Que si­gni­fie la lu­mière « Check En­gine » ?

Vous ve­nez tout juste de re­mar­quer que le voyant «Check En­gine» est al­lu­mé dans le ta­bleau de bord de votre vé­hi­cule et su­bi­te­ment plu­sieurs ques­tions vous viennent en tête?

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - CONCEPT - AVEC SI­MON DION-VIENS @Si­monDionViens

Bien qu’il s’agisse d’une si­tua­tion très fré­quente, plu­sieurs per­sonnes se posent des ques­tions (avec rai­son!) lors­qu’ils aper­çoivent ce fa­meux voyant lu­mi­neux en forme de mo­teur s’al­lu­mer. Même si vous êtes loin d’avoir à vous rendre de fa­çon pré­ci­pi­tée chez votre conces­sion­naire, il se­rait tout de même pré­fé­rable de faire diag­nos­ti­quer la cause du pro­blème, et ce, même si votre au­to­mo­bile semble conti­nuer de fonc­tion­ner nor­ma­le­ment.

LES BONS OU­TILS POUR UN BON DIAG­NOS­TIC

Lorsque le té­moin «Check En­gine» est al­lu­mé, votre vé­hi­cule éprouve à coup sûr une ano­ma­lie au ni­veau de la ges­tion des dif­fé­rents pa­ra­mètres re­quis pour le bon fonc­tion­ne­ment du groupe mo­to­pro­pul­seur ou au ni­veau de son sys­tème d’an­ti­pol­lu­tion.

Dans la plu­part des cas, le mo­teur peut conti­nuer de fonc­tion­ner nor­ma­le­ment, donc vous pour­rez pour­suivre votre route sans dif­fi­cul­té. Par contre, si la lu­mière cli­gnote, sou­vent signe d’un pro­blème plus im­por­tant, je vous conseille de prendre ren­dez-vous ra­pi­de­ment au ga­rage pour en faire vé­ri­fier la cause. Le tech­ni­cien pour­ra consul­ter les codes d’anomalies en­re­gis­trés par l’or­di­na­teur de votre vé­hi­cule. Grâce à un ap­pa­reil de diag­nos­tic ou à un or­di­na­teur por­table équi­pé d’un lo­gi­ciel spé­ci­fique, il se­ra en me­sure de vous four­nir la liste com­plète des codes de trouble en quelques mi­nutes. La tech­no­lo­gie est main­te­nant si avan­cée que, par­fois, le tech­ni­cien est en me­sure de com­mu­ni­quer de fa­çon «blue­tooth» avec le port de connexion de votre vé­hi­cule. Ce­lui-ci au­ra ain­si de très bons in­dices pour orien­ter ses re­cherches et dé­ce­ler la source du pro­blème.

POUR­QUOI LE « CHECK EN­GINE » PEUT-IL S’AL­LU­MER ?

Une foule d’anomalies peuvent faire al­lu­mer le «Check En­gine». Rap­pe­lez-vous que ce­lui-ci peut s’al­lu­mer à tout mo­ment peu im­porte le ki­lo­mé­trage de votre au­to­mo­bile. Il ar­rive par­fois que quelques signes avant-cou­reurs puissent vous mettre la puce à l’oreille d’une dé­fec­tuo­si­té mé­ca­nique telles une perte de puis­sance ou une consom­ma­tion anor­male de car­bu­rant. Une des anomalies les plus fré­quentes se si­tue au ni­veau de l’an­ti­pol­lu­tion et du sys­tème d’éva­po­ra­tion des va­peurs d’es­sence. Un bou­chon à es­sence mal ser­ré ou le fait d’avoir rem­pli sa voi­ture de car­bu­rant le mo­teur en marche peut faire al­lu­mer le té­moin d’ano­ma­lie.

Un sys­tème ca­ta­ly­tique in­ef­fi­cace ou en mau­vais état ain­si qu’une fuite au ni­veau du sys­tème d’échap­pe­ment peut aus­si être l’ins­ti­ga­teur d’un tel pro­blème.

Par­mi les autres anomalies fré­quentes, on re­trouve les ra­tés d’al­lu­mage, par­fois cau­sés par l’usure de cer­taines pièces mé­ca­niques. Une ac­cu­mu­la­tion de neige ou beau­coup d’hu­mi­di­té au­tour de cer­taines pièces élec­tro­niques peuvent aus­si cau­ser de telles anomalies.

Il faut sa­voir que plu­sieurs cap­teurs in­ter­agissent entre eux et veillent au bon fonc­tion­ne­ment du mo­teur. On les re­trouve prin­ci­pa­le­ment au ni­veau du col­lec­teur d’ad­mis­sion, du bloc mo­teur, de la trans­mis­sion, du sys­tème d’échap­pe­ment et du ré­ser­voir à es­sence.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.