La Caisse re­por­te­rait sa dé­ci­sion sur le choix des bâ­tis­seurs du REM

Pré­vue au­jourd’hui, l’an­nonce est re­por­tée à une date « in­dé­ter­mi­née »

Le Journal de Montreal - - ARGENT - PHI­LIPPE OR­FA­LI

La Caisse de dé­pôt et pla­ce­ment du Qué­bec (CDPQ) re­porte à une date in­dé­ter­mi­née le choix des consor­tiums qui bâ­ti­ront le Ré­seau élec­trique mé­tro­po­li­tain (REM), a ap­pris Le Jour­nal. L’an­nonce était pour­tant pré­vue pour au­jourd’hui.

Ils sont au nombre de cinq et tous at­ten­daient im­pa­tiem­ment un ap­pel de CPDQ In­fra, le bras im­mo­bi­lier de la Caisse. Cinq consor­tiums d’en­tre­prises québécoises et étran­gères en lice pour réa­li­ser le train de la Caisse, un pro­jet d’in­fra­struc­ture ma­jeur éva­lué à 8 mil­liards $.

Mais il n’en se­ra fi­na­le­ment rien : la quin­zaine d’en­tre­prises qui es­pèrent construire le REM se sont fait dire hier qu’elles ne re­ce­vraient pas d’ap­pels ven­dre­di, se­lon nos sources. Et que la dé­ci­sion se­rait re­por­tée à une date « in­dé­ter­mi­née ».

En cou­lisse, ce re­vi­re­ment au­rait sus­ci­té la sur­prise. C’est que CDPQ In­fra semble dé­ter­mi­née à en­tre­prendre dès que pos­sible la construc­tion du REM, dont l’en­trée en ser­vice semble tou­jours pré­vue pour 2020. Le pré­sident et chef de la di­rec­tion de la CDPQ avait même ap­pe­lé les par­le­men­taires qué­bé­cois à agir ra­pi­de­ment, au dé­but de l’au­tomne, pour que le pro­jet ne soit pas re­tar­dé.

POUR­QUOI ?

Plu­sieurs mo­tifs pos­sibles pour ce re­port sont évo­qués. D’une part, l’on­ta­rienne Ae­con, membre du con­sor­tium NouvLR, qui cherche à construire les in­fra­struc­tures et les sta­tions du ré­seau, vient tout juste d’être ache­tée par une so­cié­té chi­noise proche du gou­ver­ne­ment de Pé­kin. Cette tran­sac­tion avait sou­le­vé cer­taines in­quié­tudes à Ot­ta­wa.

La Caisse avait tou­te­fois af­fir­mé que ce­la ne chan­geait rien au pro­ces­sus d’ap­pel d’offres du REM.

La pos­si­bi­li­té que les deux consor­tiums sé­lec­tion­nés par la Caisse, un or­ga­nisme pa­ra­gou­ver­ne­men­tal, soient tous deux ori­gi­naires de l’étran­ger au­rait aus­si le po­ten­tiel de sus­ci­ter la grogne des Qué­bé­cois, sou­ligne-t-on.

QUÉ­BÉ­COIS

La Caisse a maintes fois fait va­loir que plu­sieurs four­nis­seurs des consor­tiums sé­lec­tion­nés, quels qu’ils soient, se­ront Qué­bé­cois, même si elle a tou­jours re­fu­sé d’im­po­ser un mi­ni­mum de conte­nu qué­bé­cois pour ce pro­jet, comme c’est gé­né­ra­le­ment la norme.

Rap­pe­lons que cinq groupes se qua­li­fient pour les deux vo­lets du pro­jet. Le Con­sor­tium NouvLR (SNC-La­va­lin, Dra­ga­dos, Ae­con, Po­mer­leau et EBC) et le Par­te­na­riat Kie­wit et Eu­ro­via cherchent à construire les in­fra­struc­tures et les sta­tions, tan­dis que Bombardier et les consor­tiums Groupe des par­te­naires pour la mo­bi­li­té des Mon­tréa­lais (Al­stom et SNC-La­va­lin), Al­liance Mon­tréal Mo­bi­li­té (Par­sons, Hyun­dai Ro­tem et RATP Dev Ca­na­da) veulent four­nir le ma­té­riel rou­lant et as­su­rer l’ex­ploi­ta­tion du ré­seau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.