Un lien pos­sible entre les fa­bri­cants et les tue­ries ?

Le Journal de Montreal - - MONDE -

NEW YORK | (AFP) La jus­tice amé­ri­caine s’est pen­chée, hier, sur la res­pon­sa­bi­li­té des fa­bri­cants d’armes dans les tue­ries de masse, une re­quête des fa­milles de vic­times de la fu­sillade de San­dy Hook en 2012, au mo­ment où les drames liés aux armes à feu, du concert de Las Ve­gas à l’église du Texas, se mul­ti­plient aux États-Unis.

Ces fa­milles ont as­si­gné, de­vant la Cour su­prême du Con­nec­ti­cut, le fa­bri­cant d’armes Bush­mas­ter et sa mai­son mère, Re­ming­ton, qui pro­duisent l’arme uti­li­sée le 14 dé­cembre 2012 par Adam Lan­za (20 ans) pour tuer 26 per­sonnes, dont 20 en­fants, dans l’école de San­dy Hook, à New­ton, au Con­nec­ti­cut.

Il s’agit d’un fu­sil se­mi-au­to­ma­tique AR-15, ache­té par la mère du tueur, Nan­cy Lan­za, l’une des armes les plus ven­dues aux États-Unis, éga­le­ment uti­li­sées éga­le­ment lors des tue­ries de San Ber­nar­di­no en 2015, du club Pulse à Or­lan­do en 2016 ou de Las Ve­gas le 1er oc­tobre der­nier.

DEUXIÈME CHANCE

Les fa­milles avaient été dé­bou­tées d’une pre­mière de­mande de dom­mages et in­té­rêts par un tri­bu­nal de Brid­ge­port et ont fait ap­pel afin que le dos­sier soit exa­mi­né par la Cour su­prême du Con­nec­ti­cut.

La plus haute ju­ri­dic­tion de cet État amé­ri­cain de­vra dire, après avoir en­ten­du les ar­gu­ments des par­ties, si la de­mande est ju­ri­di­que­ment lé­gi­time et peut être exa­mi­née sur le fond.

Les fa­milles sou­tiennent que les fa­bri­cants de l’arme du crime ont fait preuve de né­gli­gence, une no­tion très uti­li­sée en droit ci­vil amé­ri­cain, en ven­dant l’AR-15 à des ci­vils mal­gré les risques que pré­sen­tait l’arme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.