L’in­dus­trie de l’au­to­mo­bile et du ca­mion lourd offre des car­rières de choix !

La Cor­po­ra­tion Mo­bi­lis vous pré­sente des em­ployés at­ta­chants du mi­lieu de l’au­to­mo­bile et du ca­mion lourd, tra­vaillant chez des conces­sion­naires membres de la Cor­po­ra­tion Mo­bi­lis.

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - MON MÉCANO -

QUELLE EST VOTRE ÉVO­LU­TION AU SEIN DE LA CONCES­SION?

J’ai joint l’équipe des ventes de Vol­vo de Qué­bec en 2010 à titre de conseiller aux ventes, à l’âge de 21 ans. En 2014, on m’a confié des res­pon­sa­bi­li­tés sup­plé­men­taires au sein du dé­par­te­ment, no­tam­ment quant aux vé­hi­cules d’oc­ca­sion et à la ges­tion du site web.

DE­PUIS COM­BIEN DE TEMPS TRA­VAILLEZ-VOUS DANS UNE CONCES­SION?

J’ai sui­vi des études en ventes avec spé­cia­li­sa­tion en re­pré­sen­ta­tion et cal­cul com­mer­cial à Ri­vière-du-Loup. Cette for­ma­tion d’un an est axée sur la vente en gé­né­ral et je dé­si­rais l’ap­pli­quer au do­maine de l’au­to­mo­bile. Ne trou­vant pas d’em­ploi dans les conces­sions de la ré­gion vu mon jeune âge, j’ai ac­quis de l’ex­pé­rience dans la vente d’af­fi­chage com­mer­cial et d’ar­ticles pro­mo­tion­nels. En fé­vrier 2010, j’ai pris la dé­ci­sion de dé­mé­na­ger dans la ré­gion de Qué­bec pour y vivre de ma pas­sion. J’ai eu un ex­cellent contact avec la conces­sion de Vol­vo de Qué­bec et j’y tra­vaille de­puis main­te­nant 5 ans.

QU’EST-CE QUI VOUS REND LE PLUS FIER DANS VOTRE TRA­VAIL?

L’achat d’une voi­ture est la deuxième plus im­por­tante dé­pense dans une vie. Alors, pou­voir vendre un pro­duit haut de gamme, un pe­tit luxe qu’une per­sonne s’offre pour son plai­sir, est très va­lo­ri­sant. Voir les yeux du client briller à la li­vrai­son de sa nou­velle voi­ture me donne une cer­taine fier­té.

POUR­QUOI AVEZ-VOUS CHOI­SI LE SEC­TEUR DE L’AU­TO­MO­BILE?

Par pas­sion! Le do­maine de l’au­to­mo­bile m’a tou­jours in­té­res­sé, que ce soit la voi­ture en elle-même ou son cô­té mé­ca­nique. Je li­sais dé­jà beau­coup sur le su­jet avant même de tra­vailler dans le do­maine. C’est un sec­teur qui bouge constam­ment et ra­pi­de­ment. Une voi­ture al­lie au­tant l’as­pect es­thé­tique que le cô­té per­for­mance et tech­no­lo­gique.

QU'EST-CE QUI REND VOTRE TRA­VAIL AGRÉABLE?

Le contact avec les gens et les re­la­tions qui se sont dé­ve­lop­pées avec les an­nées. De pou­voir ja­ser avec nos clients qui viennent pour leur en­tre­tien et dis­cu­ter des dif­fé­rents as­pects de leur voi­ture, c’est très sti­mu­lant.

QUELLES SONT VOS RES­PON­SA­BI­LI­TÉS ET VOS TÂCHES JOUR­NA­LIÈRES ?

Mon tra­vail consiste à of­frir une ex­pé­rience d’achat hors de l’or­di­naire. Je dois ren­con­trer les clients, dé­ter­mi­ner leurs be­soins et leurs goûts et li­vrer un vé­hi­cule qui cor­res­pond par­fai­te­ment à chaque in­di­vi­du en lui ex­pli­quant l’en­semble des tech­no­lo­gies. Je m’oc­cupe éga­le­ment du dé­par­te­ment des vé­hi­cules d’oc­ca­sion. Mes fonc­tions consistent à éva­luer les vé­hi­cules d’échange, faire la mise en marché des vé­hi­cules, gé­rer les stocks et les pa­ru­tions web. Je suis éga­le­ment res­pon­sable du site in­ter­net. Je m’as­sure d’y faire les chan­ge­ments pour les nou­veau­tés et les pro­mo­tions.

