Es­sai­rou­tier

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - ESSAI ROUTIER -

Bonne nou­velle pour les pu­ristes, une trans­mis­sion ma­nuelle à six rap­ports est aus­si of­ferte. C’est le cas de la M3, mais Mer­cedes et Au­di ont aban­don­né cette op­tion de­puis quelques an­nées dé­jà.

Très ef­fi­cace, la boîte au­to­ma­tique per­met à l’ATS-V de dé­col­ler telle une fu­sée, pas­sant de 0 à 97 km/h en 3,8 pe­tites se­condes.

Théo­ri­que­ment, l’ATS-V peut at­teindre 304 km/h. Là-des­sus, il fau­dra se fier aux dires de GM, parce que je n’ai pas osé me rendre jusque-là…

SUR­PRE­NANTE CI­VI­LI­TÉ

Cô­té dy­na­misme, bref, la Ca­dillac ATS-V n’a pas à être gê­née de­vant ses concur­rentes. Et ça va plus loin que la simple puis­sance du mo­teur.

Avec des freins haute per­for­mance Brem­bo, une sus­pen­sion ma­gné­tique et une pa­no­plie de pièces en fibre de car­bone, tout sur cette voi­ture est pen­sé pour la per­for­mance.

En­fin, presque tout. Parce qu’à l’in­té­rieur, l’ATS-V de­meure une Ca­dillac. Avec toute la no­tion de luxe que ça im­plique.

Le cuir est pré­sent en abon­dance, et des sys­tèmes comme les sièges élec­triques, le gros écran tac­tile et de gros bou­tons sur le vo­lant. Le genre de trucs qu’on au­rait pu en­le­ver pour ré­duire le poids, mais qu’on a dé­ci­dé de conser­ver. Sur la grande route, l’ATS-V se com­porte d’ailleurs comme une ber­line bien or­di­naire. Trop or­di­naire, même. Quand le mo­teur tourne au ra­len­ti, on ne sent pas qu’on a une bête de 464 che­vaux entre les mains. Il manque ce fac­teur in­ti­mi­dant qui sied si bien à la BMW M3.

En la ré­glant en mode Sport et en pe­sant sur l’ac­cé­lé­ra­teur, tou­te­fois, on se sou­vient ra­pi­de­ment que l’ATS-V est une vraie bombe.

Son com­por­te­ment est tout sim­ple­ment plus ci­vi­li­sé que ce­lui de la M3. Plus confor­table, moins spor­tif. Ce n’est pas meilleur ou moins bon, c’est sim­ple­ment dif­fé­rent. Ques­tion de prio­ri­tés.

Per­son­nel­le­ment, j’au­rais ai­mé une at­ti­tude un peu plus dé­sin­volte.

UN PRIX QUI FAIT SOU­RIRE

Là où Ca­dillac risque de se faire beau­coup d’amis, c’est à l’étape de la fac­tu­ra­tion. Ven­due à par­tir de 68 300 $ en ver­sion ber­line et à 70 065 $ pour le cou­pé, l’ATS-V est une au­baine dans son seg­ment.

Vous vou­lez des exemples? La BMW M3 vous coû­te­ra au bas mot 75 000 $. Même chose pour la C 63, à 75 200 $.

Avec un prix aus­si al­lé­chant, des per­for­mances dignes de ce nom et un look fran­che­ment réus­si, l’ATS-V peut fi­na­le­ment faire fré­mir les té­nors ger­ma­niques.

Bien joué, Ca­dillac.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.