Volks­wa­gen Kar­mann Ghia

Si on ca­chait son lo­go, la Volks­wa­gen Kar­mann Ghia pour­rait fa­ci­le­ment se faire pas­ser pour une pe­tite Fiat, ou n’im­porte quelle ba­gnole ita­lienne des an­nées 60.

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - LA UNE - AVEC FRÉ­DÉ­RIC MER­CIER

Voi­ci un autre bel exemple qu’il ne faut pas tou­jours se fier aux ap­pa­rences. Parce que sous sa jo­lie car­ros­se­rie si­gnée par le de­si­gner ita­lien Ghia, la Kar­mann est une vraie al­le­mande.

En 1955, 10 ans après la fin de la Deuxième Guerre mon­diale, Volks com­mence en­fin à re­prendre son souffle. La vie a re­pris le des­sus sur le con­tinent eu­ro­péen, si bien que les au­to­mo­bi­listes com­mencent à zyeu­ter des mo­dèles plus raf­fi­nés, plus per­for­mants que l’in­cre­vable Coc­ci­nelle.

Entre en scène la Kar­mann Ghia. D’abord équi­pée d’une mo­to­ri­sa­tion à quatre cy­lindres de 1,2L, on al­lait faire gon­fler tout ça jus­qu’à 1,6L. Rien de très ex­ci­tant pour nos stan­dards d’au­jourd’hui, mais une belle avan­cée pour l’époque. Une avan­cée qui, d’ailleurs, per­mit à Volks de pe­tit à pe­tit se dé­faire de son image de construc­teur de la «voi­ture du peuple».

Et pour ceux qui se de­mandent d’où vient ce drôle de nom, c’est plu­tôt simple. La Kar­mann Ghia fut construite dans les usines du fa­bri­cant al­le­mand Kar­mann, à Os­na­brück, puisque toutes les lignes de pro­duc­tion de Volks­wa­gen étaient en­core en­gor­gées par la Coc­ci­nelle. Construite par Kar­mann, des­si­née par Ghia. Kar­mann Ghia!

UN MO­DÈLE PROPRE COMME UN NEUF

Sté­phane Du­maine, de Granby, est pro­prié­taire d’une Kar­mann Ghia con­ver­tible de 1964 de­puis près de trois ans. Grand ama­teur de la bonne vieille Coc­ci­nelle (il en pos­sède quatre!), l’achat d’une Kar­mann Ghia était pour lui une suite lo­gique, tout sim­ple­ment.

«C’est un vieux rêve. J’ai tou­jours ado­ré les lignes de cette voi­ture», dit-il au su­jet de celle qu’on ap­pe­lait « The poor man’s Porsche ».

Équi­pée d’une mé­ca­nique à 1,6 litre et d’une trans­mis­sion ma­nuelle à quatre rap­ports, la Kar­mann Ghia de Sté­phane Du­maine est l’un des 5260 exem­plaires dé­ca­po­tables construits en Al­le­magne pour le mil­lé­sime de 1964.

À par­tir de 1962, la Kar­mann Ghia fut aus­si construite dans une usine bré­si­lienne de Volks­wa­gen. Tou­te­fois, les mo­dèles sor­tis de cette ligne de pro­duc­tion étaient ré­ser­vés au mar­ché sud-amé­ri­cain.

De­puis qu’il en est le pro­prié­taire, Sté­phane Du­maine a rem­por­té plu­sieurs prix dans les ex­po­si­tions es­ti­vales de voi­tures an­ciennes. Il a d’ailleurs fait tour­ner bien des têtes en em­me­nant son mo­dèle par­fai­te­ment res­tau­ré aux ex­po­si­tions de Granby et de Cham­bly, l’été der­nier.

Il a aus­si vu sa Kar­mann être nom­mée la meilleure voi­ture ca­na­dienne de l’ex­po­si­tion de Stowe, au Ver­mont. Et il y a beau­coup de Ca­na­diens qui s’y rendent!

UN HÉ­RI­TAGE IN­CAL­CU­LABLE

Dans les an­nées 50, Volks­wa­gen ne sa­vait pas si la fa­bri­ca­tion d’un mo­dèle aux al­lures spor­tives comme la Kar­mann Ghia al­lait por­ter fruit ou non. Un gros coup de dés.

Après une pro­duc­tion de 20 ans sans in­ter­rup­tion qui au­ra don­né nais­sance à tout près d’un de­mi­mil­lion d’exem­plaires, on peut dire sans se trom­per que Volks a rem­por­té son pa­ri.

Grâce à la Kar­mann Ghia, le construc­teur de Wolf­sburg s’est pe­tit à pe­tit fait connaître dans le monde en­tier pour autre chose que sa voi­ture du peuple.

Et même si Volks ne fait pas par­ler d’elle pour les bonnes rai­sons de­puis quelques mois, il ne faut pas ou­blier qu’il s’agit dé­sor­mais de l’un des plus grands construc­teurs au­to­mo­biles au monde, com­pre­nant des marques de re­nom­mée comme Porsche, Lam­bor­ghi­ni et Bu­gat­ti. Et la Kar­mann Ghia a un pe­tit bout de mé­rite dans tout ça.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.