Gi­na Lol­lo­bri­gi­da vic­time de deux viols

L’an­cienne sexe-sym­bole dit qu’il faut avoir le cou­rage de dé­non­cer

Le Journal de Montreal - - JM VENDREDI -

ROME | (AFP) L’ac­trice ita­lienne Gi­na Lol­lo­bri­gi­da a ra­con­té avoir été vic­time d’agres­sions sexuelles mais es­ti­mé qu’il fal­lait « avoir le cou­rage » de les dé­non­cer sur le mo­ment, et non des an­nées plus tard.

« Il me semble qu’en par­ler main­te­nant est un peu une ma­nière de cher­cher la pu­bli­ci­té », a dé­cla­ré l’an­cienne sex-sym­bole, âgée au­jourd’hui de 90 ans, in­ter­ro­gée sur les scan­dales sexuels qui se­couent l’in­dus­trie du ci­né­ma, lors d’une émis­sion de té­lé­vi­sion dif­fu­sée mer­cre­di soir.

« Il fal­lait avoir le cou­rage » de dé­non­cer les faits sur le mo­ment, « mais même moi je n’ai pas eu ce cou­rage. Je me suis tue, je n’ai rien dit », a-t-elle ajou­té.

S’ex­pri­mant avec peu de mots et une grande di­gni­té, elle a ex­pli­qué avoir su­bi à deux re­prises dans sa vie des agres­sions sexuelles « as­sez graves », de la part d’un étran­ger et d’un Ita­lien.

« La pre­mière fois, j’étais in­no­cente, je ne connais­sais pas l’amour, je ne connais­sais rien. Donc, c’était grave. Et la per­sonne était très connue. J’avais 19 ans, j’al­lais en­core au ly­cée », a dé­cla­ré l’ac­trice née en 1927.

« La se­conde fois, il vaut mieux ne pas en par­ler », a-t-elle ajou­té, ré­vé­lant juste que c’était après son ma­riage en 1949 avec le mé­de­cin Mil­ko Sko­fic, dont elle a eu un fils avant de di­vor­cer 20 ans plus tard.

« Les agres­sions sexuelles, quand il s’agit de plus, ce­la reste en toi et ce­la marque ton ca­rac­tère. C’est quelque chose que tu ne peux pas re­ti­rer de toi. Ce­la reste en toi. Tes ac­tions sont tou­jours sou­mises à ce sou­ve­nir ter­rible », a-t-elle confié.

DÉNONCIATIONS

Un mois après les ré­vé­la­tions du New York Times et du New Yor­ker sur le pro­duc­teur dé­chu Har­vey Wein­stein, ac­cu­sé de­puis par une cen­taine d’ac­trices ou ex-col­la­bo­ra­trices de har­cè­le­ment, agres­sion sexuelle ou viol, les langues se sont dé­liées et d’autres idoles sont tom­bées.

En Ita­lie, plu­sieurs ac­trices ont pris la dé­fense du réa­li­sa­teur Giu­seppe Tor­na­tore, au­teur de Ci­ne­ma Pa­ra­di­so en 1988, Os­car du meilleur film étran­ger en 1990, ac­cu­sé d’avoir im­por­tu­né une ac­trice il y a 20 ans, ce qu’il a dé­men­ti.

« C’est quelque chose que tu ne peux pas re­ti­rer de toi. Tes ac­tions sont tou­jours sou­mises à ce sou­ve­nir ter­rible » – Gi­na Lol­lo­bri­gi­da

Main­te­nant âgée de 90 ans, l’an­cienne sexe-sym­bole s’in­ter­roge sur les mo­tifs der­rière la vague de dénonciations ac­tuelles. En mé­daillon, l’ac­trice pho­to­gra­phiée à Cannes en 1950.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.