Ils au­ront l’élec­tri­ci­té après 6 mois d’at­tente

La fa­mille vi­vait dans une roulotte près de sa mai­son

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - GE­NE­VIÈVE QUES­SY

SAINT-LIN–LAU­REN­TIDES | Six mois après sa de­mande et juste à temps pour l’hi­ver, une fa­mille de La­nau­dière au­ra en­fin l’élec­tri­ci­té dans sa mai­son.

Éric Mi­chaud n’en re­vient tou­jours pas du temps que Bell a pris pour plan­ter deux po­teaux dans sa rue afin qu’Hy­dro-Qué­bec puisse le bran­cher.

« J’ai fait ma de­mande au mois de mai et ça a pris tout ce temps. Je ne com­prends pas. Ce n’est pas non plus comme si j’étais au fond du bois. L’élec­tri­ci­té est juste à cô­té », dit-il en poin­tant les fils qui se ba­lancent chez le voi­sin.

Après avoir ren­con­tré ses dé­pu­tés pro­vin­cial et fé­dé­ral, M. Mi­chaud a dé­ci­dé de faire ap­pel au Jour­nal. Neuf jours après l’ar­ticle pa­ru dans nos pages, Bell a ins­tal­lé les deux po­teaux, hier.

« Je suis per­sua­dé que c’est ça qui a fait bou­ger les choses, sou­tient-il. Sans ça, on se­rait en­core pris à ge­ler dans notre roulotte. » Le père de fa­mille y vit, à cô­té de sa nou­velle ré­si­dence, en com­pa­gnie de sa conjointe et de sa fille de six ans.

Hy­dro-Qué­bec a pro­mis de rac­cor­der l’élec­tri­ci­té dès ce ma­tin.

« On va en­fin pou­voir em­mé­na­ger dans la mai­son. L’hi­ver ar­rive et il fait froid, main­te­nant. Nos bi­dons d’eau ont ge­lé la se­maine pas­sée. On ne pou­vait pas at­tendre plus long­temps », ra­conte l’homme, très dé­çu du ser­vice à la clien­tèle de Bell.

Seule­ment 88 mètres sé­pa­raient la mai­son de M. Mi­chaud du ré­seau élec­trique dé­jà en place dans ce quar­tier ré­si­den­tiel. Mais puisque la Ville de Saint-LinLau­ren­tides n’avait pas pré­vu de servitude pour les po­teaux en pro­lon­geant la rue, M. Mi­chaud a dû né­go­cier avec ses voi­sins, ce qui a com­pli­qué le pro­ces­sus.

FRAIS D’ARPENTAGE

Plu­sieurs pro­jets d’im­plan­ta­tion ont été en­vi­sa­gés, sans abou­tir, en­traî­nant des frais d’arpentage pour le couple.

« Chaque fois que j’ap­pe­lais chez Bell pour sa­voir où c’en était, on me di­sait que j’al­lais être bran­ché dans trois se­maines. Je crois ce qu’on me dit, moi, alors j’at­ten­dais, pour me rendre compte qu’il ne se pas­sait tou­jours rien. »

Va­nes­sa Dam­ha, porte-pa­role chez Bell, as­sure que la com­pa­gnie était en voie de pro­cé­der avant la pu­bli­ca­tion de l’ar­ticle.

« Les ins­tal­la­tions de po­teaux ont né­ces­si­té une sé­rie de pro­po­si­tions et d’ap­pro­ba­tions de Bell, d’Hy­dro-Qué­bec et des ré­si­dents. Les ap­pro­ba­tions fi­nales de toutes les par­ties ont été re­çues il y a deux se­maines et le pro­jet s’est pour­sui­vi dès lors. Bell s’as­sure tou­jours que de tels pro­jets sont trai­tés aus­si ra­pi­de­ment que pos­sible, con­for­mé­ment aux ré­gle­men­ta­tions et aux ap­pro­ba­tions re­quises dans chaque cas. »

Éric Mi­chaud était très content hier ma­tin que la com­pa­gnie Bell ins­talle les deux po­teaux qu’il lui man­quait pour avoir l’élec­tri­ci­té dans sa nou­velle mai­son. PHOTO COL­LA­BO­RA­TION SPÉ­CIALE, GE­NE­VIÈVE QUES­SY

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.