Un avo­cat qui a ré­fé­ré son client à un frau­deur est-il res­pon­sable ?

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - MAXIME HUARD

OTTAWA | C’est la ques­tion à la­quelle de­vra ré­pondre la Cour su­prême du Ca­na­da qui a ac­cep­té, hier ma­tin, d’en­tendre l’ap­pel d’un avo­cat mont­réa­lais dans la cause qui l’op­pose à une veuve flouée.

En 2003, après le dé­cès de son ma­ri, Ju­dith Matte-Thomp­son doit li­qui­der la com­pa­gnie du dé­funt et in­ves­tir ses éco­no­mies. Son avo­cat, Ken­neth Sa­lo­mon, lui ré­fère The­mis Pa­pa­do­pou­los. Mais Pa­pa­do­pou­los et son as­so­cié, Ma­rio Bright, s’en­volent avec l’ar­gent.

En 2014, la Cour su­pé­rieure du Qué­bec a con­dam­né Pa­pa­do­pou­los et son aco­lyte à rem­bour­ser 7 M$. Ken­neth Sa­lo­mon et son ca­bi­net ont été exemp­tés de payer des dom­mages. Por­tée en ap­pel, la dé­ci­sion a été in­fir­mée en 2017. La Cour a trou­vé Sa­lo­mon so­li­dai­re­ment res­pon­sable des fraudes com­mises par Pa­pa­do­pou­los.

Sa­lo­mon et son ca­bi­net cherchent main­te­nant à faire in­va­li­der ce ju­ge­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.