COM­MENT PAR­VE­NEZ-VOUS À VOUS PER­FEC­TION­NER DANS VOTRE TRA­VAIL ?

Par l’ac­qui­si­tion de connais­sances. Le do­maine au­to­mo­bile est un do­maine très tech­nique et en constante évo­lu­tion. Le client se sent en confiance lorsque nous maî­tri­sons par­fai­te­ment notre pro­duit. Chaque client est dif­fé­rent et le dé­fi est de s’adap­ter à cha­cun d’eux. Toute ex­pé­rience est im­por­tante dans le but d’en ti­rer des le­çons et de constam­ment amé­lio­rer le ser­vice que l’on donne.

SI VOUS AVIEZ UN CONSEIL À DON­NER POUR FAIRE VOTRE MÉ­TIER, QUEL SE­RAIT-IL ?

Le meilleur conseil que je peux don­ner est d’écou­ter. C’est le client qui sait ce dont il a be­soin et quel est son bud­get. Avec beau­coup d’écoute et quelques bonnes ques­tions, il li­vre­ra lui-même les in­for­ma­tions dont on a be­soin pour lui pro­po­ser un vé­hi­cule qui lui convien­dra. Nous avons une seule bouche, mais deux oreilles, il y a une rai­son à ce­la!

QUELLES SONT LES QUA­LI­TÉS NÉ­CES­SAIRES POUR FAIRE VOTRE MÉ­TIER ?

En plus de l’écoute, il faut éga­le­ment avoir beau­coup d’en­tre­gent, être dy­na­mique, vif d’es­prit, pa­tient, per­sua­sif et être un ex­cellent com­mu­ni­ca­teur pour être en me­sure d’in­tro­duire le client à notre uni­vers.

QUELS SONT LES AVAN­TAGES DE TRA­VAILLER CHEZ UN CONCES­SION­NAIRE MO­BI­LIS?

La pos­si­bi­li­té de vendre des vé­hi­cules neufs nous per­met de bâ­tir une clien­tèle so­lide et fi­dèle. La for­ma­tion et les ou­tils of­ferts par le ma­nu­fac­tu­rier sont un as­pect im­por­tant pour l’en­ca­dre­ment et pour of­frir un ser­vice de qua­li­té à la clien­tèle. La chance de pou­voir se per­fec­tion­ner dans une marque fa­ci­lite éga­le­ment le tra­vail.

EN DE­HORS DE VOTRE TRA­VAIL, QU'EST-CE QUI VOUS PAS­SIONNE ?

L’au­to­mo­bile oc­cupe une grande place, que ce soit les courses ou les road trip. Les voyages sont éga­le­ment une pas­sion pour moi. Le golf, la nature, la fa­mille sont éga­le­ment trois points très im­por­tants dans ma vie.

AVEZ-VOUS UNE ANEC­DOTE À RA­CON­TER QUI S’EST DÉ­ROU­LÉE DANS LE CADRE DE VOTRE TRA­VAIL?

C’était une jour­née très ora­geuse avec de forts vents. La pluie tom­bait comme des cordes. J’ai ren­con­tré un jeune client tard le soir qui ma­ga­si­nait un pe­tit vé­hi­cule sport. Nous sommes par­tis en es­sai rou­tier et le client a per­du la maî­trise du vé­hi­cule par aqua­pla­nage en es­sayant une ma­noeuvre ris­quée sans m’en avi­ser. Heu­reu­se­ment, la perte de contrôle s’est sol­dée sans ac­cro­chage. Le client a fi­na­le­ment ache­té la voi­ture à ma grande joie.

Mon­sieur Julien Char­ron est conseiller aux ventes chez

Vol­vo de Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.