100 sur 31

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - MI­CHEL BEAU­DRY mi­chel.beau­dry @que­be­cor­me­dia.com

Pas une émis­sion de té­lé, c’est une drogue en­gen­drant une dé­pen­dance ca­po­tée et en­ivrante. Luc Dionne qui écrit District 31 tout seul doit dé­bal­ler 160 pages de texte par se­maine. C’est co­los­sal et c’est gé­nial. Ses connais­sances du mi­lieu cri­mi­nel, de l’en­vi­ron­ne­ment de la po­lice et des ma­ré­cages ju­di­ciaires sont une chose, mais les dia­logues, les at­ti­tudes ain­si que les in­té­rêts bien­veillants ou de scé­lé­rat de cha­cun des per­son­nages nous hyp­no­tisent. Les bons de­viennent nos amis alors que les mé­chants, on les dé­teste. S’il fal­lait que Ma­non ou­blie d’en­re­gis­trer un soir où nous sommes re­te­nus ailleurs, on irait co­gner chez la voi­sine.

Le jeu des ac­teurs est poi­gnant. N’ou­bliez pas que Bru­no Ga­gné, maus­sade et ca­far­deux, c’est le même Mi­chel Cha­rette qui était le gros no­no de fils de Stan dans Les

Boys. Ils sont tous bons et sé­dui­sants.

Un de mes amis po­li­ciers m’a dit que le seul pro­blème de cette émis­sion, c’est que main­te­nant, tout le monde sait com­ment ré­agir dans un in­ter­ro­ga­toire.

AU POSTE

Les in­trigues en pa­ral­lèle sont tou­jours bien do­sées, justes et cré­dibles. À un tel point qu’il est ar­ri­vé de­puis quelques mois que des li­tiges et dé­mê­lés réels des hautes sphères de la po­lice soient presque iden­tiques à ce qui se passe dans District 31 pour­tant écrit et tour­né de­puis long­temps. Dionne est un gé­nie. C’est du ja­mais vu.

Comme vous, j’ai eu de la peine au dé­cès de Na­dine Le­grand, mais je suis en train de m’at­ta­cher à Ge­ne­viève Al­laire qu’in­carne Ch­ris­tine Beau­lieu et j’ai hâte qu’Isa­belle Roy (Hé­lène Bour­geoys-Le­clerc) re­vienne de sa sus­pen­sion.

La belle Ma­dame La­rouche doit être fière de sa pro­duc­tion Ae­tios qui, de l’an­cien grec, si­gni­fie au­teur. Du bonbon, votre Al­tesse !

TI-MER­CRE­DI

√ Le cil est un crin d’oeil. √ Quand tu vis sur un plan­cher flot­tant et sous un pla­fond sus­pen­du, y a rien de sûr. √ Dé­fense de cou­rir sous peine de

pour­suite. √ L’al­cool tue, mais com­bien sont

nés grâce à lui. √ Ci­trouille usa­gée à vendre.

À DE­MAIN

Qu’est-ce qu’on se­rait per­dus s’il n’y avait pas d’hymnes na­tio­naux avant les matches !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.