prises dans sa car­rière. Un an plus tard, la chan­teuse per­siste et signe. Pour étayer son pro­pos, elle ra­conte une ré­cente es­ca­pade à Saint-Sau­veur pour as­sis­ter à un spectacle mon­té de toutes pièces par d’an­ciens can­di­dats, dont son ex­pro­té­gée, Ma­thilde.

« Ils sont de­ve­nus amis et je crois qu’ils vont l’être en­core long­temps. Ils ont vé­cu quelque chose d’unique en­semble. Voir que ça conti­nue après La Voix junior, c’est la plus belle des ré­com­penses. C’est là que ça prend tout son sens. »

« JE M’IMAGINAIS SUR SCÈNE »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.