PRE­MIER CONTACT AVEC LA NOU­VELLE MAZDA MX-5 2016

Hol­ly­wood, Ca­li­for­nie — Elle en est à sa qua­trième in­ter­pré­ta­tion. Eh oui, dé­jà une qua­trième gé­né­ra­tion de ce pe­tit road­ster qui n’est pas sans rap­pe­ler cette vague de fond des belles An­glaises. Si le mode de­meure in­chan­gé, la sa­veur l’est tout au­tant. C

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - LA UNE -

La Mia­ta qui a tro­qué son nom pour MX-5 a connu un suc­cès sans pré­cé­dent. Et s’il y a un construc­teur qui a su conser­ver sa su­pré­ma­tie dans un seg­ment, c’est bien Mazda. Cer­tains construc­teurs cou­ra­geux ont bien ten­té d’imi­ter, mais sans suc­cès. Il suf­fit de pen­ser à la Pon­tiac Sol­stice. Ce jo­li road­ster en est dé­jà à sa qua­trième gé­né­ra­tion. Voi­là plus de 26 ans, le construc­teur ja­po­nais nous of­frait ce pe­tit ca­brio­let. C’est au sa­lon de Chicago en 1989 que la di­rec­tion de Mazda a pré­sen­té pour la pre­mière fois cette Mia­ta. De­puis, elle n’a ces­sé d’évo­luer. La nou­velle MX-5 pro­fite de la tech­no­lo­gie SkyAc­tive et du de­si­gn Ko­do, la re­cette ap­pli­quée à tous les mo­dèles de la gamme. Le CX-9 de­vrait s’y in­té­grer bien­tôt. Pour la Mazda 5, rien n’est moins sûr!

UN STYLE QUI SE DÉ­TACHE

La ver­sion 2016 de la MX-5 présente un style unique. Is­su de la Shi­na­ri pré­sen­tée en 2010, le style KO­DO offre des sil­houettes en mou­ve­ment constant. Un ca­pot al­lon­gé et plon­geant, des porte-à-faux ré­duits, un ha­bi­tacle re­cu­lé et des roues de grande di­men­sion afin de com­bler le vide des pour­tours d’ailes, voi­là l’es­sence même de cette mé­thode. Di­sons que l’exer­cice est plu­tôt réus­si. Cette nou­velle MX-5 ap­porte un long mu­seau qui plonge vers sa ter­mi­nai­son pour lais­ser toute la place à cette grille iden­ti­taire. À la li­mite, elle a des airs de Ma­se­ra­ti! Les roues sont fixées aux quatre coins de la car­ros­se­rie tan­dis que l’ha­bi­tacle plus gé­né­reux se voit en­core bien as­sis tout près des roues ar­rière. Si la MX-5 avait pris du vo­lume au fil des gé­né­ra­tions, cette der­nière li­vrée se veut plus pe­tite que la pre­mière ver­sion. Elle est 40 mm plus courts au­tant à l’avant qu’à l’ar­rière. De plus, par rap­port au mo­dèle de gé­né­ra­tion pré­cé­dente, elle s’abaisse de 10 mm au cha­pitre de la hau­teur hors tout. Le groupe mo­teur se re­cule de 22 mm pour un meilleur équi­libre tout en s’abais­sant de 13 mm. De plus, les pas­sa­gers sont as­sis plus bas pour dif­fé­rence de 20 mm. Fi­na­le­ment, les voies avant et ar­rière prennent 5 mm en lar­geur tan­dis qu’elle perd 15 mm sur son em­pat­te­ment. À l’in­té­rieur, toutes ses trans­for­ma­tions offrent plus d’es­pace pour les oc­cu­pants. Les ama­teurs au ga­ba­rit plus im­po­sant pour­ront en­fin y trou­ver leur place. Le grand chan­ge­ment se si­tue

