« Il y a des com­pro­mis que Dan­ny ne veut plus faire »

– MA­NON SI­MARD La di­rec­trice des sports à l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal n’est pas in­quié­tée par les ru­meurs

Le Journal de Montreal - - SPORTS - JO­NA­THAN GUAY

La sé­pa­ra­tion d’un « com­mun ac­cord » de Jim Popp avec les Alouettes ne pou­vait tom­ber à un pire mo­ment de l’an­née pour les Ca­ra­bins.

Alors que les Bleus s’ap­prêtent à jouer le match le plus im­por­tant de leur sai­son, ils doivent en plus es­sayer de faire abs­trac­tion des ru­meurs qui en­voient leur en­traî­neur-chef Dan­ny Maciocia avec les Moi­neaux.

Dan­ny Maciocia, un Ca­ra­bin à vie? Peut-être plus pour long­temps.

«Je n’en suis pas à ma pre­mière ru­meur! a in­di­qué hier au Jour­nal de Mon­tréal Ma­non Si­mard, di­rec­trice du pro­gramme d’ex­cel­lence des Ca­ra­bins. Dan­ny [Maciocia] ve­nait de si­gner son contrat avec nous que, dé­jà, les gens di­saient qu’il al­lait seule­ment faire un an ou deux.

«C’est sûr que son té­lé­phone sonne de­puis six ans, mais nous avons une re­la­tion très trans­pa­rente avec lui, a-t-elle ajou­té. Il est bien chez nous. Je ne contrôle pas ce qui se passe à l’ex­té­rieur, mais je sais qu’en ce mo­ment, il est très concen­tré sur ce qu’il a à faire avec nous. Qu’est-ce que la vie lui ré­serve? Je ne sais pas.»

DES CONDI­TIONS

C’est Mme Si­mard qui a de­man­dé à Maciocia, en 2010, d’ap­po­ser sa griffe au bas d’un contrat de cinq ans.

C’est éga­le­ment elle qui, quatre ans plus tard, a mo­di­fié son contrat pour une «du­rée à vie».

«Quand nous avons mis Dan­ny sous contrat, nous avons dé­ci­dé de ne pas em­bar­quer là-de­dans [les ru­meurs], a-t-elle dit. C’est un en­traî­neur de haute qua­li­té; on sa­vait que ça ve­nait avec lui. Pour­rai­til ai­der au pro­chain ni­veau? Oui, je pense que Dan­ny fe­rait n’im­porte quoi pour une va­leur ajou­tée.»

Les astres semblent être ali­gnés pour Maciocia. C’est pour­quoi les ru­meurs n’ont ja­mais été aus­si vives et près de se concré­ti­ser. Tou­te­fois, Mme Si­mard ne s’en fait pas avec ça.

«Il y a des com­pro­mis que Dan­ny ne veut plus faire, a-t-elle men­tion­né. Il a ses condi­tions, dans les­quelles il veut che­mi­ner. Dans la vie, tu ar­rives à un âge et une ma­tu­ri­té où il faut que tu te places dans un en­vi­ron­ne­ment dans le­quel tu vas être bien pour bien faire et pour être heu­reux. Nous, on les a ras­sem­blées [ces condi­tions]. Il le sait.»

On peut lire entre les lignes qu’il s’agit de sta­bi­li­té.

ET LES AUTRES

De­puis son ar­ri­vée à la barre des Ca­ra­bins, Maciocia donne bien des maux de tête aux équipes ad­verses. Et par­ti­cu­liè­re­ment à Glen Cons­tan­tin.

On pour­rait donc croire que l’en­traî­neur-chef du Rouge et Or vou­drait voir les ru­meurs se concré­ti­ser.

Ai­me­rait-il ne plus l’avoir «dans les pattes»?

«Pour moi, Dan­ny, c’est un bon ami, a dit Cons­tan­tin. Je sou­haite ce qu’il y a de mieux pour lui. Si on doit en­core s’af­fron­ter pour les 10 pro­chaines an­nées, je n’ai au­cun pro­blème avec ça.»

Maciocia, qui ne veut pas être une dis­trac­tion, s’est d’ailleurs en­tre­te­nu avec ses joueurs dans le ves­tiaire cette se­maine à ce su­jet.

«Il [Maciocia] a cla­ri­fié les choses, a confié le bot­teur Fé­lix Mé­nard-Brière. Il nous a dit qu’il était avec nous à 100 % jus­qu’à la toute fin. Il n’a pas la tête ailleurs avec de pos­sibles né­go­cia­tions. Nous sommes sa prio­ri­té et il veut al­ler dans la même di­rec­tion que nous.»

« Il [Dan­ny Maciocia] a ses condi­tions, dans les­quelles il veut che­mi­ner. Nous, on les a ras­sem­blées [ces condi­tions]. Il le sait », dit Ma­non Si­mard, di­rec­trice des sports à l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal, au su­jet des ru­meurs qui en­voient Maciocia chez les Alouettes la sai­son pro­chaine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.