LESPLUSDE 75ANS PASSENT-ILS LE TEST ?

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - SPORT MOTORISÉ -

LQUI CONDUIT BIEN, QUI CONDUIT MAL ? POUR AL­LER AU-DE­LÀ DES PRÉ­JU­GÉS, L’UNI­VER­SI­TÉ LA­VAL A MIS SUR PIED UN GROUPE DE RE­CHERCHE EN ANA­LYSE DU MOU­VE­MENT ET ER­GO­NO­MIE, LE GRAME, POUR METTRE EN LU­MIÈRE CE QUE FONT RÉEL­LE­MENT LES CONDUC­TEURS, JEUNES ET MOINS JEUNES, AU VO­LANT DE LEUR VÉ­HI­CULE.

a té­mé­ri­té des jeunes agace les conduc­teurs plus âgés, tan­dis que la len­teur des der­niers met à mal la pa­tience des pre­miers. Il se dit et s’écrit beau­coup de choses sur la conduite des uns et des autres, mais pour la pre­mière fois, ici au Qué­bec, un groupe d’ex­perts uni­ver­si­taires s’est pen­ché sur la ques­tion et a dé­ve­lop­pé à cette fin un si­mu­la­teur ca­pable de me­su­rer avec beau­coup plus d’ob­jec­ti­vi­té l e réel ta­lent de conduite de chaque groupe. Les res­pon­sables pointent avec jus­tesse le pro­blème des ac­ci­dents rou­tiers : « Quand on cherche à com­prendre les causes des ac­ci­dents, il faut se fier aux pa­roles des per­sonnes im­pli­quées, alors que ça ne cor­res­pond pas tou­jours à la réa­li­té », re­marque Normand Teas­dale, pro­fes­seur au Dé­par­te­ment de mé­de­cine so­ciale et pré­ven­tive (ki­né­sio­lo­gie) et res­pon­sable du GRAME.

DE LA ROUTE AU LABO

Comme dans une voi­ture, il y a un siège, un vo­lant, des pé­dales, des ré­tro­vi­seurs, un ta­bleau de bord, mais de­vant le conduc­teur ins­tal­lé dans le si­mu­la­teur, un écran géant fait of­fice de dé­cor rou­tier. Le conduc­teur co­baye est aus­si bran­ché par une sé­rie de cap­teurs, même le mou­ve­ment de ses yeux est ana­ly­sé et, se­conde par se­conde, le sys­tème sait pré­ci­sé­ment où ce­lui-ci re­garde. Tout est en­re­gis­tré, jus­qu’à l’uti­li­sa­tion des cli­gno­tants.

ENTRE JEUNES ET VIEUX

Le GRAME s’était d’abord in­té­res­sé aux pro­blèmes d’équi­libre et de lo­co­mo­tion des per­sonnes âgées, puis en est ve­nu à la conduite automobile, plus pré­ci­sé­ment aux fa­meuses er­reurs de pé­dales : « Les gens ap­puient sur l’ac­cé­lé­ra­teur alors qu’ils croient ferme avoir le pied sur le frein — un pro­blème sen­so­riel », se­lon Normand Teas­dale.

Avec l’âge, la ca­pa­ci­té vi­suelle di­mi­nue iné­luc­ta­ble­ment. Et quand l’équipe du GRAME com­pare des jeunes de 21 à 31 ans avec des per­sonnes âgées de 65 à 75 ans, les dif­fé­rences sont élo­quentes. Les jeunes conduc­teurs, en grande ma­jo­ri­té, « vé­ri­fient les angles morts avant de chan­ger de voie et plus de 75 % l’ont fait pour évi­ter un obs­tacle. Chez les plus âgés, une per­sonne sur deux seule­ment l’a fait. L’at­ten­tion des per­sonnes âgées semble ac­ca­pa­rée

par ce qui se passe de­vant le vé­hi­cule. » L’équipe de cher­cheurs a aus­si re­mar­qué les moins bons ré­flexes des per­sonnes âgées qui ont tendance « à ne pas faire d’ar­rêts com­plets aux in­ter­sec­tions, bien qu’ils sou­tiennent le contraire. » Ici, la peur de se faire klaxon­ner se­rait en cause. Avec la di­mi­nu­tion du champ vi­suel s’ajoute celle de la ca­pa­ci­té à prendre des dé­ci­sions ra­pides. Deux fa­cul­tés es­sen­tielles pour une conduite sé­cu­ri­taire.

ÉTU­DIER POUR MIEUX COM­PRENDRE

L’ob­jec­tif du GRAME se li­mite à l’étude des ré­flexes des au­to­mo­bi­listes, quels qu’ils soient. Reste que les jeunes qui re­pré­sentent 10 % des au­to­mo­bi­listes sont im­pli­qués dans 25 % des ac­ci­dents avec dom­mages cor­po­rels, contre 8 % chez les plus de 65 ans (15 % des dé­ten­teurs).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.