QUE LE MEILLEUR GAGNE

Pour la qua­trième an­née de suite, les Ca­ra­bins et le Rouge et Or s’af­frontent pour la coupe Dunsmore

Le Journal de Montreal - - SPORTS - Jo­na­than Guay JGuayJDM Sans sur­prise, les 5100 billets dis­po­nibles pour le match ont tous été ven­dus. Les Ca­ra­bins et le Rouge et Or se sont af­fron­tés deux fois cette sai­son. L’équipe vi­si­teuse a tou­jours eu le des­sus par un écart de trois points. jo­na­tha

Tout a été dit. Tout a été écrit. Mais tout reste à faire. Plus que 60 mi­nutes sé­parent le Qué­bec de sa meilleure équipe de football uni­ver­si­taire.

Un autre cha­pitre de la ri­va­li­té entre les Ca­ra­bins de l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal et le Rouge et Or de l’Uni­ver­si­té La­val se­ra ef­fec­ti­ve­ment écrit cet après-mi­di au CEPSUM.

Les Bleus ten­te­ront de mettre la main sur la coupe Dunsmore – em­blème de la su­pré­ma­tie qué­bé­coise dans le football uni­ver­si­taire – pour la troi­sième an­née de suite, tan­dis que les vi­si­teurs vou­dront re­prendre ce qu’ils croient être leur «dû».

L’histoire ne ment pas. Un duel entre ces deux en­ne­mis ju­rés vaut lar­ge­ment le prix d’en­trée.

Pour vous don­ner une idée: les sept der­niers af­fron­te­ments se sont sol­dés par un écart de six points ou moins. Dif­fi­cile d’as­sis­ter à un meilleur spec­tacle…

«J’ai­me­rais dire le contraire, mais je pense que ça va en­core se ter­mi­ner avec un pointage très ser­ré, a sou­li­gné hier l’en­traî­neur-chef du Rouge et Or, Glen Cons­tan­tin, lors de la re­mise des hon­neurs in­di­vi­duels du RSEQ. Nous sommes deux équipes qui se connaissent très bien. Il faut tout don­ner jus­qu’à ce qu’il y ait quatre gros zé­ros sur le ta­bleau [in­di­ca­teur].»

«Ça va être un match de dé­tails, a ajou­té son ho­mo­logue chez les Ca­ra­bins, Dan­ny Maciocia. Je ne pense pas qu’il va y avoir un gros écart de points. Ce sont deux équipes ta­len­tueuses et tout peut se pro­duire.»

FA­VO­RIS OU NÉGLIGÉS ?

Cette sai­son, les Ca­ra­bins (7-1) ont ter­mi­né en tête du clas­se­ment du RSEQ, de­vant le Rouge et Or (7-1), car ils ont ac­cor­dé six points de moins (72) que leur en­ne­mi ju­ré (78).

Mais la ma­chine rouge s’est em­pa­rée du pre­mier rang à l’échelle na­tio­nale – de­vant les

Bleus – en rai­son du vote des jour­na­listes.

Vous pou­vez éplu­cher les feuilles de sta­tis­tiques et les ali­gne­ments comme vous le vou­lez; ces deux équipes sont en tout point iden­tiques.

Pour fa­ci­li­ter le tra­vail des pro­nos­ti­queurs, l’au­teur de ces lignes a de­man­dé aux deux pi­lotes d’iden­ti­fier le fa­vo­ri et le né­gli­gé pour l’af­fron­te­ment d’au­jourd’hui.

«Je ne le sais pas, a re­con­nu Maciocia. Mais quand on y pense, c’est tout à fait bi­zarre de voir deux clas­se­ments dif­fé­rents. Nous avons une fiche de 5-2 lors des sept der­niers matchs, mais ça pour­rait être 5-2 à l’avan­tage de La­val. Je ne pense pas qu’une équipe soit consi­dé­rée comme fa­vo­rite, car nous avons ga­gné chez eux et ils ont ga­gné chez nous.

«Je n’en ai au­cune idée et ça ne me dé­range vrai­ment pas, a in­di­qué Cons­tan­tin. Du cô­té des sta­tis­tiques, Mon­tréal nous a de­van­cés dans la co­lonne des points ac­cor­dés, mais c’est très sub­jec­tif. Pour les pro­nos­ti­queurs, c’est 0 à 0. Nous al­lons voir ça de­main [au­jourd’hui].»

DISTRACTIONS

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les distractions n’ont pas man­qué dans le camp mon­tréa­lais cette se­maine.

En plus des ru­meurs en­tou­rant le dé­part pos­sible de Maciocia chez les Alouettes, les Ca­ra­bins ont dû gé­rer l’en­goue­ment pour la coupe Dunsmore, une «ré­com­pense» qu’ils at­tendent de­puis 2004.

«J’es­père que ce se­ra un fac­teur de mo­ti­va­tion, a dit Maciocia. En fait, j’ai beau­coup de pro­blèmes avec les mots stress et pres­sion. Le stress existe quand tu ar­rives chez vous et que tu n’as pas de nour­ri­ture à mettre sur la table pour ta femme et tes trois en­fants. Ce qu’on a de­vant nous de­main [au­jourd’hui], c’est une op­por­tu­ni­té.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.