Les coups de coeur de Laurent Du­ver­nay-Tar­dif

Les coups de coeur de...

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS -

Laurent Du­ver­nay-Tar­dif n’a que 26 ans, mais il pré­sente dé­jà un cur­ri­cu­lum vi­tae im­pres­sion­nant : il est joueur pro­fes­sion­nel de foot­ball à la LNF chez les Chiefs de Kan­sas Ci­ty et étu­diant en mé­de­cine. Lors d’un évé­ne­ment pour sou­li­gner les 50 ans des ma­ga­sins Sports Ex­perts, l’ath­lète et am­bas­sa­deur de la marque a ren­con­tré Le Jour­nal pour par­ta­ger ses adresses chou­chous de la mé­tro­pole. Le nu­mé­ro 76 nous dé­voile donc son cô­té gour­mand et même son amour pour l’art.

Le res­tau­rant pré­fé­ré ?

Outre la bouffe, l’ex­pé­rience dans un res­tau­rant est hy­per im­por­tante pour moi. De plus, je peux quand même dire que je suis un gars as­sez foo­die. J’adore es­sayer les nou­veaux res­tau­rants. Je lis même les cri­tiques gas­tro­no­miques dans les jour­naux. Ce­la dit, je dois avouer que j’aime le res­tau­rant Au Pied de Co­chon, mais pas seule­ment pour sa pou­tine au foie gras. Le chef Mar­tin Pi­card nous ra­mène de Gas­pé­sie des our­sins frais qu’il nous sert sur un riz blanc et qui donne une ex­plo­sion de sa­veurs. C’est le genre d’en­droit où tu peux de­man­der qu’on te serve quelque chose de bon et c’est une sur­prise qui ar­rive sur la table.

L’en­droit où prendre un ca­fé ?

Lorsque je pense ca­fé, je n’ai pas d’autre choix que de pen­ser à la bou­lan­ge­rie de mes pa­rents. Mes pa­rents sont pro­prié­taire de la bou­lan­ge­rie Le Pain dans les Voiles. Il y a quelques bou­tiques, dont une qui est si­tuée à proxi­mi­té du Mar- ché Jean-Ta­lon et il y en quelques-unes dans la Rive-Sud. En fait, j’ai tra­vaillé à la bou­lan­ge­rie jus­qu’à mon re­pê­chage dans la LNF. Je ven­dais au comp­toir aux fêtes de Pâques et de Noël. Toutes mes études en mé­de­cine, je les ai faites à la bou­lan­ge­rie. Je me vois en ar­rière, à la ma­chine à es­pres­so, en train de me faire des ca­fés comme je les aime.

L’ac­ti­vi­té pré­fé­rée ?

Je re­viens en­core avec la bouffe. Que ce soit d’al­ler au Mar­ché Jean-Ta­lon avec ma co­pine ou de rap­por­ter quelques ali­ments frais ou des pro­duits nou­veaux qu’on ne connaît pas pour ap­prendre à les cui­si­ner ou faire une bonne bouffe. Je ne me prends pas pour un chef, mais juste d’as­sem­bler de bons in­gré­dients frais, ce­la peut don­ner un bon plat de pâtes aux cham­pi­gnons, avec to­mates sé­chées, pes­to et fro­mage par­mi­gia­no. Le di­manche, je suis aus­si le genre de gars qui pré­pare un im­mense chi­li, un pou­let au cur­ry ou des len­tilles. Vous voyez le genre ! J’adore aus­si me rendre au res­tau­rant, com­man­der une bonne bou­teille de vin et ja­ser avec les gens. Je suis vrai­ment quel­qu’un qui aime par­ler et je suis tout de même hu­main. J’ai be­soin d’in­ter­ac­tion avec des gens. Je dois ad­mettre que ça me manque par­fois de par­ler fran­çais avec des amis, à Mon­tréal, au­tour d’une bonne bouffe.

L’en­droit où s’en­traî­ner ?

Lo­co­mo­tion Stu­dio, si­tué dans les Shops An­gus. Les gens qui s’y en­traînent sont des gens sé­rieux. Ce n’est pas du tout le tape à l’oeil des gars mus­clés qui se re­gardent dans le mi­roir ! Ce sont des gens qui savent comment s’en­traî­ner, qui connaissent leur corps et qui savent comment bien s’ali­men­ter. Aus­si, tous les em­ployés qui y tra­vaillent sont des ki­né­sio­logues de pro­fes­sion. Il y a donc une es­pèce de science de l’en­traî­ne­ment qui est pré­sente. Il y a un sou­ci de l’ap­port du per­son­nel à en­sei­gner des mou­ve­ments. C’est un pe­tit gym, mais c’est cha­leu­reux et très beau.

Un ath­lète que vous ad­mi­rez ?

Jean-Phi­lippe Darche. C’est un ath­lète qui a joué au foot­ball à l’Uni­ver­si­té McGill et qui a éga­le­ment fait ses études de mé­de­cine à McGill. Il a été en­suite re­pê­ché dans la LCF et il a joué dans l’équipe des Sea­hawks de la LNF, à Seat­tle, du­rant huit ans. Puis, il a ter­mi­né sa car­rière spor­tive en jouant pen­dant deux ans à Kan­sas Ci­ty. Alors, c’est la pre­mière per­sonne avec qui je vou­lais par­ler lorsque j’ai vou­lu plon­ger dans l’aven­ture de la LNF, car il est pas­sé par le même che­min. Main­te­nant, il est mé­de­cin et il est mé­de­cin non seule­ment, mais il fait en ce mo­ment un pro­gramme de surs­pé­cia­li­sa­tion en mé­de­cine spor­tive à Kan­sas Ci­ty. Il est là où je vou­drais être dans 10 ans. C’est un mo­dèle in­croyable pour moi. Il n’y a per­sonne d’autre qui com­prend cette réa­li­té d’ar­ri­ver dans une nou­velle ville, de jouer au foot­ball pro­fes­sion­nel tout en vou­lant pour­suivre ses études de mé­de­cine.

La bou­lan­ge­rie Le Pain dans les Voiles.

Le mar­ché Jean-Ta­lon

Laurent Du­ver­nay-Tar­dif s’en­traîne au Stu­dio Lo­co­mo­tion.

Jean-Phi­lippe Darche

Le chef Mar­tin Pi­card

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.