au cha­pitre des sièges. L’as­sem­blage se com­pose d’une toile au ni­veau de l’as­sise afin de ga­gner de l’es­pace. De plus sa struc­ture per­met de se mou­voir l até­ra­le­ment afin d’obéir au mou­ve­ment du corps en vi­rage. La pré­sen­ta­tion est des plus mo­derne. Dans les ver­sions GS et GT, les cou­leurs de car­ros­se­rie sont re­prises dans une bande ins­tal­lée à la par­tie su­pé­rieure des por­tières. Le ta­bleau se dresse au­tour d’une bande ho­ri­zon­tale qui pro­cure une im­pres­sion de lar­geur ac­crue. L’ins­tru­men­ta­tion se concentre dans la na­celle der­rière le vo­lant et à l’écran type iPad. Les com­mandes de cli­ma­ti­sa­tion/chauf­fage se fond dis­crètes tan­dis que les ac­ces­soires sont contrô­lés par cette ma­nette si­tuée sur la console cen­trale. Sa­chez que cet en­semble mul­ti­mé­dia est pro­po­sé sur les ver­sions plus étof­fées seule­ment. J’ai ado­ré la ver­sion GT avec in­té­rieur de cuir beige. Les sièges, in­té­rieurs de por­tières et la bande du ta­bleau de bord sont ha­billés de ce cuir.

HA­BILE À SOU­HAIT

Dès le pre­mier contact, la dif­fé­rence étonne. La voi­ture an­nonce dé­jà sa baisse de poids. La tech­no­lo­gie ap­pli­quée SkyAc­tive fait son oeuvre. Cette nou­velle MX-5 perd quelque 68 ki­los (150 lb). Dé­jà elle af­fiche un bel aplomb. La di­rec­tion assistée élec­trique est d’une grande pré­ci­sion. Le dé­bat­te­ment de la sus­pen­sion est ca­li­bré juste à point tan­dis que les pas­sages des rap­ports se font avec une grande ai­sance. En vi­rage ser­ré, et nous avons eu le loi­sir de l’es­sayer, la voi­ture colle au bi­tume. Le trans­fert de poids est presque par­fait. Avant son lan­ce­ment, l’on es­pé­rait plus de puis­sance. À la lu­mière de notre es­sai, les 155 ch ex­tir­pés du quatre cy­lindres de 2,0 L sont am­ple­ment suf­fi­sants. Les ac­cé­lé­ra­tions sont franches tout comme les re­prises. D’ailleurs, notre po­si­tion de conduite très basse nous offre une im­pres­sion de vi­tesse ac­cen­tuée. La boîte de vi­tesse ma­nuelle six rap­ports est un vé­ri­table dé­lice avec ses rap­ports très courts et sa pré­ci­sion d’exé­cu­tion. Une boîte au­to­ma­tique à six rap­ports est éga­le­ment pro­po­sée. Notez que seul le toit souple est of­fert pour ses dé­buts. Il est ren­for­ci par une plaque d’alu­mi­nium dans sa pre­mière moi­tié à par­tir du pa­re­brise. Ce­la per­met de ré­duire les bruits éo­liens de 40 %. Voi­là une bonne rai­son de ne pas choi­sir un toit ri­gide qui aug­mente de fa­çon no­toire le poids de la voi­ture. Pour­tant, ce type de toit se­ra pro­po­sé plus tard. De plus un en­semble per­for­mance se­ra of­fert pour le mil­lé­sime 2017. Ce groupe com­prend des freins Brem­bo, des roues sport BBS et des élé­ments de bas de caisse pour une ap­pa­rence plus agres­sive. Sommes toutes, la nou­velle MX-5 vient as­su­rer la pérennité du mo­dèle. Sa sil­houette plus mo­derne et plus douce lui confère une lon­gé­vi­té sur le mar­ché. En­core plus agile et sur­tout plus lo­geable, ce jouet de tous les jours fe­rait la joie de Buzz Ligh­tyear qui vous di­rait: vers l’in­fi­ni et plus loin en­core!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.